"La campagne démarre réellement demain. Il va falloir aller au fond des programmes" Éric Alauzet (LREM)

Publié le 10/04/2022 - 22:24
Mis à jour le 10/04/2022 - 22:24

À l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, le député En Marche Éric Alauzet enjoint les électeurs à bien regarder les programmes des deux candidats qui ont été selon lui les oubliés de la campagne.

Éric Alauzet © D Poirier ©
Éric Alauzet © D Poirier ©

"Emmanuel Macron a bien tenu, on se retrouve dans une meilleure configuration", s'est réjoui le sénateur LREM  de Côte d'Or François Patriat. Malgré une campagne jugée tardive, poussive, au positionnement incertain, la grande mauvaise surprise redoutée n'a pas eu lieu. Éric Alauzet n'est pas si serein. Malgré une différence de près de cinq points entre les deux candidats, un écart plus important qu'en 2017, la donne politique a changé et l'électorat toujours plus volatile.

Cette campagne d'entre-deux-tours s'annonce ouverte. Le paysage politique né de ce premier tour est inédit : la faiblesse historique du Parti socialiste, des Républicains, mais aussi des Verts, laisse entrevoir un "front républicain" dégarni. Et, si Jean-Luc Mélenchon a lancé "pas une seule voix à Mme Le Pen", il n'a pas fermé la porte à un vote blanc, mécaniquement favorable à la candidate du RN.

Montée anti-Macron

Emmanuel Macron est-il parti trop tard ? Le député LREM du Doubs ne l'affirme pas clairement. "Je ne suis pas sûr que cela ait vraiment joué. En revanche, j'ai senti une remontée de l'anti-macronisme qui s'était atténuée avec la crise sanitaire et le début de la guerre en Ukraine" s'inquiète-t-il.

Éric Alauzet veut recentrer les débats sur l'essentiel : les idées et le programme. "Pour moi, la campagne démarre réellement demain" estime-t-il. "Ce que je constate, c'est qu'il y a deux programmes qui finalement sont méconnus. Celui d'Emmanuel Macron, mais aussi celui de Marine Le Pen qui a réussi à passer sous les radars. La candidate RN s'est cachée derrière Éric Zemmour, mais aussi en préemptant la question du pouvoir d'achat, mais sans aller au fond des choses..."

Être "le plus rassembleur"

"Il y a des choses à remettre en perspective, en avant, dans le programme", analysait-on  dimanche soir dans l'entourage d'Emmanuel Macron, en énumérant les mesures à destination "des familles monoparentales, des étudiants, des précaires".

Pour les macronistes, dont Éric Alauzet, il s'agit de lancer une nouvelle dynamique tout en rappelant les fondamentaux d'extrême droite de Mme Le Pen. Objectif : rediaboliser. Mais cela ne suffira pas. Travailler le fond des idées, mettre en avant le programme. Voilà à quoi vont s'atteler les partisans du président sortant. Enfin !?

"Macron va devoir mettre toute son énergie dans la campagne"

Cette campagne d'entre deux tours rebat donc à nouveau les cartes. "Le président va devoir y mettre toute son énergie" conclut Éric Alauzet. "Nous sommes dans une situation historique de basculement. Comme je l'ai souvent dit, Marine Le Pen à la tête de l'état, cela reste improbable… mais pas impossible ! "

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : les chiffres de la participation à 17h en Bourgogne Franche-Comté

A 17h00, la participation est de 63,52 % en Bourgogne Franche-Comté et de 63,23 % au niveau national. Dans la région la participation en fin de journée est en recul de plus de trois points points par rapport au 2e tour du 7 mai 2017. Le détail des chiffres par département. Les bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 19h00.

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.14
peu nuageux
le 28/02 à 9h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
90 %