La Suisse saisit la justice internationale pour obliger le Nigéria à libérer un pétrolier

Publié le 02/06/2019 - 18:16
Mis à jour le 02/06/2019 - 18:16

PUBLICITÉ

La Suisse a demandé au Tribunal international du droit de la mer d’ordonner au Nigéria de libérer un cargo-pétrolier battant pavillon suisse saisi par la marine nigériane et immobilisé depuis seize mois à Port Harcourt.

Dans un communiqué envoyé à l’AFP, le ministère suisse des Affaires étrangères a indiqué avoir saisi le Tribunal international du droit de la mer le 21 mai et lui avoir demandé d’ordonner au Nigeria de lever l’immobilisation du San Padre Pio, de son équipage et de sa cargaison.

« La Suisse demande que le tribunal libère le navire, y compris l’équipage et la cargaison, et suspende les poursuites en cours au Nigeria », selon le communiqué. Les autorités nigérianes avaient arraisonné et saisi le navire en janvier 2018 alors qu’il procédait à des transferts de gasoil de navire à navire, selon la Radio Télévision suisse (RTS).

Accusé d’être entré illégalement dans les eaux territoriales du Nigeria

Le commandement du San Padre Pio, qui peut transporter une cargaison de près de 5.500 tonnes, a été accusé d’être entré illégalement dans les eaux territoriales du Nigeria et de s’être livré à un trafic illégal de gasoil, des allégations rejetées par le capitaine qui affirme avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires.

La plupart des membres d’équipage ont été autorisés à quitter le navire, mais quatre officiers ukrainiens sont restés bloqués à bord. La situation est « difficile à supporter pour les officiers », a souligné le
ministère, relevant que le navire ainsi que la cargaison perdaient de leur valeur d’une manière continue, causant un préjudice croissant pour les sociétés concernées.

Les sociétés privées ne sont pas les seules concernées. Selon la RTS, la Suisse s’est portée garante pour le navire à hauteur de plusieurs millions de francs suisses (1 CHF: 0,90 euros) ce qui signifie que si la compagnie de navigation n’honore pas ses paiements, c’est la Confédération helvétique qui devra payer, avec l’argent des contribuables.

« La détention continue du navire, y compris de son équipage et de sa cargaison, a pour conséquences des dommages irréparables pour la Suisse », a averti le ministère.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.77
nuageux
le 22/10 à 9h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
91 %

Sondage