L'Assemblée vote le budget de la réforme de la justice

Publié le 21/11/2018 - 07:42
Mis à jour le 21/11/2018 - 07:42

L'Assemblée nationale a voté mardi soir, le 20 novembre 2018 un budget en hausse pour la justice lors de l'examen du projet de loi sur la modernisation de celle-ci, une augmentation jugée néanmoins insuffisante par des groupes d'opposition de gauche et de droite.

PUBLICITÉ

Le premier article du texte fixe l’évolution du budget de la justice sur les cinq ans du quinquennat dans une loi de programmation: de 2017 à 2022, il aura progressé de 6,7 à 8,3 milliards, soit 24% d’augmentation.

Ces moyens supplémentaires permettront la création de plus de 6.500 emplois (1.100 en 2018), la livraison de 7.000 nouvelles places de prison, le lancement de 8.000 autres et la création de 20 centres éducatifs fermés pour mineurs.

Cette augmentation « ne sera pas à la hauteur de la situation, qui est aujourd’hui particulièrement grave, voire catastrophique », a estimé lundi Eric Ciotti (LR), en plaidant pour une hausse de « 50 % » sur la période 2018-2022. « Vous êtes au doux pays des rêves », lui a répondu la Garde des Sceaux Nicole Belloubet, estimant que 1,6 milliard d’euros supplémentaire « ce n’est tout de même pas négligeable ».

« Avec ces sommes-là, nous pourrons rendre la justice dans des bâtiments non délabrés, comme vous le souhaitez vous-même, monsieur le député », a poursuivi la ministre.

Les Insoumis ont déploré un budget « contraint » par la voix de Danièle Obono. « Vous êtes à l’origine de cette contrainte, puisque vous avez choisi de proposer un budget d’austérité, de prendre aux plus modestes pour donner aux plus riches, en prétendant relancer l’activité », a argumenté l’élue de Paris.

« Bien évidemment, nous pourrions faire encore davantage (…) Sur le principe, ce serait possible, mais dans la pratique, ces mesures ne seraient que pur affichage », a contre-attaqué la députée de la majorité Naïma Moutchou (LREM).

Mardi soir, les débats ont repris autour de la création de nouvelles places de prison. M. Ciotti a réclamé en vain de doter le pays non pas de 7.000 mais de 20.000 places d’ici à 2022, « compte tenu de l’insuffisance de notre capacité carcérale ».

Cette proposition « n’est pas réaliste », a estimé Mme Belloubet, « ni d’un point de vue immobilier, ni même en termes de capacité de recrutement des personnels ».

Plutôt que de créer des places supplémentaires, l’Insoumis Ugo Bernalicis a réclamé de s’atteler « à une grande réforme de la détention provisoire » et « d’incarcérer le moins possible ».

Pierre Morel-À-L’Huissier (UDI-Agir) a défendu sans succès un amendement pour « permettre une diversification ambitieuse des conditions de détention par le recours aux établissements ouverts, afin de mieux préparer la sortie de prison et de prévenir la récidive ».

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.82
légère pluie
le 18/10 à 18h00
Vent
2.3 m/s
Pression
1013.21 hPa
Humidité
94 %

Sondage