Le complotiste Rémy Daillet soupçonné d'être lié à une affaire de soustraction d'enfants dans le Doubs

Publié le 11/06/2021 - 16:51
Mis à jour le 11/06/2021 - 17:02

La justice française s'interroge sur l'implication de Rémy Daillet, figure d'un mouvement complotiste soupçonné d'avoir contribué à l'enlèvement de la petite Mia en avril dans les Vosges, dans une autre affaire de soustraction d'enfants dans le Doubs, a indiqué vendredi le procureur de la République de Besançon.

 © Capture LCI
© Capture LCI

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, Rémy Daillet a été interpellé fin mai avec sa compagne enceinte et leurs trois enfants en Malaisie, où ils résidaient, parce que leurs visas sont expirés. Il a entamé une grève de la faim.

Le procureur de Besançon, Etienne Manteaux, a transmis "en début de semaine" à la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) de Nancy, chargée de l'affaire Mia, des éléments d'enquête concernant un couple qui s'était retranché à son domicile en novembre avec leurs quatre enfants, refusant de les confier aux assistantes sociales comme le demandait le juge des enfants.

Les parents auraient agi sous l'impulsion d'un certain "Rémy, vivant en Malaisie, ancien membre du Modem et fils de député", qui pourrait être le complotiste Rémy Daillet, a indiqué M. Manteaux.

Le couple et leurs quatre enfants, des jumeaux de 8 ans, un petit de 2 ans et un nouveau-né, vivaient en vase clos. "Personne ne pouvait entrer chez eux", ni l'Education nationale ni les services sociaux, selon le procureur.

Le juge avait pris une mesure de placement provisoire des enfants après un signalement de l'Education nationale concernant les deux aînés, qui étaient déscolarisés.

Le 30 novembre, le père s'était retranché avec sa famille dans leur logement. Un négociateur de la gendarmerie est intervenue et l'homme a finalement accepté de laisser ses enfants aux services sociaux, sans violence ni menace. Il a eu un rappel à la loi.

"Pendant la négociation, le père était en contact avec une autre personne appelée Rémy", relève M. Manteaux.

Entendus par le juge, "les parents ont expliqué qu'ils avaient été très mal conseillés par un charlatan qui leur disait de ne pas collaborer avec les autorités", précise-t-il. C'est à son contact qu'ils auraient décidé de déscolariser leurs enfants puis de se couper du monde.

Face au "changement radical de l'attitude des parents, le juge a levé partiellement la mesure de placement, permettant le retour des deux plus jeunes au domicile familial", indique le procureur.

Les aînés, "encore profondément insécurisés par des discours complotistes et coupés du monde", sont toujours placés, mais leur retour est envisagé à terme, a-t-il ajouté.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Mutilations, subordination… Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 24 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.63
légère pluie
le 28/07 à 6h00
Vent
1.38 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
99 %

Sondage