Le complotiste Rémy Daillet soupçonné d'être lié à une affaire de soustraction d'enfants dans le Doubs

Publié le 11/06/2021 - 16:51
Mis à jour le 11/06/2021 - 17:02

La justice française s’interroge sur l’implication de Rémy Daillet, figure d’un mouvement complotiste soupçonné d’avoir contribué à l’enlèvement de la petite Mia en avril dans les Vosges, dans une autre affaire de soustraction d’enfants dans le Doubs, a indiqué vendredi le procureur de la République de Besançon.

 © Capture LCI
© Capture LCI

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, Rémy Daillet a été interpellé fin mai avec sa compagne enceinte et leurs trois enfants en Malaisie, où ils résidaient, parce que leurs visas sont expirés. Il a entamé une grève de la faim.

Le procureur de Besançon, Etienne Manteaux, a transmis "en début de semaine" à la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) de Nancy, chargée de l'affaire Mia, des éléments d'enquête concernant un couple qui s'était retranché à son domicile en novembre avec leurs quatre enfants, refusant de les confier aux assistantes sociales comme le demandait le juge des enfants.

Les parents auraient agi sous l'impulsion d'un certain "Rémy, vivant en Malaisie, ancien membre du Modem et fils de député", qui pourrait être le complotiste Rémy Daillet, a indiqué M. Manteaux.

Le couple et leurs quatre enfants, des jumeaux de 8 ans, un petit de 2 ans et un nouveau-né, vivaient en vase clos. "Personne ne pouvait entrer chez eux", ni l'Education nationale ni les services sociaux, selon le procureur.

Le juge avait pris une mesure de placement provisoire des enfants après un signalement de l'Education nationale concernant les deux aînés, qui étaient déscolarisés.

Le 30 novembre, le père s'était retranché avec sa famille dans leur logement. Un négociateur de la gendarmerie est intervenue et l'homme a finalement accepté de laisser ses enfants aux services sociaux, sans violence ni menace. Il a eu un rappel à la loi.

"Pendant la négociation, le père était en contact avec une autre personne appelée Rémy", relève M. Manteaux.

Entendus par le juge, "les parents ont expliqué qu'ils avaient été très mal conseillés par un charlatan qui leur disait de ne pas collaborer avec les autorités", précise-t-il. C'est à son contact qu'ils auraient décidé de déscolariser leurs enfants puis de se couper du monde.

Face au "changement radical de l'attitude des parents, le juge a levé partiellement la mesure de placement, permettant le retour des deux plus jeunes au domicile familial", indique le procureur.

Les aînés, "encore profondément insécurisés par des discours complotistes et coupés du monde", sont toujours placés, mais leur retour est envisagé à terme, a-t-il ajouté.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 28.95
ciel dégagé
le 08/08 à 18h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
27 %

Sondage