Besançon : le CHU recherche des volontaires pour une étude sur les effets du smartphone

Publié le 18/09/2019 - 14:00
Mis à jour le 19/09/2019 - 17:28

Le CHU de Besançon recherche 100 Bisontins, entre 20-30 ans et 60-70 ans, pour participer à une étude sur les effets du téléphone mobile sur la santé. L’étude est rémunérée.

 ©
©

94% des Français sont équipés en téléphone mobile. La très grande majorité d’entre nous utilise quotidiennement un téléphone portable alors même que l'utilisation des technologies de communication mobile est la source la plus importante d’exposition aux radiofréquences.

Des chercheurs du CHU de Besançon et de l’université de Franche-Comté sont partenaires du projet franco-suisse SPUTNIC (Study Panel on Upcoming Technologies to measure Non- Ionizing radiation and Cognition) d'où est tirée cette étude.

Objectifs de l'étude :

  • analyser la relation entre l’exposition quotidienne aux radiofréquences liées à l’utilisation individuelle du téléphone portable et notre mémoire ;
  • analyser la relation entre cette exposition aux radiofréquences et le bien-être et la qualité du sommeil des participants.

Pour cette étude, 200 utilisateurs de téléphone mobile seront inclus : 100 personnes résidant à Besançon et 100 personnes résidant à Bâle.

L’étude se focalisera sur deux groupes d’âge : les 20-30 ans, gros utilisateurs de ces technologies de communication ; les 60-70 ans, peu inclus dans les études précédentes portant sur ce thème alors même que la mémoire constitue pour cette population un enjeu important.

Une application installée sur le téléphone et un questionnaire quotidien

L’exposition des utilisateurs de smartphone aux radiofréquences sera déterminée à l’aide d’une application installée sur le téléphone de chaque participant. Des données seront recueillies en continu, à l’aide d’un bracelet d’activité connecté porté tout au long de l’étude.

Enfin, chaque jour, un questionnaire en ligne permettra d’évaluer la qualité du sommeil et le bien-être des participants. Des tests psychométriques seront réalisés quotidiennement et les résultats seront collectés directement via une plateforme internet.

Participez à cette étude pour une période de 10 à 15 jours !

  • Vous utilisez quotidiennement un smartphone (Android exclusivement) et passez au moins cinq appels par semaine
  • Vous êtes âgé de 20 à 30 ans ou de 60 à 70 ans
  • Vous habitez Besançon

--> Renseignements et inscriptions : sputnic@chu-besancon.frEtude indemnisée à hauteur de 35 €

Les résultats de cette étude permettront de mieux connaitre l’exposition quotidienne des utilisateurs de téléphone portable aux radiofréquences, pour des tranches d’âge et des profils  d’utilisation différents.

De plus, cette étude aidera à une meilleure compréhension de l’influence de l’exposition journalière aux radiofréquences sur les capacités cognitives, la qualité du sommeil et le bien-être des utilisateurs de téléphones portables.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : l’ARS observe de premiers indices de rebond en Bourgogne-Franche-Comté

7 départements sur 8 de la région Bourgogne-Franche-Comté sont en dessous du seuil d'alerte fixé à 50 cas pour 100.000 habitants. La Haute-Saône enregistre toutefois une forte augmentation du nombre de cas avec +56,25 % en sept jours. Elle se trouve au niveau du seuil d'alerte... L'Agence Régionale de la Santé a d'ailleurs noté un indicateur à la hausse chez les plus de 65 ans en Haute-Saône et en Saône-et-Loire.

Ségur de la Santé : les détails des investissements en Bourgogne Franche-Comté

Dans le cadre de l'enveloppe globale de 19 milliards d'euros négociée lors du Ségur de la Santé, les mesures prises pour chaque région ont été publiées, dont celles prévues en Bourgogne Franche-Comté. Ce mardi 19 octobre, le Premier ministre, Jean Castex, aux côtés du ministre de la Santé, Olivier Véran et de la ministre déléguée en charge de l’autonomie, Brigitte Bourguignon étaient en déplacement en Côte-d’Or pour présenter la stratégie régionale des investissements Ségur en Bourgogne-Franche- Comté.

Covid : la circulation du virus poursuit sa baisse en Bourgogne Franche-Comté, l’ARS veut maintenir la dynamique de vaccination

La circulation du virus poursuit sa baisse lentement mais continuellement en Bourgogne Franche-Comté selon les derniers chiffres de Santé publique France en date du 14 octobre 2021. Malgré une baisse du nombre d'hospitalisations, le nombre de patients en réanimation est en hausse.

760.000 habitants de Bourgogne Franche-Comté régulièrement exposés aux particules fines PM2,5

Pollution •

Plus d'un quart des habitants sont régulièrement exposé aux particules fines PM2,5 à des concentrations supérieures au seuil de recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3). La Bresse et le Pays de l’Aire urbaine de Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle sont les zones les plus impactées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.44
ciel dégagé
le 25/10 à 3h00
Vent
0.98 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %

Sondage