Le Territoire-de-Belfort condamné à indemniser les assureurs après une inondation

Publié le 01/10/2012 - 19:35
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:20

Le tribunal administratif de Besançon a indiqué lundi avoir condamné le département du Territoire-de-Belfort à indemniser les assureurs et assurés des dégâts liés à une rupture de digues en 2001, qui avait provoqué l'inondation de plusieurs communes. Le Conseil général du Territoire-de-Belfort a indiqué  qu'il ferait  "appel de cette décision dont les attendus sont incohérents".

Retour de vague

PUBLICITÉ

Ce jugement date du 25 septembre, a indiqué dans un communiqué le tribunal, qui n’a pas précisé le montant des indemnisations dans ce dossier qui concerne 550 parties. Fin décembre 2001, sous l’effet de fortes pluies, la rupture de digues des bassins d’écrêtement des crues de la Savoureuse avait libéré une vague d’eau boueuse de plus d’un mètre de haut, notamment sur les villages d’Eloie et de Valdoie, au nord de Belfort, touchant quelque 1.000 riverains et 150 maisons.

« La rupture des digues est imputable à des fautes de conception et dexécution, ainsi qu’à une carence dans le contrôle tant interne quexterne« , a estimé le tribunal.  Après huit ans d’expertises, le Territoire-de-Belfort a été condamné « à indemniser les assureurs et les assurés, lorsque ceux-ci ont présenté une requête commune avec leur assureur, des dommages [matériels] causés par la rupture des digues« , a-t-il indiqué.

Le tribunal, qui a examiné 19 affaires regroupant 550 parties, a également reconnu « la responsabilité des principaux constructeurs » des digues: la société Sogreah, maître d’oeuvre, la société DTP Terrassement, chargée du gros-oeuvre et le bureau de contrôle technique Bureau Veritas.

Ces entreprises ont été condamnées « à garantir le département des condamnations prononcées à son encontre« , a ajouté le tribunal.  Après les inondations, neuf communes du département avaient bénéficié de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Un fonds de secours d’extrême urgence de 152.450 euros avait par ailleurs été débloqué par l’Etat.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.36
ciel dégagé
le 26/05 à 9h00
Vent
1.9 m/s
Pression
1017.69 hPa
Humidité
74 %

Sondage