Les anti pass-sanitaire ne désarment pas

Publié le 15/08/2021 - 09:15
Mis à jour le 15/08/2021 - 11:44

En France près de 215.000 manifestants ont protesté contre le pass sanitaire selon les chiffres du ministère de l’Intérieur pour le 5e week-end de mobilisation. À Besançon, ils étaient entre 2.000 et 2.600 selon les sources à poursuivre cette fronde anti-pass sanitaire

 ©
©

L’essentiel des lieux publics est désormais soumis au pass sanitaire. Cinéma, bars-restaurants, trains longue distance et musées… L’extension de ce dispositif doit permettre d’inciter les Français à se faire vacciner contre le Covid-19. Mais pour une frange de la population, ces nouvelles mesures ne passent pas.

Ce samedi 14 août, les opposants de tous bords au pass sanitaire ont défilé dans les rues de nombreuses villes de France, pour le cinquième samedi d’affilée.

Un total de 214 845 personnes, dont 13 900 à Paris, ont défilé contre le pass sanitaire, soit une mobilisation en baisse par rapport à samedi dernier, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Aux alentours de 19 heures, les autorités recensaient 217 actions, seulement 11 interpellations et un blessé parmi les forces de l'ordre.

Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, avait recensé samedi dernier plus de 415 000 participants « minimum » en France. Il était de 384.090 pour la mobilisation du 14 août 2021.

Non à "une société de contrôle"

A Besançon, ils étaient plus de 2.000 à manifester. "Non à une société de contrôle permanent (…) Nous ne sommes pas là pour ou contre les vaccins mais bien contre le pass sanitaire, c'est cela qui nous réunit avant tout" lançait un manifestant place de la révolution.

Le cortège est traditionnellement parti de la place de la Révolution, le temps d'attendre tous les manifestants. Une vingtaine d'entre eux brandissant une pancarte "non à la dictature sanitaire" ont été pris à partie. "Dégageons les nazillons" scandaient des manifestants qui ont finalement rejoint tous ensemble la place du 8 septembre avant de se diriger vers Chamars où des policer étaient présents afin de les empêcher de rejoindre la préfecture du Doubs. La manifestation s'est terminée vers 17h15

  • Un rassemblement est à nouveau prévu le jeudi 19 août 2021 à 14h30 à l'appel de trois syndicats devant l'agence régionale de santé à Besançon. Le soir même, un pique-nique contestataire est prévu à 19h place de la révolution.

Depuis ses débuts au cœur de l’été le mois dernier, cette mobilisation antigouvernementale bigarrée et hétéroclite n’en finit plus de grossir. Sans incident majeur jusque-là, elle attire autant familles et primo-manifestants apolitiques que soignants ou pompiers en tenue et dépasse la seule mouvance antivaccin ou complotiste.

À Lille, 2 650 manifestants, emmenés par de nombreux Gilets jaunes, ont parcouru le centre-ville ce samedi, selon la préfecture. Dans le Sud-Est de l'Hexagone, au moins 47 700 manifestants (source policière) ont défilé sans violence et malgré la chaleur de l'après-midi. Hors Paris, les cortèges les plus importants se situent dans le Sud, où Toulon, Montpellier, Nice, Marseille ou Perpignan se sont imposés comme des foyers majeurs de contestation.

Une frange de ce mouvement très divers, sans véritable tête, assume un antisémitisme décomplexé, pendant que certains centres de vaccination ou pharmacies sont traités de "collabos" et victimes d’actes de malveillance. Une enseignante sera ainsi jugée en septembre pour avoir brandi une pancarte ciblant des personnalités juives à Metz samedi dernier.

L’exécutif espère toujours convaincre les indécis pour atteindre l’objectif de 50 millions de Français ayant reçu une première injection à la fin du mois d’août, en brandissant la situation catastrophique aux Antilles comme un repoussoir. La vaccination y est trois fois plus faible qu’en métropole et la flambée épidémique provoquée par le variant Delta une "preuve par l’exemple" de l’urgence à se faire vacciner, selon le Premier ministre Jean Castex.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La CGT revendique des congés menstruels dans les trois collectivités de Besançon

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

Baignade : l’ARS fait le point sur les risques et la qualité des eaux en Bourgogne Franche-Comté

Alors que les chaleurs sont de retour en Bourgogne Franche-Comté et que les vacances d'été ont commencé, l'Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté met en garde la population contre les risques de baignades dans des zones non surveillées et sur la qualité de l'eau. Tout ce qu'il faut savoir en cet été 2024.

L’Université de Franche-Comté recherche des patients standardisés pour les examens de médecine

Afin d’aider les étudiants en médecine à développer leurs capacités cliniques et relationnelles, l’université de France-Comté réitère sa recherche de volontaires afin de jouer le rôle de patients standardisés lors des examens des étudiants en 4e, 5e et 6e année de médecine.

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.88
partiellement nuageux
le 16/07 à 03h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %