Les Français boudent le dentiste tant qu'ils n'ont pas mal aux dents

Publié le 26/11/2010 - 19:32
Mis à jour le 26/11/2010 - 19:32

Pourquoi les Français ne vont-ils pas plus souvent chez le dentiste? Parce qu’ils n’ont pas mal aux dents (55%) ou parce qu’ils ont peur d’avoir mal (31%), selon une enquête publiée à l’occasion du congrès de l’Association dentaire française (ADF).

Ces deux freins majeurs à des visites plus fréquentes chez le dentiste sont encore plus importants chez les plus jeunes: l'absence de mal aux dents est invoquée par 65% des personnes interrogées de moins de 35 ans et la peur d'avoir mal par 44%.

Néanmoins, près de 7 Français sur 10 (69%) déclarent être allés chez le dentiste pour la dernière fois il y a un an ou moins, selon cette enquête.

Par ailleurs, pour une majorité de personnes interrogées (71%), le rôle du chirurgien-dentiste est avant tout «de soigner la bouche et les dents uniquement».

Seul un Français sur deux pense que le dentiste peut avoir un rôle dans le dépistage ou la prévention de certains cancers ou des migraines. Les réponses positives tombent à 41% pour les troubles alimentaires (anorexie, boulimie, dénutrition), 35% pour les maladies cardio-vasculaires et 34% pour le diabète.

Le congrès de l'AFD se tient de mardi à samedi à Paris.

Enquête réalisée en ligne par Vision Critical auprès d'un échantillon national représentatif de 1.000 Français âgés de 15 ans et plus, du 7 au 12 octobre).


 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.14
légère pluie
le 04/03 à 0h00
Vent
2.91 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
94 %