Les Français boudent le dentiste tant qu’ils n’ont pas mal aux dents

Publié le 26/11/2010 - 19:32
Mis à jour le 26/11/2010 - 19:32

Pourquoi les Français ne vont-ils pas plus souvent chez le dentiste? Parce qu'ils n'ont pas mal aux dents (55%) ou parce qu'ils ont peur d'avoir mal (31%), selon une enquête publiée à l'occasion du congrès de l'Association dentaire française (ADF).

PUBLICITÉ
Ces deux freins majeurs à des visites plus fréquentes chez le dentiste sont encore plus importants chez les plus jeunes: l’absence de mal aux dents est invoquée par 65% des personnes interrogées de moins de 35 ans et la peur d’avoir mal par 44%.

Néanmoins, près de 7 Français sur 10 (69%) déclarent être allés chez le dentiste pour la dernière fois il y a un an ou moins, selon cette enquête.

Par ailleurs, pour une majorité de personnes interrogées (71%), le rôle du chirurgien-dentiste est avant tout «de soigner la bouche et les dents uniquement».

Seul un Français sur deux pense que le dentiste peut avoir un rôle dans le dépistage ou la prévention de certains cancers ou des migraines. Les réponses positives tombent à 41% pour les troubles alimentaires (anorexie, boulimie, dénutrition), 35% pour les maladies cardio-vasculaires et 34% pour le diabète.

Le congrès de l’AFD se tient de mardi à samedi à Paris.

Enquête réalisée en ligne par Vision Critical auprès d’un échantillon national représentatif de 1.000 Français âgés de 15 ans et plus, du 7 au 12 octobre).


 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.6
légère pluie
le 20/05 à 3h00
Vent
1.79 m/s
Pression
1007.39 hPa
Humidité
99 %

Sondage