Coronavirus: un tiers de l'humanité confinée, les JO reportés

Publié le 25/03/2020 - 08:12
Mis à jour le 25/03/2020 - 08:19

Confrontés à la pandémie de coronavirus, les JO de Tokyo n’ont pas pesé lourd… Initialement programmés en juillet-août 2020, ils ont été officiellement reportés mardi à 2021, « au plus tard à l’été », une première en temps de paix pour les Jeux de l’ère moderne.

jeux olympiques Lausanne © Hélène Loget
jeux olympiques Lausanne © Hélène Loget

Auparavant, seuls les deux conflits mondiaux du 20e siècle avaient entraîné le report puis l'annulation des Jeux, dont la première édition "moderne" remonte à 1896.

"Dans les circonstances actuelles et sur la base des informations fournies (mardi) par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux olympiques de Tokyo doivent être reprogrammés après 2020 et au plus tard à l'été 2021, afin de sauvegarder la santé des sportifs et tous ceux impliqués dans les JO ainsi que la communauté internationale", a annoncé le CIO dans un communiqué.

Peu avant, à Tokyo, à l'issue d'une conférence téléphonique avec le président du CIO, Thomas Bach, le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait annoncé qu'il avait "proposé de reporter (les JO) d'environ un an" et que le président du CIO avait "accepté à 100%".

Ces Jeux olympiques, qui s'appelleront toujours Tokyo-2020, seront "le témoignage de la défaite du virus" face à l'humanité, a lancé Shinzo Abe.

En attendant, le relais de la flamme olympique, qui devait débuter jeudi, a été lui aussi reporté.

"Protéger des vies" 

C'est un énorme coup dur pour la ville de Tokyo et le Japon, qui se préparaient minutieusement depuis des années à accueillir le plus grand événement sportif de la planète du 24 juillet au 9 août, suivi des Paralympiques du 25 août au 6 septembre. Une malédiction des anneaux olympiques semble frapper la capitale japonaise, qui avait déjà dû renoncer il y a 80 ans à accueillir l'édition 1940.

Les conséquences vont être lourdes également pour l'économie japonaise cette année et aussi pour les différentes fédérations sportives. Mais l'impact financier "n'a pas été évoqué et n'est pas la priorité", a assuré Thomas Bach. "Il s'agit de protéger des vies", a-t-il affirmé.

C'est un énorme coup dur pour la ville de Tokyo et le Japon, qui se préparaient minutieusement depuis des années à accueillir le plus grand événement sportif de la planète du 24 juillet au 9 août, suivi des Paralympiques du 25 août au 6 septembre. Une malédiction des anneaux olympiques semble frapper la capitale japonaise, qui avait déjà dû renoncer il y a 80 ans à accueillir l'édition 1940.

Avant de s'y résoudre, les autorités japonaises et le CIO avaient été longtemps réticents à envisager officiellement de modifier le calendrier des JO.

Le CIO avait indiqué dimanche qu'il se donnait quatre semaines pour prendre une décision mais la pression d'athlètes, puis de fédérations sportives nationales et internationales, devenait de jour en jour plus forte avec la propagation inexorable du coronavirus, apparu en Chine fin 2019 et qui sévit désormais massivement ailleurs dans le monde, notamment en Europe.

Cette décision sans précédent, qui va entraîner un grand chamboule-tout du calendrier sportif à travers le monde, a été majoritairement bien accueillie par la plupart des acteurs du sport, dont certains avaient vivement critiqué l'attentisme du CIO.

"La santé et la sécurité des athlètes restent la priorité numéro un pour l'AMA et il est clair que la bonne décision a été prise dans cette situation difficile et sans précédent", a réagi le président de l'Agence mondiale antidopage, Witold Banka.

Du répit pour les athlètes 

La très puissante fédération internationale d'athlétisme, sport numéro un aux JO, a "salué" mardi cette décision, qui permet selon elle de donner "du répit et de la clarté dans cette situation inédite et incertaine".

Son président Sebastian Coe, qui avait pris clairement position, estimant qu'organiser les Jeux cet été n'était "ni faisable ni souhaitable", avait déjà indiqué lundi qu'il était prêt à reporter d'un an les Mondiaux prévus à Eugene (Etats-Unis) à l'été 2021.

Le champion olympique 2016 et recordman du monde du marathon kényan Eliud Kipchoge a qualifié le report de "très sage décision", tandis que le double champion olympique de judo Teddy Riner a déjà pris rendez-vous pour l'an prochain. "Tokyo, on se voit en 2021. Nous avons un combat plus important à gagner avant", a tweeté le Français.

Cette annonce intervient alors que la plupart des compétitions sportives sont à l'arrêt sur l'ensemble des continents, où plus de 2,6 milliards de personnes sont appelées à rester chez elles, avec des mesures de confinement souvent drastiques.

La maladie Covid-19 a fait au moins 18.040 morts dans le monde depuis son apparition, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 18H00 GMT.

Plus de 401.285 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 175 pays et territoires depuis le début de l'épidémie.

Un report d'un événement aussi gigantesque est toutefois une "opération très complexe", a prévenu samedi Thomas Bach. Calendrier des épreuves, gestion des sites, hébergement des 11.000 sportifs attendus... "Reporter les Jeux olympiques n'est pas comme décaler un match de football au samedi suivant", a-t-il estimé.

Voilà le défi auquel le CIO et le Comité organisateur vont devoir s'atteler.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Sport

Juliette Labous championne de France de course en ligne pour la première fois

Juliette Labous (Team DSML) a remporté ce samedi 22 juin sur la course en ligne des championnats de France entre Avranches et Saint-Martin-de-Landelles (125 km). La coureuse franc-comtoise est devenue championne de France en s’imposant au sprint devant Gladys Verhulst-Wild. Elle décroche ainsi son premier maillot tricolore. De très bon augure avant les JO de Paris.

Volley-ball : un Bisontin avec l’équipe de France U22 lundi aux Montboucons

Lundi 24 juin 2024, l’équipe de France U22 de volley-ball affrontera les Pays-Bas, pays hôte du prochain Euro U22 au gymnase des Montboucons de Besançon. Parmi ces joueurs de l’équipe de France, l’un d’eux fera son retour en terres bisontines, il s’agit de Nathan Féral, ancien joueur qui a fait ses armes au BVB. 

La DNCG donne son feu vert au FC Sochaux-Montbéliard

Auditionné ce mercredi 19 juin par le gendarme financier du football français, le club du FC Sochaux-Montbéliard a confirmé le feu vert "sans restriction" accordé au club pour sa réinscription dans le championnat National en 2024/2025. Un soulagement qui va pouvoir laisser désormais place à une préparation de saison sereine. 

Deux intelligences artificielles désignent le FCSM champion de National en 2024/2025

INSOLITE • Le compte NationalFootball a partagé sur son compte twitter les résultats donnés par deux IA interrogées sur le classement final de la saison de National 2024/2025. Si les résultats diffèrent selon les deux IA, elles sont pour autant d’accord sur un même point en désignant toutes deux le FC Sochaux-Montbéliard en tête du classement à l’issue de la saison prochaine. 

Passage de la flamme à Besançon : fermeture complète du pont Charles de Gaulle le 25 juin

La Ville de Besançon vient d’annoncer dans un communiqué que pour des raisons de sécurité, les services de l’État ont décidé de modifier le dispositif de circulation de la journée du passage de la flamme olympique le 25 juin 2024. Le pont Charles de Gaulle sera ainsi fermé à tous les usagers (voitures, bus, tramway, cyclistes, piétons) de 18h15 à 19h30.

Decat’ Fever : une soirée fitness inoubliable à Besançon !

PUBLI-INFO • Envie de bouger ? Ne manquez pas la Decat' Fever ! Le vendredi 5 juillet 2024, le site de la Malcombe - Complexe sportif Michel Vautrot à Besançon vous accueille pour une soirée fitness gratuite ouverte à tous. 500 participants prêts à bouger et à s'amuser dans une ambiance festive et énergique sont attendus.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.08
partiellement nuageux
le 23/06 à 0h00
Vent
1.5 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
96 %