Les petites entreprises bientôt placées sous surveillance ?

Publié le 23/06/2015 - 17:29
Mis à jour le 23/06/2015 - 17:29

La CGPME et le sénateur de Haute-Saône, Alain Joyandet, ont chacun fait savoir qu’ils s’opposaient à la création des commissions paritaires régionales interprofessionnelles pour les salariés et les employeurs des entreprises de moins de onze salariés. Cette nouvelle mesure du Gouvernement serait inadaptée.

Pas d’accord

Ce dispositif voté dans le cadre du projet de loi relatif au dialogue social et à l’emploi, présenté par François Rebsamen, ministre du Travail, a pour but de représenter les salariés et les employeurs des très petites entreprises qui n'ont pas mis en place de commissions paritaires régionales par un accord de branche ou de niveau national et interprofessionnel ou multiprofessionnel. Un non-sens pour Alain Joyandet qui a déposé un amendement qui devrait être examiné demain, en faveur de la suppression de ces commissions.

De nouvelles contraintes ?

D'après l'ancien entrepreneur haut-saônois, "dans les entreprises de moins de onze salariés, [...] le dialogue social entre le chef d'entreprise et les personnes qu'il emploie est, par essence, direct, spontané et naturel". Cela aurait en outre "pour effet d'alourdir et de complexifier les contraintes qui pèsent actuellement sur ces entreprises", d'après lui.

La CGPME y voit, de son côté, une façon d'oublier "opportunément que les salariés de TPE, comme les autres, ont la faculté d’adhérer à une organisation syndicale."

Parlant d'un "dispositif  kafkaïen", la Confédération se réjouit ainsi "du refus du Sénat de placer les TPE sous surveillance syndicale." "Mettre le doigt dans un tel engrenage, c’est nier la relation directe entre le chef d’entreprise et ses salariés dans les TPE."

Tout en prenant un exemple concret, elle explique pourquoi elle le juge inadapté. "Imagine-t-on sérieusement un libraire employant 3 salariés à Guéret dans la Creuse faisant appel à une commission théodule régionale basée à plus de 300 km, et voyant débarquer un syndicaliste lui-même employé dans une association bordelaise pour lui expliquer comment améliorer le dialogue social dans sa TPE ?"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

À la Maison Grandvoinnet, les fêtes font décoller les papilles !

PUBLI-INFO • Pour les fêtes de fin d’année, la Maison Grandvoinnet fait les choses en grand grâce aux nombreuses gourmandises à découvrir : bûches, gâteaux, chocolats, guimauves, macarons, bonbons et autres desserts festifs sont à déguster sans modération !

Au régal de chouchou, nouveau salon de thé bisontin

Christine Demange habite Pouilley les Vignes et vient d’ouvrir un nouveau salon de thé, Au régal de Chouchou situé au 128 grande rue à Besançon. Issue de la finance, cette mère de famille de quatre enfants a décidé de changer de voie professionnelle durant le confinement et a désormais troqué son tailleur pour un tablier… sans regrets !

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

On a goûté pour vous le calendrier de l’avent de laGrange à Marnay…

Chaque année, laGrange à Marnay propose un calendrier de l’avent version gourmande avec ses produits et des découvertes. Élodie et Alexane, journalistes pour maCommune.info et amatrices de boissons chaudes, ont testé pour vous les thés, tisanes et rooibos de ce calendrier particulier…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.31
couvert
le 05/12 à 12h00
Vent
3.08 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
93 %