Macron va réaffirmer aux Européens que le "cap des réformes" est maintenu

Publié le 12/12/2018 - 17:47
Mis à jour le 12/12/2018 - 18:02

Emmanuel Macron va tenter de rassurer ses partenaires européens, réunis jeudi 13 et vendredi 14 décembre 2018 en sommet à Bruxelles, en affirmant que les coûteuses mesures sociales annoncées pour les "gilets jaunes" ne remettaient pas "en cause le cap des réformes".

PUBLICITÉ

« Ce qui est le plus important pour nos partenaires, c’est le cap des réformes en France. Le Président sera très clair : pour maintenir ce cap, il fallait prendre ces mesures car il y avait une urgence », a expliqué mercredi l’Elysée.

« Il y aura un impact »

Emmanuel Macron pourrait être interrogé au cours du dernier Conseil européen de l’année, sur le dérapage du déficit budgétaire français, à environ 3,4% du Produit intérieur brut (PIB) pour 2019 contre une prévision initiale de 2,8%.

« Il y aura un impact », a reconnu l’Elysée. Mais les annonces de lundi représentent « une accélération de mesures qui étaient prévues dans la trajectoire budgétaire. C’est plus vite, mais ce n’est pas différent. On va dans la même direction en essayant d’avoir des résultats plus rapides ».

Le coût de l’augmentation de 100 euros des salaires au niveau du Smic, de la défiscalisation des heures supplémentaires ou de l’annulation d’une hausse de la CSG pour une partie des retraités est évalué à environ 10 milliards d’euros.

Que dit la commission européenne ?

La Commission européenne a indiqué mardi qu’elle allait étudier « attentivement » leur impact financier et qu’elle se donnait jusqu’au printemps pour analyser le budget français. Le commissaire européen aux affaires économiques Pierre Moscovici a souligné mercredi qu’un dépassement probable de la limite de 3% du PIB était « envisageable » de façon « temporaire et exceptionnelle ».

La présidence n’a pas voulu commenter les critiques du gouvernement italien sur le coût des mesures annoncées: « on ne commente pas, on ne juge pas les stratégies de tel ou tel pays. » L’Elysée récuse par ailleurs les critiques sur une absence de résultats obtenus par Emmanuel Macron dans son ambition de réformer l’UE, l’une des priorités de sa politique. « Il n’y a pas à rougir (…) En 18 mois, il y a eu des progrès symboliques et majeurs », insiste-t-on, en citant les avancées sur le travail détaché, la défense ou la taxation du numérique. « On préférerait aller plus fort et plus vite », mais « l’Europe avance toujours par compromis ».

L’une de ces avancées sera, selon la présidence, « la validation politique » vendredi d’un budget de la zone euro pour mieux faire face aux prochaines crises financières, même si cette réforme est moins ambitieuse que celle voulue par Emmanuel Macron.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

attentat strasbourg

Le marché de Noël a rouvert sur la promenade Granvelle à Besançon

Le marché de Noël a rouvert sur la promenade Granvelle à Besançon

Suite à l’attentat meurtrier au marché de Noël de Strasbourg mardi soir,  le niveau Attentat du plan Vigipirate a été décrété. Fermé une matinée, le marché de Noël de la place de la Révolution rouvrait déjà à 12h30 ce mercredi. Le marché de Noël de Granvelle, resté fermé depuis ce mercredi, a rouvert comme prévu ce jeudi 13 décembre 2018 à 11h00.  

La question de l’armement de la police municipale à nouveau sur la table à Besançon…

La question de l’armement de la police municipale à nouveau sur la table à Besançon…

Suite à la fusillade de Strasbourg, L’État a porté le plan Vigipirate au niveau "urgence attentat". Ce 13 décembre 2018, Jean-François Longaretti, secrétaire départemental mairie et CAGB Force ouvrière, adresse une lettre à Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, pour lui parler de l'armement de la police municipale.  

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.31
forte pluie
le 19/10 à 18h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1007.51 hPa
Humidité
98 %

Sondage