Aval des médecins, le procès de Jonathann Daval peut reprendre

Publié le 19/11/2020 - 09:03
Mis à jour le 19/11/2020 - 09:13

Jonathann Daval, qui a souffert d'un malaise vagal mercredi soir en plein interrogatoire sur le meurtre de sa femme Alexia, a reçu l'aval des médecins et son procès va pouvoir reprendre normalement devant les assises de la Haute-Saône jeudi, a déclaré l'avocat général.  

Alexia et Jonathann Daval © DR
Alexia et Jonathann Daval © DR

Jonathann Daval, qui comparaît devant les assises de la Haute-Saône pour le meurtre de son épouse Alexia, a fait un « malaise vagal » et « son état de santé est rassurant », avait déclaré mercredi soir l’avocat général Emmanuel Dupic.

"C'est bon, officiellement un certificat médical de compatibilité a été donné et Jonathann Daval va au tribunal pour reprendre le procès", a déclaré Emmanuel Dupic.

L'accusé a passé la nuit en observation à l'hôpital de Vesoul. L'audience doit reprendre à 09H00. Selon l'avocat général malgré le retard pris dans les débats depuis le début du procès lundi, le verdict reste attendu vendredi.

"On continue sur le même déroulé. Une cour d'assises s'adapte aux événements", a poursuivi devant la presse M. Dupic. "Hier l'audience a été très forte en émotion. On va dérouler jusqu'à demain, journée où le verdict sera normalement rendu."

Le malaise de Jonathann Daval s'est produit alors que le procès venait de rentrer dans le vif du sujet, avec deux moments extrêmement forts émotionnellement : les dépositions des parties civiles et l'interrogatoire de l'accusé.

Pris sous le feu roulant des questions du président Matthieu Husson qui le pressait d'expliquer sa relation compliquée avec Alexia, notamment leur difficulté à concevoir un enfant, M. Daval a soudain blêmi, avant de s'effondrer, au bout d'environ trois quarts d'heure d'interrogatoire.

Le président, qui a tenté de mettre Jonathann Daval face à ses contradictions, était en train de le questionner sur les tensions dans son couple. L'informaticien de 36 ans avait commencé son audition en présentant ses excuses à la famille d'Alexia et à sa famille.

Les agents de l'escorte pénitentiaire l'ont alors sorti du box. Il a ensuite été conduit à l'hôpital de Vesoul où il a passé la nuit de mercredi à jeudi en observation.

Jonathann Daval est jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia. Le corps de cette employée de banque de 29 ans avait été retrouvé le 30 octobre 2017 dans un bois, à quelques kilomètres du domicile conjugal de Gray-la-Ville (Haute-Saône). Il encourt a réclusion criminelle à perpétuité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval, jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia qu'il reconnaît, a demandé à deux reprises "pardon" ce samedi 21 novembre 2020 aux parties civiles, avant que la cour d'assises de la Haute-Saône ne  se retire pour délibérer. Elle a finalement donné son verdict. Il est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

Meurtre d’Alexia : réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval

L'avocat général Emmanuel Dupic a requis ce samedi 21 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime presque parfait" parce que sa femme Alexia "voulait le quitter". Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Faits Divers

Reprise des rodéos urbains à l’approche de l’été… 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé ce mercredi 16 juin 2021 une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par le fléau des rodéos urbains. Dans un communiqué, Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Besançon dénonçait une nouvelle fois ces comportements.

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.99
peu nuageux
le 18/06 à 15h00
Vent
2.64 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
15 %

Sondage