Meurtre d'Alexia Daval : son mari Jonathann entendu par le juge d'instruction à sa demande

Publié le 27/06/2018 - 17:27
Mis à jour le 18/04/2019 - 12:31

Jonathann Daval, qui a reconnu en janvier 2018 avoir étranglé son épouse Alexia en Haute-Saône, a été entendu à sa demande mercredi 27 juin à Besançon par le juge d’instruction chargé de l’affaire, a-t-on appris mercredi d’une source proche du dossier.

Jonathan Daval, entouré des parents d'Alexia lors d'une marche le 5 novembre 2017. ©SA ©
Jonathan Daval, entouré des parents d'Alexia lors d'une marche le 5 novembre 2017. ©SA ©

Ses avocats ont décidé « en l’état de ne pas communiquer » afin « de ne pas nuire à l’enquête ».

Il s'agit de la deuxième audition de l'informaticien de 34 ans depuis sa mise en examen en janvier dernier pour "meurtre sur conjoint ", un crime qui lui fait encourir la réclusion criminelle à perpétuité. Placé en détention provisoire, il a été incarcéré dans l'unité psychiatrique de la maison d'arrêt où il est détenu, en raison de sa fragilité psychologique et physique.

Le couple connaissait de "fortes tensions"

Jonathann Daval avait reconnu avoir tué son épouse Alexia, 29 ans, lors d'une dispute conjugale au domicile du couple à Gray-la-Ville, dans la nuit du 27 au 28 octobre. En revanche, il conteste avoir brûlé son corps, retrouvé fin octobre en partie calciné, dans un bois près de Gray. Le suspect avait affirmé en garde à vue qu'il ne "voulait pas" la tuer, mais qu'ils en étaient venus aux mains et qu'il avait étranglé Alexia en tentant de la "maîtriser". Le couple connaissait de "fortes tensions" en raison de leurs difficultés à avoir un enfant.

"La mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement"

Selon les résultats de l'autopsie, la jeune femme de 29 ans a été violemment frappée et étranglée. "La mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement", avait souligné la procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot.

Pendant les trois mois de l'enquête diligentée par les gendarmes de la section de recherches de Besançon, Jonathann Daval avait maintenu qu'Alexia était partie faire un footing et qu'elle n'était jamais rentrée. En public, comme en privé, il s'était présenté en mari éploré. Il a finalement avoué le crime à la fin de sa garde à vue en janvier, acculé par les éléments scientifiques rassemblés par les gendarmes.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

“Je voulais qu’elle se taise”: sortie du livre de l’avocat de Jonathann Daval

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat bisontin de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son analyse de « l’affaire Daval » dans un ouvrage coécrit avec le journaliste Frédéric Gilbert et qui paraît ce jeudi  14 octobre 2021.

Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d’Alexia

Mise à jour • La famille d’Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d’assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia examinée lundi

Affaire Daval • « Justifiées » pour les parties civiles, « disproportionnées » pour la défense : la justice est saisie ce lundi 22 février 2021 à Vesoul de la question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia à Jonathann Daval, condamné fin novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.18
légère pluie
le 16/04 à 21h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
92 %