Meurtre rue de la Mouillère à Besançon : le suspect avoue son crime à une commerçante et deux mineurs

Publié le 10/11/2021 - 16:51
Mis à jour le 10/11/2021 - 17:59

VIDÉO • Un ingénieur en horlogerie de 30 ans a été tué à son domicile au 23 rue de la Mouillère à Besançon ce mardi 9 novembre 2021 vers 11h30. Un suspect âgé de 31 ans a été placé en garde à vue hier. Il a reconnu avoir donné les coups mortels.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Il est encore trop tôt pour comprendre les motivations exactes de l’individu qui a porté les coups. Lors de son interpellation, ce dernier a donné plusieurs versions aux enquêteurs.

Connu des services de police, cet homme résidant dans le secteur de Valdahon a déjà purgé une peine de prison.

Devant les forces de l’ordre, il a d’abord indiqué qu’il avait eu des conflits avec la victime puis a affirmé que "la volonté de tuer lui était venue du cœur". Il a ensuite expliqué qu’il "était la réincarnation de Jésus", indique le commandant David Tognelli, patron de la police judiciaire de Besançon.

Le travail des enquêteurs reste donc à déterminer ce qui a poussé cet homme (sans antécédents psychiatriques) à agir.

Il avoue le meurtre à deux mineurs et une commerçante de Besançon

L’individu s’est rendu à l’appartement de la victime de 7h30 à 11h00 et a "tambouriné" à plusieurs reprises à sa porte. 

Les voisins ont été directement confrontés à ce dernier (sans comprendre ce qu’il voulait).

Après avoir entendu des cris, ils ont finalement donné l’alerte et prévenu les forces de l’ordre, a précisé le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

L’enquête de voisinage a ensuite permis aux enquêteurs de comprendre que l’individu séjournait à l’hôtel Mercure de Besançon. 

Vers 16h, l’auteur des coups s’est rendu au centre-ville afin d’acheter de nouveaux vêtements. C’est à ce moment-là, qu’il a avoué son crime à une commerçante : " Je peux tuer encore", a-t-il dit à cette dernière, précise le procureur. « Il l’a également remercié pour son écoute".

Il s’est ensuite rendu au Parc Micaud où il a rencontré deux mineurs. Il a une nouvelle fois avoué qu’il avait tué quelqu’un.

Grâce au travail des enquêteurs, il a finalement été interpellé à l’hôtel Mercure. Sa compagne, qui séjournait avec lui dans la chambre, a expliqué qu’il était revenu avec des vêtements couverts de sang.

Sur place, les policiers ont découvert un sac contenant un pantalon maculé de sang et des ciseaux.

Une autopsie a été réalisée cet après-midi pour déterminer les causes exactes du décès.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.33
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
96 %