Meurtre rue de la Mouillère à Besançon : le suspect avoue son crime à une commerçante et deux mineurs

Publié le 10/11/2021 - 16:51
Mis à jour le 10/11/2021 - 17:59

VIDÉO • Un ingénieur en horlogerie de 30 ans a été tué à son domicile au 23 rue de la Mouillère à Besançon ce mardi 9 novembre 2021 vers 11h30. Un suspect âgé de 31 ans a été placé en garde à vue hier. Il a reconnu avoir donné les coups mortels.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Il est encore trop tôt pour comprendre les motivations exactes de l’individu qui a porté les coups. Lors de son interpellation, ce dernier a donné plusieurs versions aux enquêteurs.

Connu des services de police, cet homme résidant dans le secteur de Valdahon a déjà purgé une peine de prison.

Devant les forces de l’ordre, il a d’abord indiqué qu’il avait eu des conflits avec la victime puis a affirmé que "la volonté de tuer lui était venue du cœur". Il a ensuite expliqué qu’il "était la réincarnation de Jésus", indique le commandant David Tognelli, patron de la police judiciaire de Besançon.

Le travail des enquêteurs reste donc à déterminer ce qui a poussé cet homme (sans antécédents psychiatriques) à agir.

Il avoue le meurtre à deux mineurs et une commerçante de Besançon

L’individu s’est rendu à l’appartement de la victime de 7h30 à 11h00 et a "tambouriné" à plusieurs reprises à sa porte. 

Les voisins ont été directement confrontés à ce dernier (sans comprendre ce qu’il voulait).

Après avoir entendu des cris, ils ont finalement donné l’alerte et prévenu les forces de l’ordre, a précisé le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

L’enquête de voisinage a ensuite permis aux enquêteurs de comprendre que l’individu séjournait à l’hôtel Mercure de Besançon. 

Vers 16h, l’auteur des coups s’est rendu au centre-ville afin d’acheter de nouveaux vêtements. C’est à ce moment-là, qu’il a avoué son crime à une commerçante : " Je peux tuer encore", a-t-il dit à cette dernière, précise le procureur. « Il l’a également remercié pour son écoute".

Il s’est ensuite rendu au Parc Micaud où il a rencontré deux mineurs. Il a une nouvelle fois avoué qu’il avait tué quelqu’un.

Grâce au travail des enquêteurs, il a finalement été interpellé à l’hôtel Mercure. Sa compagne, qui séjournait avec lui dans la chambre, a expliqué qu’il était revenu avec des vêtements couverts de sang.

Sur place, les policiers ont découvert un sac contenant un pantalon maculé de sang et des ciseaux.

Une autopsie a été réalisée cet après-midi pour déterminer les causes exactes du décès.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Pédopornographie : des habitantes demandent à Macron la révocation de leur maire

Des habitantes d'un village de Côte-d'Or ont écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de révoquer leur maire dont le refus de démissionner, malgré des poursuites pour consultation d'images pédopornographiques, est déjà contesté par une pétition, a-t-on appris vendredi 9 décembre 2022 auprès des auteures de la lettre.

Après Camaïeu, les magasins Go Sport pourraient également fermer...

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.48
couvert
le 09/12 à 21h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
91 %