Michel Mercier à Besançon: pas de moyens nouveaux sans "changer les méthodes de travail"

Publié le 24/02/2011 - 15:18
Mis à jour le 24/02/2011 - 15:18

Le ministre de la Justice, de passage à Besançon ce jeudi matin, a estimé qu'avant de dégager de nouveaux moyens en faveur des services pénitentiaires d'insertion et de probation (Spip) il fallait «changer les méthodes de travail».

PUBLICITÉ
Un ministre à l’heure ? S’il n’y en a qu’un c’est Michel Mercier, le ministre de la Justice qui est même arrivé en avance à Besançon ce matin où il était attendu pour participer à une conférence semestrielle sur les aménagements de peines. « Il faut préparer la sortie de prison et mettre les sortants en situation de ne pas recommencer. Il faut que la chaîne soit efficace. Il ne doit pas y avoir de sortie sèche de prison », a déclaré le garde Sceaux à la presse.

Avec quels moyens ? «Il en existe déjà un certain nombre, sinon je n’aurais pas pu assister à cette réunion à Besançon. Il est vrai que la demande augmente plus vite que prévu. Il faut noter que le budget du ministère de la Justice est l’un des rares à progresser », a relevé Michel Mercier.

« Nous mettrons de nouveaux moyens quand nous aurons changé les méthodes de travail. Il n’y aura pas de moyens sur des moyens », a-t-il poursuivi en réponse à une manifestation de conseillers d’insertion et de probation qui ont remis une motion à l’entourage du ministre en réclamant 100 postes dans le ressort de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Strasbourg.

Et la prison de Lure menacée de fermeture ? « Dans quelques temps, on annoncera le dispositif général en matière d’établissements pénitentiaires. Il n’y aura pas d’annonce établissement par établissement. Il y aura une position globale ».

Avant son passage dans la capitale régionale, le ministre de la Justice s’était rendu à Lons-le-Saunier où il a décoré des agents de la maison d’arrêt qui avaient été confrontés à une tentative d’évasion le 27 novembre 2010.

Cette visite a mobilisé un nombre important de forces de l’ordre. Une douzaine de motards, de très nombreux policiers en tenue et en civil et de nombreuses voitures. « Ce n’est pas la même crise pour tout le monde », a relevé un passant. Il est vrai que de visite ministérielle en visite ministérielle, on note une inflation des dispositifs de sécurité. Un contre-exemple de la rigueur que prône Michel Mercier. En matière d’escorte ministérielle, on a trouvé « des moyens sur des moyens » …

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi 26 août 2019 pour avoir mortellement frappé son demi-frère aîné âgé de 33 ans samedi matin à Fuans dans le Haut-Doubs. Il était en permission de sortie au moment des faits, purgeant une peine dans la Meuse après des actes de violence. 

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.64
ciel dégagé
le 19/09 à 18h00
Vent
2.86 m/s
Pression
1023.96 hPa
Humidité
62 %

Sondage