Mois sans tabac : c'est parti !

Publié le 28/10/2021 - 16:02
Mis à jour le 02/11/2021 - 14:20

Lundi 1er novembre, Santé publique France, en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé et l’Assurance Maladie, a donné le coup d’envoi de la sixième édition de Mois sans tabac. Désormais incontournable, l’opération, qui offre aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour, comptait déjà 51.791 inscrits au 22 octobre sur la plateforme dédiée, dont plus de 2.000 en Bourgogne-Franche-Comté.

Selon les nouvelles données issues du Baromètre santé de Santé publique France, les tentatives d’arrêt du tabac sur le dernier trimestre de l’année 2021, attribuables à Mois sans tabac, sont en hausse et cela depuis le lancement de l’opération en 2016.

Santé publique France renforce cette année encore son dispositif et permet à tous les participants d’accéder facilement à une consultation d’aide à l’arrêt. Sur les réseaux sociaux, les fondateurs de Wanted Community relèvent le défi de ce Mois sans tabac et diffuseront tout au long du défi des messages auprès de cette communauté d'entraide et de coopération sociale qui regroupe près d'1 million de participants. En télévision, trois nouveaux parrains de l’opération : Christophe Beaugrand-Gérin pour TF1, Adriana Karembeu pour France TV et Stéphane Plaza pour M6 apporteront leur soutien aux participants.

Mois sans tabac, un impact sur les tentatives d’arrêt au-delà des inscriptions

Les 5 premières éditions de Mois sans tabac ont enregistré plus de 900.000 inscriptions, dont 36.727 en Bourgogne-Franche-Comté.

Les nouvelles données du Baromètre de Santé publique France montrent que les résultats vont bien au-delà du nombre d’inscrits officiel : sur la période 2016-2019, près de 1,8 million de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac étaient comptabilisées, soit plus du double du nombre d’inscriptions en ligne. Plus précisément, le taux de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac a significativement augmenté entre 2017 (2,9%) et 2018 (4,8%), avant de se stabiliser en 2019 (4,3%).

"Ces données attestent de l’existence d’un réel élan collectif pour arrêter de fumer tous ensemble pendant 30 jours... durée essentielle car si elle est atteinte, elle multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement", explique Santé publique France dans un communiqué. "Au-delà, les symptômes de manque (nervosité, irritabilité) sont largement réduits".

Substituts nicotiniques : un recours plebiscité pour arrêter de fumer

Les traitements par substituts nicotiniques ont prouvé leur efficacité dans l’arrêt du tabac. Ils sont remboursés par l’Assurance Maladie, sur prescription, depuis 2018. Depuis la première opération, le remboursement de ces traitements augmente particulièrement dès le mois d’octobre et durant toute l’opération Mois sans tabac, et perdure plusieurs mois après, témoignant d’une démarche active d’arrêt du tabac. En 2020, environ 1 million de personnes en France ont eu recours à ces traitements pour arrêter de fumer, ce chiffre a triplé en 3 ans, notamment grâce à leur remboursement.

Un programme d’accompagnement adapté pour favoriser la réussite du défi

Pour cette 6ème édition de Mois sans tabac, Santé publique France renforce son dispositif d’accompagnement des fumeurs. "Pouvoir échanger et se sentir accompagné est primordial pendant ces 30 jours", souligne l'institution. "C’est pourquoi les participants au défi pourront bénéficier d’un accompagnement personnalisé et accéder à un entretien d’aide à l’arrêt du tabac correspondant à leurs attentes" soit :

  • une consultation avec un professionnel de santé en présentiel,
  • une consultation par téléphone grâce au 39 89,
  • des entretiens individuels ou collectifs proches de chez lui ou en visio-conférence.

Pour Santé publique France, "l’objectif est d’aller encore plus loin pour aider les participants à arrêter de fumer et leur donner toutes les clés pour relever ce grand défi, grâce à une méthode qui a fait ses preuves : l’aide d’un professionnel de santé augmente de 70% les chances de réussir son sevrage".

Dans le cadre de l’Appel à projets "Moi(s) sans tabac 2021" porté par l’Assurance Maladie, plus de 300 initiatives d’accompagnement à l’arrêt du tabac sont déployées sur le terrain (consultations individuelles, ateliers collectifs...) en direction des populations en situation de vulnérabilité sociale : femmes enceintes, jeunes, personnes atteintes de maladies chroniques...

Wanted Community

Cette nouvelle édition signe également l‘entrée de Mois sans tabac sur Wanted Community, une communauté d'entraide et de coopération sociale présente sur Facebook, pour promouvoir le sevrage tabagique durant tout le mois de novembre auprès d'1 million de membres, répartis dans une dizaine de villes françaises. Ses fondateurs, Jérémie, Christian et Luc, se lanceront d’ailleurs dans l’aventure Mois sans tabac.

Parmi les dispositifs incontournables à retrouver cette année pour s’informer, choisir sa stratégie d’arrêt et se tenir prêt :

  1. Le site tabac-info–service.fr, dispositif majeur de l’accompagnement à l’arrêt du tabac.
  2. L’application d’e-coaching Tabac info service, conçue par l’Assurance Maladie en partenariat avec Santé publique France et avec le concours de la Société francophone de tabacologie, se renouvelle et propose un programme d'e-coaching complet et personnalisé pour optimiser les chances d’arrêt définitif du tabac (astuces, vidéos de soutien, suivi des bénéfices de l'arrêt au quotidien...)
  3. Santé publique France propose aux participants de les rejoindre sur les réseaux sociaux. En s’inscrivant sur les pages Facebook, Twitter et Instagram, les fumeurs peuvent trouver chaque jour du soutien au sein même de la communauté, des informations utiles et des conseils pour affronter la phase de sevrage.
  4. Un kit d’aide à l’arrêt Mois sans tabac comprenant le programme de 40 jours –composé de deux phases : 10 jours de préparation et 30 jours de défi – une roue des économies et aussi cette année deux flyers d’information, l’un détaillant les différents outils disponibles pour arrêter de fumer et l’autre expliquant comment avoir recours à un professionnel de santé pour accompagner l’arrêt.

Le paysage médiatique se mobilise

Les principaux groupes audiovisuels français renouvellent leur fidélité au dispositif Mois sans tabac, représentés cette année par trois parrains : Christophe Beaugrand-Gérin (Groupe TF1), Adriana Karembeu (France Télévisions) et Stéphane Plaza (Groupe M6). Les trois animateurs vont échanger avec des ex-fumeurs sur leurs motivations, leurs astuces, leurs peurs. Ils encouragent les fumeurs à s’inscrire à Mois sans tabac et apportent des solutions pour relever ce défi au travers de 10 spots TV de 30 secondes.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.

Covid-19 : huit cas d’Omicron relevés, Delta ne relâche pas la pression

Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit dont un dans le Haut-Rhin, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la menace actuelle reste le variant Delta avec des contaminations qui s'envolent. Un conseil de défense sanitaire est programmé lundi.

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.29
légère pluie
le 05/12 à 9h00
Vent
3.6 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
100 %

Sondage