Municipale à Besançon : "Entre la peste et le choléra, il n'y a pas de choix à faire" (J. Ricciardetti)

Publié le 12/06/2020 - 17:30
Mis à jour le 13/06/2020 - 12:33

Le candidat, tête de la liste « Changeons Besançon » soutenue par le Rassemblement National, a affirmé ce 12 juin 2020 qu’il appelle les Bisontins à se rendre aux urnes, mais à ne voter pour aucun des trois candidats en lice pour la mairie de Besançon.

Jacques Ricciardetti ©Alexane Alfaro ©
Jacques Ricciardetti ©Alexane Alfaro ©

À deux semaines du deuxième tour de l'élection municipale de Besançon, le candidat du Rassemblement National garde un goût amer du premier tour pour lequel il incrimine le maintien des élections le 15 mars dernier, deux jours avant les strictes mesures de confinement...

maCommune.info : Comment analysez-vous votre résultat de 7,2 % au premier tour de l'élection municipale de Besançon ? En sachant que le Front National avait fait 11,76 % en 2014 ?

Jacques Ricciardetti : "J'aimerais remercier les gens qui se sont portées sur la liste "Changeons Besançon". 7,2 % ce n'est pas négligeable. Je rappelle quand même qu'il y a eu une vaste hésitation sur "on confine ou pas" et c'est une "grippette". Le samedi soir on a fermé les commerces et l'ensemble des lieux de festivités pour envoyer les gens voter le dimanche... Plus personne n'y comprenait plus rien. Suite à cela, 2/3 de la population se sont abstenus et ne sont pas allés voter. On a assisté à un "hold-up démocratique" qui voit une majorité avec un 1/3 des gens présents... C'est lamentable en termes démocratiques. Il y a quasiment eu 65 % d'abstention cette année contre 54 % de votant en 2014. L'analyse est vite faite. Les gens ont eu peur de se déplacer et ne sont pas allés voter. Sur les 55 personnes de ma liste, près d'un tiers ont peur d'aller voter. On a eu droit à un scrutin de partisan. On va avoir un maire qui va être issu avec à peine 10 % des électeurs bisontins".

mC : Selon vous, doit-on avoir peur de l'abstention ?

Jacques Ricciardetti : "Bien sûr. Il n'y aura pas 30 % des gens qui vont se déplacer pour ce scrutin de deuxième tour. Il va falloir peut-être réfléchir à un autre moyen de vote. Peut-être penser à un moyen électronique, ou obliger les gens à aller voter".

mC : Quelle est la consigne que vous donnez pour le second tour ? Pourquoi ? Comment qualifieriez-vous les trois candidats en lice ?

Jacques Ricciardetti : "Nous sommes dans une drôle de campagne comme dans la drôle de guerre. On a l'impression d'être en campagne, mais nous ne le sommes pas. On ne parle pas des problématiques bisontines, mais une querelle d'hommes, de trois écuries politiques qui se battent comme des chiffonniers. Et cela jusqu'a débaucher des personnes sur les listes des uns et des autres. Nous arrivons même jusqu'à des incendies ratés de voiture de candidat. Dans quel monde vit-on ?

Nous avons Madame Vignot qui n'a pas de programme, derrière elles des gens qui sont des plus extrémistes qu'ils soient de Gauche ou Verts. On vu une tentative de passer le Boulevard Léon Blum à une voie de vélo et une voie de bus. Au bout 'une semaine on a rétroplanné et on est revenue dans l'autre sens. J'imagine si Madame Vignot fait cela en terme économie, on va assister à des catastrophes en chaine.

Concernant Ludovic Fagaut, il avait mis parlé de son projet de "Port Citadelle et téléphérique". Deux mois après la crise du Covid-19, on n'en parle plus. Pour diriger une barque comme Besançon, il faut quand même avoir un peu de constance. Et puis concernant Les Vaites, je rappelle qu'il était pour le bétonnage des Vaites et maintenant il veut une ferme pédagogique. On voir qu'on est dans la course aux voix.

Et pour finir, Monsieur Alauzet me fait pitié. C'était l'homme qui avait gagné d'avance et qui c'est sur celui tous les autres candidats sont tombés avec des façons de faire ignobles. Il y a eu de l'intimidation, des militants des uns et des autres lui courir après dans la rue pour arriver à cette triste nuit où des nervis d'extrême gauche ont tenté d'incendie son véhicule. Lamentable façon de faire de la politique. Je n'ai donc pas de consigne pour le second tour, mais il faut faire son devoir républicain. Entre la peste et le choléra, il n'y a pas de choix à faire ou de les mettre dos à dos. J'appelle à voter blanc ou nul".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.78
partiellement nuageux
le 24/02 à 9h00
Vent
3.66 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
94 %