Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Publié le 16/03/2021 - 11:40
Mis à jour le 16/03/2021 - 11:54

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté. © Alexane Alfaro
Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté. © Alexane Alfaro

Pourquoi ? Les dépenses et recettes de campagne de l'élection municipale de Besançon en 2020 à laquelle Jean-Philippe Allenbach était candidat, ne se trouvaient pas sur un compte bancaire de campagne, mais sur son compte bancaire personnel. "Ma banque bisontine m'ayant refusé l'ouverture d'un compte, je n'ai pas eu d'autres choix que de les passer sur mon compte privé, dont, en toute transparence, j'ai envoyé ensuite tous les extraits à la Commission nationale des comptes de campagne", explique le président du MFC.

"Une marque de « justice politique »"

Pour lui cette décision du tribunal administratif "marque une « justice politique »". Et d'ajouter : "Du simple fait de cette irrégularité administrative, me voilà condamné à 18 mois d’inéligibilité (la moitié de la peine maximale prévue), donc jusqu'en août 2022. Ce qui signifie que je ne pourrai pas me présenter, ni faire entendre la voix des régionalistes aux prochaines régionales de juin 2021, ni aux élections présidentielles de mai 2022. On n'aurait pas pu mieux s'y prendre si l'on avait voulu me bâillonner, ainsi que le Mouvement Franche-Comté, et empêcher ceux qui avaient l'intention de voter régionaliste de pouvoir le faire !"

 Jean-Philippe Allenbach remarque deux choses suite à cette décision de justice :

  • "Alors que ma présence dans la campagne n’avait jusque-là rien coûté aux contribuables, car totalement financée à titre privé, voilà que maintenant elle va leur coûter des frais de justice. Et ce, du fait de la saisie de la justice administrative par l'État, alors que les tribunaux sont déjà surchargés suite aux multiples recours engagés contre sa politique sanitaire."
  • "Alors que le rapporteur public n'avait requis « que » 12 mois d’inéligibilité, le juge a jugé utile d'y rajouter 6 mois pour passer à 18 mois, ce qui aboutit à m’exclure non seulement des régionales, mais en plus de la présidentielle."

Le président du MFC se demande "combien de temps encore certains juges vont-ils continuer à profiter de leur pouvoir pour tenter d'éliminer de la scène politique les candidats dont les idées les dérangent ?"

Dans un communiqué du 15 mars 2021, il s'insurge une nouvelle fois de cette décision : "Compte tenu de cette scandaleuse inégalité de traitement judiciaire, ainsi que de la  disproportion manifeste entre ce qui m’est reproché et la sanction qui m’est infligée, j’ai décidé de faire appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  de Besançon, avec pour conséquence juridique la suspension de la peine de 18 mois d'inégibilité qui vient de m'être infligée en première instance".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Justice

Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 23 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.39
légère pluie
le 04/08 à 9h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
100 %

Sondage