Narumi : les analyses des "tâches rouges" sur le campus de Besançon ne sont pas probantes

Publié le 06/02/2017 - 18:14
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

Les tâches « supposées » de sang retrouvées à l’arrière du bâtiment Théodore-Rousseau où logeait l’étudiant japonaise sur le campus de Besançon ne correspondent pas à l’ADN de Narumi ni à celui du jeune chilien.  

© Fuji TV ©
© Fuji TV ©

Questionnée sur la présence de gouttes de sang retrouvées à l'arrière du bâtiment, la procureure a précisé que les résultats n'avaient rien pu donner. "Nous venons de recevoir les analyses et les enquêteurs n'ont pas pu récolter assez de matière sur cette très petite tâche rouge. On ne sait pas si c'est du sang, mais ce qui est sûr c'est qu'il ne correspond ni à l'ADN de Narumi ni à celui du suspect…",  a indiqué Edwige-Roux Morizot lors de la conférence de presse donnée en fin de journée ce lundi 6 février 2017 au palais de justice de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.22
couvert
le 28/05 à 6h00
Vent
0.68 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %