Occupation du local Bol d'R à Besançon : le délibéré est reporté

Publié le 14/02/2018 - 16:28
Mis à jour le 14/02/2018 - 16:44

Le collectif Solmiré (Solidarité Migrants-Réfugiés) a investi depuis le 14 octobre 2017, un local vacant, propriété de la SAIEMB (société HLM dont la ville est l'actionnaire majoritaire) au 26 rue d'Arènes à Besançon. Le Tribunal de grande instance de Besançon qui devait statuer sur le sort des réfugiés une première fois le 9 janvier dernier avait repoussé sa décision à ce mardi 13 février 2018. Elle sera finalement prise dans une quinzaine de jours. 

solmire.png
©Annick Chauvet
PUBLICITÉ

Après plusieurs sollicitations auprès de la mairie de Besançon, le collectif a investi en octobre dernier les locaux de la SAIEMB. La société HLM a alors assigné le collectif devant le Tribunal de grande Instance de Besançon afin d’expulser les occupants du local avec « l’obligation de payer un loyer compensateur du marché », indiquait le collectif.

Le 12 décembre 2017, le tribunal de grande instance examinait la requête et avait mis sa décision en délibéré au mardi 9 janvier. Une quarantaine de militants s’étaient déplacés devant le palais de justice de Besançon. La décision avait été repoussée à ce mardi 13 février 2018 et sera finalement prise dans une quinzaine de jours.

Depuis près de quatre mois, le collectif Solmiré continue de se relayer au « Bol d’Air » pour « permettre aux familles et personnes seules demandeuses d’asile qui sont dans le besoin de préparer leur repas, laver leur linge, accéder à des toilettes et à une douche, disposer d’un espace de jeux pour les enfants », soulignaient-ils dans un communiqué. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.98
légère pluie
le 19/06 à 18h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1011.15 hPa
Humidité
81 %

Sondage