Parricide : 15 ans de réclusion requis contre le Bisontin de 35 ans

Publié le 20/12/2013 - 10:52
Mis à jour le 20/12/2013 - 10:56

Une peine de 15 ans de réclusion criminelle a été requise, ce vendredi 20 décembre 2013 devant la cour d’assises du Doubs, à l’encontre de l’homme de 35 ans accusé d’avoir tué son propre père à mains nues en 2012 à Besançon. Le verdict est attendu cet après-midi.

L'avocate générale Karine Renaud a également demandé 15 ans de suivi socio-judiciaire à l'issue de la peine de prison requise contre l'accusé et sept ans de prison supplémentaire s'il ne respectait pas ce suivi. Le verdict est attendu vendredi après-midi, au terme de trois jours de procès devant la cour d'assise du Doubs.
 
Le 31 juillet 2012, Sébastien Volet s'était rendu au domicile de ses parents et avait violemment frappé la tête de son père sur le carrelage de la cuisine, lui fracturant le crâne, devant sa mère impuissante. Le fils, fortement alcoolisé au moment des faits, avait également tenté d'étrangler l'homme de 66 ans placé sous assistance respiratoire.
 
"Il a frappé son père pour le tuer. Il a dit « crève »", infligeant des violences pendant au moins sept minutes, a souligné Karine Renaud. "Peu importe l'ordre des coups, leur violence et leur nombre ne pouvait que porter au décès de Michel Volet". Pour l'avocate générale, "il n'y a pas d'explication rationnelle" au passage à l'acte de cet homme alcoolique et violent, "mis à l'écart de sa famille" car "son père en avait peur". "Il a commis cet acte car il a cette personnalité pathologique, borderline (trouble bipolaire, NDLR)".
 
Chez Sébastien Volet, hospitalisé à 168 reprises principalement pour des problèmes d'alcoolisme, les experts ont relevé une "altération" mais pas une "abolition" de son discernement au moment des faits.
 
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.54
légère pluie
le 24/02 à 0h00
Vent
3.96 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
91 %