Portrait de Macron décroché à Besançon: le "gilet jaune" jugé en octobre

Publié le 06/08/2021 - 08:55
Mis à jour le 06/08/2021 - 09:13

 © Capture Facebook  Groupe
© Capture Facebook Groupe "Soutien à la dissidence"

Le "gilet jaune" interpelé mercredi après avoir remplacé à Besançon le portrait d'Emmanuel Macron par un QR code pour protester contre le pass sanitaire, sera jugé le 21 octobre, a indiqué jeudi le parquet.

Déféré à l'issue de sa garde à vue, Stéphane Espic, qui s'était fait connaître pendant le mouvement des "gilets jaunes", a été placé sous contrôle judiciaire pour "vol et dégradation de biens publics" et a interdiction de manifester à Besançon, a précisé le parquet.

Il sera jugé le 21 octobre devant le tribunal correctionnel de Besançon, selon cette même source.

L'un de ses avocats, Me David Libeskind, a dénoncé des accusations "abusives et disproportionnées" et une "arrestation politique", ajoutant que son client est une "personnalité excentrique qui a des revendications politiques" mais "qui n'a pas commis de violences".

Le "gilet jaune" avait été arrêté mercredi à Nancy et placé en garde à vue après avoir décroché lundi un portrait d'Emmanuel Macron dans l'hôtel de ville de Besançon, qu'il avait remplacé par un QR code, selon un communiqué de ses avocats, qui précisait que l'action avait été filmée et mise en ligne sur Facebook.

La vidéo visible sur le groupe "soutien à la dissidence" montre notamment le portrait du chef de l'Etat en train d'être retiré de son cadre et remplacé par la photocopie d'un QR code en forme de doigt d'honneur et portant la mention "non au pass sanitaire!".

"Je ne vois pas en quoi c'est une dégradation", a déclaré Me Libeskind, qualifiant le dossier de "juridiquement faible": "nous devrions obtenir la relaxe sans difficulté".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.61
nuageux
le 17/08 à 12h00
Vent
2.88 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
54 %

Sondage