Près d'un tiers des Français pour obliger Alstom à ne pas fermer Belfort

Publié le 18/09/2016 - 14:00
Mis à jour le 18/09/2016 - 14:00

Un peu moins d’un tiers des Français (30%) estiment que le gouvernement devrait obliger la direction d’Alstom à revenir sur sa décision de fermer son site de Belfort, selon un sondage Ifop pour Atlantico publié samedi 17 septembre 2016.

 ©
©

38% des Français pensent que le gouvernement devrait au moins s'assurer que toutes les solutions du dialogue social ont été explorées, tandis que 15% des personnes interrogées trouvent qu'il faudrait aider Alstom financièrement pour éviter la fermeture.

Une proportion plus faible de Français (17%) jugent que le gouvernement ne devrait rien faire du tout, cette affaire concernant le secteur privé. Ces pourcentages évoluent sensiblement en fonction des sensibilités politiques des personnes interrogées.

56% des Français estiment qu'il est possible de conserver des usines

Plus de la moitié (51%) des personnes, se disant proches du Front de gauche, privilégient l'option qui consiste à obliger la direction à maintenir le site, solution qui suscite aussi l'adhésion du plus grand nombre (34%) de sympathisants du Front national.

Cette option ne convient qu'à 22% des sympathisants du parti Les Républicains et à 36% des personnes proches du Parti socialiste. La majorité de ces derniers (53%) privilégient un effort sur le dialogue social, solution qui rassemble également le plus de sympathisants du parti Les Républicains (34%).

Plus globalement, 56% des Français estiment qu'il est possible de conserver des usines et de maintenir une activité industrielle compétitive en France, une proportion en baisse d'un point depuis octobre 2013 et de 4 points depuis septembre 2012.

Alstom a annoncé la semaine dernière l'arrêt de la production de trains dans son usine historique de Belfort et son transfert vers son site de Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, provoquant un bras-de-fer avec l'exécutif. 44% pensent à l'inverse qu'il y aura de moins en moins d'usines en France, car elles seront de plus en plus situées dans des pays à faibles salaires comme la Chine.  

Méthodologie

Ce sondage a été réalisé sur internet les 15 et 16 septembre, auprès d'un échantillon de 975 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l’avenir d’Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d’Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d’un rapprochement « entre égaux ». L’État français n’est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l’Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d’administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande “d’user de toute son influence pour déclencher les commandes”

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de « rassurer » les salariés d’Alstom en usant « de toute son influence pour déclencher » les commandes citées dans le plan de sauvetage de l’État. Une lettre qui prépare la visite du président à l’usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

La Bourgogne-Franche-Comté représentée au plus grand salon européen des nouvelles technologies…

L'intelligence artificielle (IA) règne en maître sur VivaTech, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies, qui s'ouvre mercredi 22 mai 2024 à Paris avec des têtes d'affiche internationales du secteur. La Bourgogne-Franche-Comté est présente avec un pavillon régional dédié…

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez Baud ?

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.66
ciel dégagé
le 25/05 à 15h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
58 %