Quand jardiner soigne... les jardins thérapeutiques du centre hospitalier de Novillars

Publié le 15/11/2019 - 09:56
Mis à jour le 15/11/2019 - 09:23

Dans le cadre des activités proposées aux patients, les équipes soignantes du centre hospitalier de Novillars ont créé en octobre dernier, dans le grand parc arboré de l’hôpital, un jardin thérapeutique.

Centre Hospitalier de Novillars
©Centre Hospitalier de Novillars
PUBLICITÉ

D’origine anglo-saxonne, la thérapie par le jardin ou encore appelée “horthitérapie” s’est développée au XIXe siècle aux États-Unis et au Canada, puis est arrivée en France dans les années 80. Cette thérapie vient en complément des soins médicamenteux et a montré tous ses bienfaits : stimulation de l’esprit, des sens, de la motricité, des fonctions cognitives, sentiment d’accomplissement, de bien-être et de détente.

Les jardins thérapeutiques de l'hôpital de Novillars entament cette année leur deuxième saison. Après une année d'expérimentation, le projet s'est structuré et a pris progressivement sa place au sein de l'institution. Le jardin thérapeutique est devenu un centre d’intérêt et a créé une mobilisation générale parmi le personnel soignant, les cadres des unités et même parmi le personnel des services techniques et administratifs ! Chacun a apporté quelque chose : une bêche, un sécateur, des bottes ou le surplus de graines, mais également son savoir et savoir-faire.

Depuis ce printemps, les ateliers de plantation, d’arrosage et de dégustation se sont succédés. Parmi les allées du jardin, on y trouve des espèces anciennes ou méconnues comme les tomates ananas noires, les courges gourde mini calebasse, des tomates bleues ozou, un amélanchier, du basilic citronné, etc.

L’appropriation du projet par les patients a été immédiate. Les patients racontent : “Aujourd'hui on cueille des cassis et on arrose nos belles roses. Ensuite, on plantera des glaïeuls et un arbre fruitier à l'automne… Au jardin, c'est calme, on peut se promener et regarder les fleurs, voire pousser les légumes et aussi les manger !"

Les équipes soignantes, ont quant à elles, trouvé un renouveau dans leur travail.

Enfin, le jardin a pu s’agrandir et s’étoffer cette année grâce aux dons versés par des entreprises et associations locales. Ainsi, nous tenons à remercier vivement l’association la Croix Verte de Roche-lez-Beaupré, le magasin Carrefour à Chalezeule, le magasin Weldom à Baume les Dames, les Fermetures Socie à Séchin, l’imprimerie Dodane à Serre des Sapins, Asten Santé à Besançon et le Sybert de Besançon. "La mobilisation de ces acteurs autour de notre activité a permis de fournir aux patients des équipements de qualité (outils, bottes, gants…), mais aussi des graines, plants, plantes d’ornement et de magnifiques arbres fruitiers qui ont été plantés au printemps" nous précise-t-on. Enfin, la confection de bacs en bois surélevés favorisant l’accessibilité du jardin au plus grand nombre est également en projet pour l’automne.

(Communiqué du centre hospitalier de Novillars)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Opioïde : les ordonnances du Tramadol bientôt limitées à 3 mois

Le tramadol ne pourra bientôt plus être prescrit que pour une durée maximum de trois mois au lieu d'un an auparavant, a décidé l'Agence du médicament (ANSM) pour limiter les risques de mauvais usage de ce médicament de la famille des opioïdes. Cette mesure entrera en vigueur le 15 avril 2020, précise l'agence sanitaire.

Sclérose en plaques : le CHU de Besançon recherche des patients atteints de la maladie pour une étude

Financée par le CHU de Besançon, cette étude est menée par le Docteur Béreau afin d’ouvrir de nouvelles voies thérapeutiques. L'hôpital recherche des patients atteints d’une sclérose en plaques (SEP) au stade initial, âgés entre et 18 et 60 ans, et n’ayant pas encore reçu de traitement par cortisone.

Urssaf : le point sur la réforme de la sécurité sociale des Indépendants

Depuis le 1er janvier 2018, la protection sociale des indépendants est progressivement confiée au régime général de la Sécurité sociale. Cette mise en œuvre progressive prend fin à partir de ce 1er janvier 2020, date à laquelle les collaborateurs de l’ex-RSI intègrent les organismes du régime général.

Qualité de l’air à Planoise : un dispositif de surveillance installé depuis vendredi

Comme il avait été annoncé en conférence de presse par le préfet jeudi dernier, dispositif de suivi environnemental et sanitaire a été mis en place au niveau du parking extérieur du CCAS de la ville de Besançon ce 3 janvier 2020 suite à l'incendie de la fourrière de Planoise. Une cellule de suivi poursuivra son activité et se réunira à nouveau lundi 6 janvier en préfecture.

Anne-Laure Moser à la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne Franche-Comté

Nominations • Changement d'organigramme au sein de l'ARS avec le décloisonnement entre le champ sanitaire et la sphère médico-sociale. Au 1er janvier 2020, Anne-Laure Moser prendra la tête de la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Damien Patriat est nommé directeur de l’autonomie. Enfin, depuis le 10 décembre 2019, Véronique Tisserand a pris la responsabilité de la délégation départementale de Haute-Saône.

Libre service dans les pharmacies : du changement à venir à partir du 15 janvier...

L’aspirine, le Doliprane ou l’Advil, médicaments vendus sans ordonnance, ne seront plus en accès libre dans les rayons des pharmacies, mais obligatoirement rangés derrière le comptoir à partir du 15 janvier 2020. Objectif : limiter les risques liés à un mauvais usage, a annoncé mardi 17 décembre 2019 l’agence du médicament ANSM.

Épidémie de gastro-entérite : la Bourgogne Franche-Comté toujours dans le rouge

A l'approche des fêtes, l'épidémie de "gatsro" s'intensifie sur l'ensemble du territoire national avec 169 cas de gastro-entérite pour 100.000 habitants. Les régions Pays de la Loire (282 cas pour 100.000 habitants), Bourgogne-Franche-Comté (244) et le Grand Est (224) sont particulièrement touchées.

Vaccination contre la grippe des professionnels de santé : « des efforts à poursuivre » en Bourgogne-Franche-Comté

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour encourager la vaccination contre la grippe des professionnels de santé. Exemple au centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc à Dijon, où les initiatives se conjuguent pour souligner les enjeux de ce geste individuel à portée collective.

Le vaccin contre les papillomavirus désormais recommandé aux jeunes garçons de 11 à 14 ans

Le vaccin contre les papillomavirus humains (ou HPV), déjà recommandé pour les filles, le sera désormais aussi pour les garçons de 11 à 14 ans, afin de lutter contre ces virus sexuellement transmissibles responsables de cancers du col de l’utérus, a annoncé lundi 16 décembre 2019 le ministère de la santé.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.07
nuageux
le 19/01 à 0h00
Vent
2.26 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
93 %

Sondage