Rencontre avec un juge d'application des peines

Publié le 23/03/2017 - 16:27
Mis à jour le 27/03/2017 - 13:34

Des collégiens se sont rendus au palais de justice de Besançon au début du mois de mars et ont rencontré Robert Pech, juge d’application des peines (JAP). Après une explication sur le fonctionnement d'une audience au tribunal correctionnel, des élèves lui ont posé quelques questions sur son métier et le fonctionnement de l'aménagement des peines.

Robert Pech, juge d'application peines from maCommune.info on Vimeo.

 ©
©

semaine de la presse à l’école

Pouvez-vous nous dire  en quoi consiste votre métier ?

Robert Pech : "Mon métier consiste principalement à l’aménagement de peines de personne qui sont condamnés à des peines de prison ferme. Je dois, en fonction de la personnalité, en regardant s’ils ont un travail, une vie familiale, et d’autres critères, trouver un aménagement de peine pour leur  éviter la prison si possible".

Quelles études avez-vous suivies ?

 RP : "Sans surprise j’ai fait des études de droit à l’université". 

 Est-ce un métier difficile ? 

RP : "Ce n’est pas toujours un métier facile, notamment à l’application des peines.  On travaille avec des personnes en face de soi. On est dans l’humain en permanence. On doit essayer d’aménager leur peine  tout en  évitant  la récidive pour que la société puisse vivre tranquillement et ne plus subir d’infractions commises par des individus mais aussi  réfléchir pour trouver une solution et permettre à ces personnes de sortir de la délinquance. Ce n’est pas toujours évident de trouver le bon équilibre  entre les deux. Le juge d’application des peines  a une activité importante aux niveau de l’application des peines mais aussi au niveau du domaine pénal au tribunal de grand instance de Besançon où se déroulent beaucoup d’audiences".

Combien il y a-t-il d’audiences par semaine au tribunal correctionnel de Besançon ?

RP :"Il y a deux audiences juge unique et trois audiences collégiales par semaine".

Vous est il déjà arrivé de juger un proche ?

RP :"Non, cela ne m’est jamais arrivé de juger un proche ni une connaissance car, dans ce cas,  j’ai le devoir de retrait, c'est-à-dire que je dois me retirer de l’affaire si j’ai des liens familiaux ou même amicaux avec cette personne".

Comment décide-t-on si une peine est aménageable ou pas ?

RP :"La loi fixe un critère qui est celui d’aménager les peines de personnes qui sont condamnées jusqu’à deux ans de prison ou des récidivistes qui sont condamnés jusqu’à un an de prison. Il faut savoir que la plupart des peines d’emprisonnement peuvent être aménagées car maintenant nous avons des bracelets électroniques ou la semi-liberté qui permettent de donner aux personnes une nouvelle chance pour ne plus commettre d’infraction en évitant  la prison." 

La semi liberté, qu’est ce que c’est ?

RP :"La semi-liberté signifie qu’un individu ne dépend pas de la maison d’arrêt qui est au centre ville de Besançon  où il y a vingt-cinq places. Les personnes, dans la journée, vont se rendre à leur  travail ou rechercher un emploi, mais le soir, ils doivent réintégrer le centre de suivi pour y dormir".

Bracelet électronique, semi liberté, y a-t-il d’autres aménagements de peine possibles?

RP :"Oui il y a d’autres aménagements : le travail d’intérêt général par exemple,  ou encore les jours amendes. Mais pour pouvoir avoir ces aménagements de peines, il ne faut pas dépasser les six mois de prison". 

Propos recueillis par Arthur, Edgar, Paul et Hugo, élèves de 4° au collège Pierre Vernier d'Ornans 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

semaine presse 2017

Réseaux sociaux, internet : attention danger !

Les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication incontournable pour les médias, la gendarmerie et les internautes. Mais tous ces « médias sociaux » sont également source de danger et il faut apprendre à être vigilant et à bien s’en servir.

Gendarme : un métier très diversifié, loin des clichés

Dans le cadre de la semaine de la presse à l'école dédiée aux sources de l'information, des élèves de 4e du collège Pierre Vernier d'Ornans ont rencontré le major Jean-François Deltenre, adjoint au chef du cabinet de la communication à la gendarmerie du Doubs. Il était accompagné par le gendarme Marina Luthi. Occasion de parler d'un métier diversifié et des relations entre la gendarmerie et les médias.

Comprendre la justice…

A l'occasion de la semaine de la presse à l'école sur le thème des sources de l'information, des élèves de 4e d'une classe média au collège Pierre Vernier d'Ornans ont travaillé avec maCommune.info et se sont intéressé au traitement des faits divers et au fonctionnement de la justice. 

Education

Rentrée 2021 et Covid-19 : le pass sanitaire sera-t-il obligatoire pour aller en classe ?

Seuls les collégiens et lycéens non vaccinés devront suivre les cours à distance si un cas de Covid-19 est détecté dans leur classe à partir de la rentrée, a annoncé ce mercredi 28 juillet Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale qui a précisé que les classes d’écoles primaires fermeraient, elles, dès le premier cas positif. Pour l'heure, aucune obligation vaccinale ou pass sanitaire n'a été décidée par le gouvernement.  

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

Fin de la phase principale de Parcoursup : l’accompagnement personnalisé et la phase complémentaire se poursuivent…

Conformément au calendrier de la procédure, la phase principale d’admission dans l’enseignement supérieur s’achève ce vendredi 16 juillet 2021. À ce jour, près de 568.000 bacheliers ont reçu au moins une proposition d’admission, soit 89,5% d’entre eux. 

Diplôme national du brevet : 88,2% de réussite en Franche-Comté

Le taux de réussite au DNB, toutes séries confondues et tous candidats confondus (scolaires ou non), s’élève à 88,2 % pour la session 2021. Ce taux est inférieur de 0,2 point par rapport à la session 2020, après la forte hausse qui avait été observée par rapport à la session 2019. Le taux de réussite de la série générale atteint 88,9 %, en légère baisse de 0,4 point par rapport à 2020. Avec 82,2 % d’élèves admis, les résultats de la série professionnelle gagnent 1,4 points.

Ouverture d’une classe préparatoire aux concours de la haute fonction publique

L’Institut de Préparation à l’Administration Générale (IPAG) et l’UFR SJPEG de l’Université de Franche-Comté ont signé ce 6 juillet 2021 une convention de partenariat avec l'Etat-major de Gendarmerie et l'Ecole de Police de Montbéliard. Cette signature entre dans le cadre de l'ouverture d'une classe de préparation Talents à l'Université de Franche-Comté.

Le laboratoire de mathématiques de Besançon fête ses 25 ans, « un exemple de la diversité des mathématiques en France »

Créé en 1996, le laboratoire de mathématiques de Besançon a largement développé son rayon d’action en 25 années d’existence. Il compte désormais une cinquantaine de membres permanents (enseignants chercheurs) auxquels s’ajoutent doctorants, post-doctorants et professeurs invités...
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.03
nuageux
le 31/07 à 15h00
Vent
2.12 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
21 %

Sondage