Rencontre avec un juge d'application des peines

Publié le 23/03/2017 - 16:27
Mis à jour le 27/03/2017 - 13:34

Des collégiens se sont rendus au palais de justice de Besançon au début du mois de mars et ont rencontré Robert Pech, juge d’application des peines (JAP). Après une explication sur le fonctionnement d’une audience au tribunal correctionnel, des élèves lui ont posé quelques questions sur son métier et le fonctionnement de l’aménagement des peines.

Robert Pech, juge d’application peines from maCommune.info on Vimeo.

 ©
©

semaine de la presse à l’école

Pouvez-vous nous dire  en quoi consiste votre métier ?

Robert Pech : "Mon métier consiste principalement à l’aménagement de peines de personne qui sont condamnés à des peines de prison ferme. Je dois, en fonction de la personnalité, en regardant s’ils ont un travail, une vie familiale, et d’autres critères, trouver un aménagement de peine pour leur  éviter la prison si possible".

Quelles études avez-vous suivies ?

 RP : "Sans surprise j’ai fait des études de droit à l’université". 

 Est-ce un métier difficile ? 

RP : "Ce n’est pas toujours un métier facile, notamment à l’application des peines.  On travaille avec des personnes en face de soi. On est dans l’humain en permanence. On doit essayer d’aménager leur peine  tout en  évitant  la récidive pour que la société puisse vivre tranquillement et ne plus subir d’infractions commises par des individus mais aussi  réfléchir pour trouver une solution et permettre à ces personnes de sortir de la délinquance. Ce n’est pas toujours évident de trouver le bon équilibre  entre les deux. Le juge d’application des peines  a une activité importante aux niveau de l’application des peines mais aussi au niveau du domaine pénal au tribunal de grand instance de Besançon où se déroulent beaucoup d’audiences".

Combien il y a-t-il d’audiences par semaine au tribunal correctionnel de Besançon ?

RP :"Il y a deux audiences juge unique et trois audiences collégiales par semaine".

Vous est il déjà arrivé de juger un proche ?

RP :"Non, cela ne m’est jamais arrivé de juger un proche ni une connaissance car, dans ce cas,  j’ai le devoir de retrait, c'est-à-dire que je dois me retirer de l’affaire si j’ai des liens familiaux ou même amicaux avec cette personne".

Comment décide-t-on si une peine est aménageable ou pas ?

RP :"La loi fixe un critère qui est celui d’aménager les peines de personnes qui sont condamnées jusqu’à deux ans de prison ou des récidivistes qui sont condamnés jusqu’à un an de prison. Il faut savoir que la plupart des peines d’emprisonnement peuvent être aménagées car maintenant nous avons des bracelets électroniques ou la semi-liberté qui permettent de donner aux personnes une nouvelle chance pour ne plus commettre d’infraction en évitant  la prison." 

La semi liberté, qu’est ce que c’est ?

RP :"La semi-liberté signifie qu’un individu ne dépend pas de la maison d’arrêt qui est au centre ville de Besançon  où il y a vingt-cinq places. Les personnes, dans la journée, vont se rendre à leur  travail ou rechercher un emploi, mais le soir, ils doivent réintégrer le centre de suivi pour y dormir".

Bracelet électronique, semi liberté, y a-t-il d’autres aménagements de peine possibles?

RP :"Oui il y a d’autres aménagements : le travail d’intérêt général par exemple,  ou encore les jours amendes. Mais pour pouvoir avoir ces aménagements de peines, il ne faut pas dépasser les six mois de prison". 

Propos recueillis par Arthur, Edgar, Paul et Hugo, élèves de 4° au collège Pierre Vernier d'Ornans 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

semaine presse 2017

Réseaux sociaux, internet : attention danger !

Les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication incontournable pour les médias, la gendarmerie et les internautes. Mais tous ces « médias sociaux » sont également source de danger et il faut apprendre à être vigilant et à bien s’en servir.

Gendarme : un métier très diversifié, loin des clichés

Dans le cadre de la semaine de la presse à l’école dédiée aux sources de l’information, des élèves de 4e du collège Pierre Vernier d’Ornans ont rencontré le major Jean-François Deltenre, adjoint au chef du cabinet de la communication à la gendarmerie du Doubs. Il était accompagné par le gendarme Marina Luthi. Occasion de parler d’un métier diversifié et des relations entre la gendarmerie et les médias.

Comprendre la justice…

A l’occasion de la semaine de la presse à l’école sur le thème des sources de l’information, des élèves de 4e d’une classe média au collège Pierre Vernier d’Ornans ont travaillé avec maCommune.info et se sont intéressé au traitement des faits divers et au fonctionnement de la justice. 

Education

Vie étudiante en Bourgogne Franche-Comté : 87.000 étudiants interrogés pour créer " une véritable boussole "

Dans le cadre de la première conférence territoriale de la vie étudiante en Bourgogne Franche-Comté qui s’est déroulée lundi 30 janvier à Dijon, les résultats d’une vaste concertation inédite en France réalisée auprès de 11.500 étudiants dans un premier temps (sur les 87.000 étudiants) ont été dévoilés par Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique de Bourgogne Franche-Comté.

Nouvelle formation, remise des diplômes, nouveau site… Quoi de neuf dans les écoles ESTM et Pigier à Besançon ?

PUBLI-INFO • L’année 2023 rime avec nouveautés dans les écoles ESTM et Pigier rue Gambetta à Besançon ! L’ouverture du BTS Comptabilité-Gestion rejoint la carte des 18 formations proposées par l’établissement et le relooking du site internet ESTM avec tous les parcours de formations, les offres d’emploi en alternance et les actualités de la vie étudiante.

Académie de Besançon : 121 postes supprimés dans les 1er et 2nd degrés pour la rentrée 2023

Le rectorat a annoncé lors d’un point presse la suppression de 52 postes dans les écoles de l’académie et 69 dans les collèges et lycées généraux pour la rentrée 2023. Un chiffre qu’a tenté d’atténuer la rectrice d’académie Nathalie Albert-Moretti en mettant en avant le fait que le taux d’encadrement sera pour autant meilleur. Un argument qui n’a pas semblé convaincre les syndicats qui ont décidé de boycotter le comité social d’administration de l’académie pour lequel ils sont élus en signe de protestation. 

Besançon : les élèves de l’École de la deuxième chance à la rencontre de la Société des membres de la Légion d’Honneur

Le préfet du Doubs Jean-François Colombet a organisé une rencontre entre les élèves de l’École de la deuxième chance du Doubs (E2C) et plusieurs membres de la Société des membres de la Légion d’Honneur et de l’Association des membres de l’Ordre national du Mérite dans les locaux de la préfecture à Besançon ce mercredi 18 janvier.

Éducation : les syndicats élus boycottent le comité social d’administration de l’académie de Besançon

Les syndicat FSU, SGEN CFDT, SNALC et UNSA, soit l’ensemble des organisations syndicales qui y sont élues, ont décidé de boycotter le prochain comité social d’administration (nouvelle instance qui remplace le comité technique académique) qui devait se dérouler ce mercredi 18 janvier. Un courrier a été envoyé à la rectrice de l’académie pour en expliquer les raisons.

Grève dans les écoles de Besançon le 19 janvier : un service minimum est prévu

Un prévis de grève a été déposé par les organisations syndicales des personnels de l’Éducation nationale contre la réforme des retraites pour la journée du 19 janvier 2023. Un service minimum sera mis en place, est-il expliqué dans un courrier de la Ville de Besançon aux parents d’élèves en date du 17 janvier.

Formations, diplômes, certificats… L’IRTS de Franche-Comté ouvre ses portes le 21 janvier à Besançon

PUBLI-INFO • L’IRTS de Franche-Comté (Institut régional du travail social) à Besançon est l’établissement d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, spécialisé dans l’intervention sociale, en Franche-Comté. L'organisme ouvrira ses portes samedi 21 janvier pour faire connaître ses formations et découvrir les locaux…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.23
couvert
le 04/02 à 15h00
Vent
3.04 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
93 %