Santé, éducation, pauvreté, liberté… Manifestation à Besançon samedi 21 novembre

Publié le 19/11/2020 - 15:29
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:39

Une manifestation organisée par plusieurs syndicats, partis politiques et associations, se déroulera samedi 21 novembre 2020 à 14 heures place de la Révolution à Besançon pour revendiquer plusieurs motifs liés à la crise sanitaire : santé, éducation et pauvreté.

Manifestation ©Alexane Alfaro ©
Manifestation ©Alexane Alfaro ©

L’Union syndicale Solidaires 25, UL CGT, FSU, Ensemble !, La France Insoumise, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche, Agir ensemble contre le Chômage !, CNL, Solmiré, SUD Pompiers, SUD Santé- Sociaux, SUD Education, CGT retraité.e.s., Lutte Ouvrière, le Collectif de Défense des Droits et Libertés des Étrangers (CDDLE), SUD PTT, Retraité.e.s Solidaires, Alternatiba, le Parti Ouvrier Indépendant, appellent à manifester ce samedi pour notamment demander un plan d'urgence pour la santé (des postes, des lits, des revalorisations), un plan d'urgence pour l'Education (recrutements, locaux, matériel) et un plan d'urgence contre la pauvreté (augmentation des minimas sociaux, réquisition de logements, hébergement pour tous) aux institutions.

"Les mesures prises par le gouvernement aujourd'hui ne résoudront en rien la crise sanitaire"

"Nous sommes aujourd'hui nombreuses et nombreux à relever la tête pour nous battre en défense des services publics (santé, éducation...) qui sont attaqués depuis des années", est-il expliqué dans un communiqué. "En effet, la gestion autoritaire de la situation est la conséquence du refus du pouvoir d'investir dans la santé et les services publics. D'autres choix sont possibles, en rupture avec la logique du profit.

Nous sommes aujourd'hui nombreuses et nombreux à constater que le gouvernement profite de cette crise sanitaire pour faire passer réformes libérales et lois autoritaires (loi de sécurité globale) en méprisant celles et ceux qui comme les personnels de l'éducation se battent pour obtenir de réels moyens (postes, classes...) pour qu'ils puissent enseigner et que leurs élèves puissent étudier en toute sécurité. Les mesures prises par le gouvernement aujourd'hui ne résoudront en rien la crise sanitaire que nous traversons et vont conduire des millions de personnes dans la précarité.

Nous sommes aujourd'hui nombreuses et nombreux à constater que le patronat profite de l'épidémie pour restructurer la production, licencier en masse et s'attaquer aux droits des salariés. Il faut imposer le maintien de tous les emplois. Ce n'est pas à nous de subir la politique désastreuse du gouvernement. Il est urgent que nous nous rassemblions toutes et tous ensemble. Nous lançons un appel national à en faire de même. Nous exigeons un plan d'urgence pour notre santé. Lutter réellement contre le covid, c'est lutter contre la politique de ce gouvernement ! "

Infos +

Le cortège prendra son départ place de la Révolution pour se diriger vers la préfecture du Doubs rue Nodier et se prolongera vers l'esplanade des Droits de l'Homme d'où partira une manifestation contre les violences faites aux femmes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.81
nuageux
le 24/04 à 0h00
Vent
0.55 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
89 %