Dijon : six faucheurs volontaires jugés pour destruction de colza supposé OGM

Publié le 14/12/2022 - 16:31
Mis à jour le 14/12/2022 - 17:58

Six faucheurs d'OGM ont voulu faire le procès des semenciers, mercredi 14 décembre 2022 à Dijon, lors de leur comparution pour destruction d'une parcelle de colza, mais les parties civiles ont assuré qu'ils s'étaient "trompés" de cible, le champ n'ayant en fait jamais accueilli d'OGM.

Tribunal judiciaire de Dijon © Marie-Dominique Trapet
Tribunal judiciaire de Dijon © Marie-Dominique Trapet

"Relaxe pour nos faucheurs", "OGM masqués mais pas confinés" : une centaine de sympathisants et militants des "Faucheurs volontaires", pancartes en main, étaient venus soutenir six d'entre eux poursuivis pour avoir détruit le 15 avril 2017 à Villy-le-Moutier (Côte d'Or) une parcelle de colza utilisée par le semencier allemand KWS pour des recherches sur les OGM, selon eux. "Nous sommes des lanceurs d'alerte contre les OGM. La société civile les refuse massivement", s'est justifié à la barre l'un des six prévenus, Roland Essayan, déjà condamné pour des faits similaires.

"Les BASF, Monsanto, KWS s'accaparent les semences pour imposer leurs brevets et faire du fric", a ajouté un autre, Nicolas Millet. "Les semenciers comme KWS sont coupables de dissémination d'OGM", selon un troisième, Pierre Clément. "On espère la relaxe", a déclaré à l'AFP leur avocat, Guillaume Tumerelle, affirmant que, sur cette parcelle, KWS "se cachait derrière une nouvelle technique, la mutagénèse", des variétés mutées rendues tolérantes aux herbicides souvent qualifiés d'OGM cachés.

"Il n'y avait aucun OGM sur ma parcelle"

"Or la Cour de justice européenne a dit que les mutagénèses aussi étaient soumises à la réglementation (qui interdit les OGM commerciaux, ndlr). Mais la France n'applique pas du tout cela", a ajouté le conseil. "Ils se sont trompés", a répliqué le propriétaire du champ concerné, Nicolas Joigneault. "Il n'y avait aucun OGM sur ma parcelle. KWS menait des recherches conventionnelles. Je suis en agriculture de conservation des sols, qui limite les herbicides. Jamais, je n'aurais accepté d'OGM", s'est défendu l'agriculteur, raillant "ceux qui se présentent comme des chevaliers blancs qui veulent sauver la planète".

"KWS France ne fait pas d'OGM ou de mutagénèse", a renchéri François Eloi, ancien directeur du développement chez KWS France. "Nous essayons de trouver des variétés durables. Toutes nos récoltes sont analysées : s'il y avait eu des OGM, cela aurait été su", a-t-il plaidé. "On croyait que c'était des parcelles d'essai d'OGM. On pensait que c'était BASF", a reconnu un prévenu, Pierre Clément. Non loin, BASF avait en effet eu des parcelles destinées à des recherches.

Le jugement devrait être mis en délibéré.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Tribunal de commerce : “Cette année, je suis un président malheureux, inquiet et en colère”

Jeudi 25 janvier 2024, Pierre-André Dubreuil, président du tribunal de commerce, a effectué un bilan de l’année 2023 mais a également exprimé son mécontentement suite à un article du code de commerce, obligeant deux juges à quitter leurs fonctions… Lors de cette audience solennelle de rentrée judiciaire du tribunal de commerce, deux nouveaux juges ont donc été installés.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.88
couvert
le 21/02 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
92 %