Soins de suite et de réadaptation au CHU de Besançon : 28 lits fermés à partir du 16 octobre

Publié le 24/09/2020 - 11:18
Mis à jour le 24/09/2020 - 14:11

Le 21 septembre dernier, la direction du CHRU de Besançon a annoncé aux personnels du service Soins de suite et de réadaptation (SSR) la "fermeture temporaire" de leur service soit 28 lits sur le site de St Jacques à compter du 16 octobre.

©Damien Poirier ©
©Damien Poirier ©

Début juin 2020, le CHU annonçait sa décision de fermer 15 lits du service de soins de suite et de réadaptation, sur les 27 lits que compte le service. Cette fermeture temporaire avait été motivée par le départ de plusieurs médecins qui n’avaient pu être remplacés avant l’été. L’objectif du CHU était de pouvoir reconstituer dès l’automne 2020 l’équipe médicale afin d’être en mesure de pouvoir rouvrir les lits fermés temporairement, explique le CHU dans un communiqué. "Les recrutements envisagés de médecins spécialisés, n’ont malheureusement pu aboutir en dépit des démarches engagées, en raison d’un contexte national et local défavorable. Cet état de fait a une répercussion sur l’ensemble du service de médecine physique et de réadaptation, qui n’est plus en mesure d’assurer ses activités d’hospitalisation, et conduit aujourd’hui le CHU à annoncer la fermeture de l’ensemble du service à compter du 16 octobre 2020." 

Dans l’impossibilité d’assurer la continuité de la présence médicale, cette décision de fermeture temporaire a été prise d’un commun accord entre la direction, le président de la Commission médicale d’établissement, le chef de pôle et le chef de service.

Une pénurie de médecins spécialisés

Le syndicat SUD Santé sociaux rappelle qu'il y a 2 ans, pour cause de travaux à l'hôpital Minjoz, le SSR était contrait de déménager sur le site de St Jacques au centre-ville perdant deux lits d'hospitalisation. "Isolé, logé dans des locaux mal adaptés, loin de tout plateau technique, l’obligation de “quitter“ St Jacques pour 2024, et aucun projet médical clair et satisfaisant en vue, nombre de médecins spécialisés MPR (Médecine Physique et de Réadaptation) décidèrent les uns après les autres, de “quitter le navire“..."

Le 12 mai dernier, alertée, la Direction du CHRU promettait de tout faire pour obtenir le retour de trois médecins MPR (formées au CHRU) et favoriser l’arrivée de deux médecins étrangers. La direction du CHU de Besançon confirme que la filière du secteur "soins de suite et réadaptation" souffre actuellement d’une pénurie de médecins spécialisés et d’un manque d’attractivité "dans un contexte sanitaire qui a pourtant démontré récemment toute l’importance de cette discipline dans une prise en soins spécifique. Cette situation de tension sur les recrutements touche également d’autres établissements du territoire du GHT Centre Franche-Comté contraints comme le CHU de limiter leur offre de soins."

Mais ce 21 septembre, la direction l'annoncé : le service et ses 28 lits doivent fermer, en tous cas de manière temporaire.

Pour le syndicat SUD Santé sociaux, ce service est "extrêmement utile aux malades" notamment pour "l'aide à la réadaptation, à la rééducation après des pathologies handicapantes – post Covid par exemple".

Les actuels malades et le personnel du SSR seront déplacés dans un autre service.

Le CHU espère pouvoir rouvrir à nouveaux des lits de SSR "dans un futur proche dès que des recrutements de médecins pour exercer dans les secteurs d’hospitalisation auront pu être confirmés."

Le syndicat appelle la population "à réagir pour ne pas subir la fronte de son système de santé."

Infos +

Le 16 octobre prochain, date de fermeture du service, sera également la date du premier Conseil de surveillance de la nouvelle maire Anne Vignot.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".

Obligation vaccinale : où en sont les soignants en Bourgogne-Franche-Comté ?

En Bourgogne-Franche-Comté, on estime à environ 10 % le nombre soignants exerçant dans les différents centres de soins (hôpital, Ehpad…) et qui ne sont pas vaccinés. Concernant les professionnels exerçant en libéral, 96 % d'entre eux ont reçu au moins une dose dans la région.  Des chiffres très proches de la moyenne nationale.

Chutopolis : « jouer pour ne plus chuter »

La Fondation Arc-en-Ciel, gestionnaire d’établissements de soins, d’accueil et de service à la personne en Bourgogne Franche-Comté a développé un jeu de plateau destiné principalement aux centres de santé. Chutopolis est un outil pédagogique sur la prévention des chutes.

Haute-Saône : la plateforme d’appel pour les rendez-vous en centre de vaccination change de numéro

Depuis le lancement de la campagne vaccinale en Haute-Saône, une plateforme d’appel pour la vaccination a été mise en place afin de faciliter la prise de rendez-vous auprès des centres de vaccination du département. Le numéro change à partir de ce lundi 13 septembre.

Vaccination, accès aux soins, nouvelles aides… La Cpam du Doubs vous accompagne au quotidien

PUBLI-INFO • L’égalité d’accès aux soins est, avec la qualité des soins et la solidarité, l’un des 3 principes fondateurs de l’Assurance Maladie depuis 1945. C’est aussi la première de ses missions au quotidien : renforcer, dans chaque territoire, l’accès aux droits et le recours aux soins pour l’ensemble de ses assurés. Pour les accompagner au mieux, la Cpam du Doubs propose des aides afin de permettre à tous un accès au soin facilité. L'Assurance Maladie reste également très mobilisée pour maîtriser l'épidémie de Covid-19 en protégeant les plus fragiles.

En retard sur la vaccination, la Suisse généralise à son tour le pass sanitaire

Depuis le lundi 13 septembre 2021, la Suisse a décidé d’étendre largement l’obligation de pass sanitaire, face à une pandémie de Covid-19 qui continue de remplir les hôpitaux et les lits de soins intensifs et un taux de vaccination insuffisant. A titre de comparaison, en France, 69,7 % des habitants sont totalement vaccinés (46,6 M) contre 52,81 % en Suisse (4,54 M).

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.48
ciel dégagé
le 18/09 à 6h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
100 %

Sondage