Soins de suite et de réadaptation au CHU de Besançon : 28 lits fermés à partir du 16 octobre

Publié le 24/09/2020 - 11:18
Mis à jour le 24/09/2020 - 14:11

Le 21 septembre dernier, la direction du CHRU de Besançon a annoncé aux personnels du service Soins de suite et de réadaptation (SSR) la "fermeture temporaire" de leur service soit 28 lits sur le site de St Jacques à compter du 16 octobre.

©Damien Poirier ©
©Damien Poirier ©

Début juin 2020, le CHU annonçait sa décision de fermer 15 lits du service de soins de suite et de réadaptation, sur les 27 lits que compte le service. Cette fermeture temporaire avait été motivée par le départ de plusieurs médecins qui n’avaient pu être remplacés avant l’été. L’objectif du CHU était de pouvoir reconstituer dès l’automne 2020 l’équipe médicale afin d’être en mesure de pouvoir rouvrir les lits fermés temporairement, explique le CHU dans un communiqué. "Les recrutements envisagés de médecins spécialisés, n’ont malheureusement pu aboutir en dépit des démarches engagées, en raison d’un contexte national et local défavorable. Cet état de fait a une répercussion sur l’ensemble du service de médecine physique et de réadaptation, qui n’est plus en mesure d’assurer ses activités d’hospitalisation, et conduit aujourd’hui le CHU à annoncer la fermeture de l’ensemble du service à compter du 16 octobre 2020." 

Dans l’impossibilité d’assurer la continuité de la présence médicale, cette décision de fermeture temporaire a été prise d’un commun accord entre la direction, le président de la Commission médicale d’établissement, le chef de pôle et le chef de service.

Une pénurie de médecins spécialisés

Le syndicat SUD Santé sociaux rappelle qu'il y a 2 ans, pour cause de travaux à l'hôpital Minjoz, le SSR était contrait de déménager sur le site de St Jacques au centre-ville perdant deux lits d'hospitalisation. "Isolé, logé dans des locaux mal adaptés, loin de tout plateau technique, l’obligation de “quitter“ St Jacques pour 2024, et aucun projet médical clair et satisfaisant en vue, nombre de médecins spécialisés MPR (Médecine Physique et de Réadaptation) décidèrent les uns après les autres, de “quitter le navire“..."

Le 12 mai dernier, alertée, la Direction du CHRU promettait de tout faire pour obtenir le retour de trois médecins MPR (formées au CHRU) et favoriser l’arrivée de deux médecins étrangers. La direction du CHU de Besançon confirme que la filière du secteur "soins de suite et réadaptation" souffre actuellement d’une pénurie de médecins spécialisés et d’un manque d’attractivité "dans un contexte sanitaire qui a pourtant démontré récemment toute l’importance de cette discipline dans une prise en soins spécifique. Cette situation de tension sur les recrutements touche également d’autres établissements du territoire du GHT Centre Franche-Comté contraints comme le CHU de limiter leur offre de soins."

Mais ce 21 septembre, la direction l'annoncé : le service et ses 28 lits doivent fermer, en tous cas de manière temporaire.

Pour le syndicat SUD Santé sociaux, ce service est "extrêmement utile aux malades" notamment pour "l'aide à la réadaptation, à la rééducation après des pathologies handicapantes – post Covid par exemple".

Les actuels malades et le personnel du SSR seront déplacés dans un autre service.

Le CHU espère pouvoir rouvrir à nouveaux des lits de SSR "dans un futur proche dès que des recrutements de médecins pour exercer dans les secteurs d’hospitalisation auront pu être confirmés."

Le syndicat appelle la population "à réagir pour ne pas subir la fronte de son système de santé."

Infos +

Le 16 octobre prochain, date de fermeture du service, sera également la date du premier Conseil de surveillance de la nouvelle maire Anne Vignot.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Modélisation, planification et 3D : la plateforme pluridisciplinaire du CHU de Besançon appliquée à tous les domaines médicaux

Début 2020, le Pôle Investigation et Innovation Chirurgicales du CHU de Besançon s’est doté d’un nouvel outil innovant : une plateforme médicale de modélisation, de planification et d’impression 3D. Petite révolution pour les chirurgiens du CHU, l’établissement est l’un des premiers hôpitaux français à avoir mis en place ce type de structuration.

Fulgurance du variant britannique dans le Doubs : le préfet pourrait prendre de nouvelles mesures prochainement

En seulement quelques jours, le nombre de tests positifs au variant dit "britannique" de la Covid-19 dans le Doubs a explosé comme nous vous en informions sur maCommune.info mercredi 24 février. Le préfet du Doubs ainsi que l'ARS Bourgogne Franche-Comté surveillent cette évolution et renforcent les mesures et les contrôles.

Covid-19 : le variant britannique gagne du terrain dans le Doubs avec 43% des tests positifs

Face à la progression de la diffusion du variant dit "britannique" de la Covid-19 dans le Doubs, l’Agence régionale de santé et la préfecture du département appellent la population à redoubler de vigilance et mettent en œuvre des mesures complémentaires, dans un communiqué commun du 24 février 2021.

Covid-19 : le test salivaire arrive dans les établissements scolaires

Depuis lundi 22 février 2021, les tests salivaires pour dépister la Covid-19 sont distribués dans les écoles. L'objectif du Premier ministre est d'effectuer 200.000 tests par semaine à réaliser par la salive plutôt que le nez. Un test plus pratique et moins désagréable pour les plus jeunes enfants. Comment ça marche ?

Covid-19 : légère baisse des cas, mais une activité hospitalière qui reste très soutenue en BFC

Pour l'Agence Régionale de la Santé, la baisse du taux d'incidence observée dans la région est à mettre au crédit des efforts individuels et collectifs des habitants de Bourgogne-Franche-Comté. Cette mobilisation doit toutefois être maintenue face à la menace que constituent les variants du virus présents en tous points du territoire, nous indique l'ARS dans un communiqué du 19 février 2021.

L’UFC-Que Choisir alerte sur les dangers de certaines encres de tatouage

À la suite des résultats de ses tests en laboratoire sur les composants des encres de tatouage, l’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme ce jeudi 18 février et saisit la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) pour procéder au retrait et au rappel de nombreux produits.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.24
pluie modérée
le 26/02 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
60 %

Sondage