Soins de suite et de réadaptation au CHU de Besançon : 28 lits fermés à partir du 16 octobre

Publié le 24/09/2020 - 11:18
Mis à jour le 24/09/2020 - 14:11

Le 21 septembre dernier, la direction du CHRU de Besançon a annoncé aux personnels du service Soins de suite et de réadaptation (SSR) la "fermeture temporaire" de leur service soit 28 lits sur le site de St Jacques à compter du 16 octobre.

07CHUBesanconhopitalminjoz006.JPG
©Damien Poirier

Début juin 2020, le CHU annonçait sa décision de fermer 15 lits du service de soins de suite et de réadaptation, sur les 27 lits que compte le service. Cette fermeture temporaire avait été motivée par le départ de plusieurs médecins qui n’avaient pu être remplacés avant l’été. L’objectif du CHU était de pouvoir reconstituer dès l’automne 2020 l’équipe médicale afin d’être en mesure de pouvoir rouvrir les lits fermés temporairement, explique le CHU dans un communiqué. "Les recrutements envisagés de médecins spécialisés, n’ont malheureusement pu aboutir en dépit des démarches engagées, en raison d’un contexte national et local défavorable. Cet état de fait a une répercussion sur l’ensemble du service de médecine physique et de réadaptation, qui n’est plus en mesure d’assurer ses activités d’hospitalisation, et conduit aujourd’hui le CHU à annoncer la fermeture de l’ensemble du service à compter du 16 octobre 2020." 

Dans l’impossibilité d’assurer la continuité de la présence médicale, cette décision de fermeture temporaire a été prise d’un commun accord entre la direction, le président de la Commission médicale d’établissement, le chef de pôle et le chef de service.

Une pénurie de médecins spécialisés

Le syndicat SUD Santé sociaux rappelle qu'il y a 2 ans, pour cause de travaux à l'hôpital Minjoz, le SSR était contrait de déménager sur le site de St Jacques au centre-ville perdant deux lits d'hospitalisation. "Isolé, logé dans des locaux mal adaptés, loin de tout plateau technique, l’obligation de “quitter“ St Jacques pour 2024, et aucun projet médical clair et satisfaisant en vue, nombre de médecins spécialisés MPR (Médecine Physique et de Réadaptation) décidèrent les uns après les autres, de “quitter le navire“..."

Le 12 mai dernier, alertée, la Direction du CHRU promettait de tout faire pour obtenir le retour de trois médecins MPR (formées au CHRU) et favoriser l’arrivée de deux médecins étrangers. La direction du CHU de Besançon confirme que la filière du secteur "soins de suite et réadaptation" souffre actuellement d’une pénurie de médecins spécialisés et d’un manque d’attractivité "dans un contexte sanitaire qui a pourtant démontré récemment toute l’importance de cette discipline dans une prise en soins spécifique. Cette situation de tension sur les recrutements touche également d’autres établissements du territoire du GHT Centre Franche-Comté contraints comme le CHU de limiter leur offre de soins."

Mais ce 21 septembre, la direction l'annoncé : le service et ses 28 lits doivent fermer, en tous cas de manière temporaire.

Pour le syndicat SUD Santé sociaux, ce service est "extrêmement utile aux malades" notamment pour "l'aide à la réadaptation, à la rééducation après des pathologies handicapantes – post Covid par exemple".

Les actuels malades et le personnel du SSR seront déplacés dans un autre service.

Le CHU espère pouvoir rouvrir à nouveaux des lits de SSR "dans un futur proche dès que des recrutements de médecins pour exercer dans les secteurs d’hospitalisation auront pu être confirmés."

Le syndicat appelle la population "à réagir pour ne pas subir la fronte de son système de santé."

Infos +

Le 16 octobre prochain, date de fermeture du service, sera également la date du premier Conseil de surveillance de la nouvelle maire Anne Vignot.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, détaillera la feuille de route.

Covid : tous les établissements de Bourgogne-Franche-Comté appelés à déprogrammer les opérations non urgentes

La situation épidémiologique continue à s’aggraver considérablement en Bourgogne Franche-Comté selon un communiqué de l'ARS ce jeudi 29 octobre. Après avoir mobilisé dès ce mardi les établissements du Jura et de Saône-et-Loire, le directeur général de l’ARS a demandé hier soir, mercredi 28 octobre, aux directions des établissements de santé publics et privés de toute la région, d’activer sans délai le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à tous ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Situation « extrêmement difficile » dans les hôpitaux pendant 2 à 3 semaines, selon Delfraissy

La situation va être "extrêmement difficile" pour le système hospitalier durant deux à trois semaines en raison de la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, a prévenu ce jeudi 29 octobre 2020 le président du conseil scientifique, l'instance qui guide le gouvernement, Jean-François Delfraissy.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Territoire de Belfort : l’association qui gérait l’Ehpad de Valdoie dessaisie

L'association qui gérait l'Ehpad de Valdoie (Territoire de Belfort), sous administration provisoire depuis avril après une trentaine de décès pendant la crise du coronavirus, va être dessaisie en  raison de "manquements d'une particulière gravité" dans sa gestion, a indiqué mercredi 28 octobre 2020 le conseil départemental.

Vers un reconfinement ? Suivez l’allocution en direct de l’Elysée du Président de la République à 20h…

Le président de la République Emmanuel Macron s'exprimera en direct de l'Elysée ce mercredi 28 octobre 2020 à 20 heures sur les prochaines mesures sanitaires qui seront mises en application en France d'ici la fin de la semaine alors que  la situation épidémiologique s’aggrave considérablement dans la région Bourgogne franche-Comté comme dans plusieurs régions.

Assurance Maladie du Doubs : 21.663 appels en lien avec la Covid-19 depuis le 13 mai dernier…

"Il faut briser les chaines de contamination" (directeur) • Alors que l'épidémie atteint son pic et que les Français(es) attendent non sans impatience les annonces du gouvernement ce mercredi 28 octobre 2020, nous nous sommes rendus à l'Assurance Maladie du Doubs pour voir comment elle affronte cette deuxième vague...

Covid-19 : pas de dépistage pour les personnes sans ordonnance

Face à la reprise marquée de l'épidémie SARS-CoV2 dans le département du Doubs, et notamment sur Besançon, la préfecture du Doubs, l'ARS Bourgogne-Franche-Comté et la ville de Besançon en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 ont convenu de prioriser les tests aux personnes de priorité 1 à l'exception des personnes symptomatiques sans prescription afin d'apporter la réponse la plus efficace possible face à la progression du virus, apprend-on dans un communiqué ce mois d'octobre 2020.

Aggravation de la situation épidémiologique : déprogrammation des opérations non-urgentes des hôpitaux en Saône-et-Loire et dans le Jura

Dans un message envoyé ce mardi 27 octobre aux directions des établissements de santé publics et privés de ces deux départements, le directeur général de l’ARS leur demande d’activer dès ce mardi, et en avance de phase sur l’ensemble des établissements de la région, le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.49
couvert
le 30/10 à 3h00
Vent
3.02 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
95 %

Sondage