Stellantis s'électrifie d'ici 2030 et vise une rentabilité record

Publié le 02/03/2022 - 07:30
Mis à jour le 02/03/2022 - 09:46

Électrique, connecté et peut-être N°1 mondial : Stellantis a affiché des ambitions dévorantes d’ici 2030 en visant un chiffre d’affaires doublé et des émissions de CO2 divisées par deux. Le groupe compte lancer 75 modèles électriques d’ici à 2030 pour ses marques Peugeot, Opel, Fiat, Alfa Romeo ou Maserati, a indiqué son directeur général Carlos Tavares en présentant son plan stratégique à Amsterdam au Pays-Bas, où le groupe a son siège.

 © Communication Stellantis
© Communication Stellantis

Un des symboles en sera Jeep, qui aura droit à son SUV 100% électrique début 2023. Le premier pick-up électrique de la marque Ram doit aussi aller sur les terres de Ford, Rivian ou Tesla sur le marché américain en 2023.

Le groupe issu de la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler veut diviser ses émissions de carbone par deux d'ici à 2030 par rapport à celles de 2021, et les abaisser de 90% d'ici à 2038. Le groupe évoque un bilan "zéro émission carbone" avec 10% de compensation maximum.

Avec son objectif de ventes en Europe, Stellantis rejoint les groupes Volvo et Ford ou encore la marque Renault, devance l'objectif de la Commission européenne qui vise l'année 2035, alors même que Carlos Tavares s'est montré longtemps dubitatif.

"On n'attend pas d'être poussés dans le dos", a souligné le patron portugais. Il essaie de convaincre les investisseurs qu'il retrouvera dans ses profits les 30 milliards d'euros qu'il investit pour son électrification. Mais aussi qu'il peut bouger aussi rapidement que les nouveaux acteurs de la voiture électrique comme Tesla.

"Ils ont à apprendre de nous et on doit apprendre d'eux", a-t-il souligné. Le groupe a lancé un fond de 300 millions d'euros pour soutenir des start-up. Il recrute des ingénieurs en informatique et envisage 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans les logiciels en 2030.

"On ne va pas se laisser +cornériser+ par cette étiquette de dinosaure. Ça fait un siècle qu'on est là et on sera encore là pendant deux siècles", avait commenté M. Tavares plus tôt mardi, lors d'une rencontre avec des journalistes. Il a cependant reconnu que "dans l'univers qui est le nôtre, raisonner à dix ans est un peu maboul".

300 milliards de chiffre d'affaires

Sur un marché automobile atone, le groupe a déjà enregistré en 2021 d'énormes profits pour sa première année d'existence, avec une marge opérationnelle de 11,8% contre 10% prévus, et promet des "marges opérationnelles courantes à deux chiffres tout au long de la décennie", avec des dividendes de 25 à 30% d'ici 2025.

Il vise à doubler son chiffre d'affaires (152 milliards d'euros en 2021) d'ici à 2030 en profitant de l'électrification du marché et de gains de productivité, a-t-il annoncé mardi. Si ce chiffre est atteint, Stellantis se verrait passer N°1 mondial devant Toyota et Volkswagen.

En multipliant les synergies et en augmentant ses prix, malgré des ventes freinées par la pénurie de puces électroniques, il a presque triplé les bénéfices nets des groupes précédents, à 14,3 milliards d'euros.

Il vise à diminuer de 40% ses coûts de conception et de distribution des véhicules, et enregistrer les 5 milliards d'économies liées à la fusion d'ici fin 2024. Il veut également faire des économies en renégociant avec ses concessionnaires.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.49
partiellement nuageux
le 22/04 à 3h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
96 %