Stéphanie Sauthon, la nouvelle directrice des programmes de France Bleu Besançon

Publié le 28/12/2016 - 18:00
Mis à jour le 08/02/2019 - 09:36

Depuis novembre 2016, Stéphanie Sauthon est la nouvelle directrice des programmes pour France Bleu Besançon. Son passé, son parcours, ses amours pour la radio, son rêve d’enfant… C’est le portrait de la semaine !

 ©
©

PORTRAIT DE LA SEMAINE

Carte d'identité

  • Stéphanie Sauthon
  • Née le 22 novembre 1969
  • À Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise)
  • Vit à Besançon
  • Célibataire 

Après avoir réalisé des études en Philosophie et en Arts plastiques, Stéphanie Sauthon décide de créer sa propre compagnie de théâtre "Regard en France" en 1993. "Nous jouions des pièces dans le noir absolu afin de réentendre les textes et les auteurs", nous confie-t-elle. Cette compagnie, devenue une école de théâtre ouverte aux personnes en situation de handicap et aux personnes valides, créatrice d'emplois et source de création, a été rachetée en 2016. "Lorsque j'ai créé cette compagnie, je l'ai fait fonctionner au début, mais par la suite je n'y étais pas en continu", explique-t-elle. Au bout d'un certain temps, Stéphanie s'est rendue compte que le théâtre n'était pas son "rêve d'enfant". "C'était de faire de la radio", nous dit-elle.

"C'est un chemin que je conseillerais à tout le monde" 

A 36 ans, elle part vivre son rêve d'enfant en commençant par un emploi dans une radio associative, Vivre FM, à Paris, dédiée au handicap. "Il y a comme une sorte d'ADN finalement sur le chemin", constate Stéphanie, entre sa compagnie de théâtre et sa première radio. Après 1 an et demi à Vivre FM, la trentenaire se dit : "si je me lève le matin pour une radio associative pour les matinales, ça veut dire que je peux aller sur Radio France". Elle a ensuite rencontré Radio France et la Route Bleue. Pendant 7 ans et demi, de 2006 à 2013, Stéphanie voyage de station en station pour finalement travailler dans 26 des 44 stations de France Bleu en tant qu'animatrice.

"C'est un chemin que je conseillerais à tout le monde", souligne-t-elle, "à mes yeux, c'est un chemin de service public. C'est-à-dire que j'étais là pour travailler pour Radio France et par ma mobilité, je rendais service et donc ça rentrait dans cette notion de service public auquel j'étais attachée". Stéphanie nous explique également qu'"il y avait cette gourmandise du territoire : découvrir les langues et les terres bretonnes, passer par le Poitou et le découvrir, passer par l'Alsace et la découvrir, puis aller dans le Nord à Lille et y faire un remplacement d'une semaine, etc. il y avait cette mobilité que j'adore".

Stéphanie éprouve également beaucoup de plaisir à rencontrer les habitants de chaque commune, de chaque région. "Quand on arrive quelque part, on se dit : qu'est-ce qui me rattache aux gens si ce n'est le plaisir de les découvrir, le plaisir de les respecter dans leurs spécificités, dans cette histoire qui apparaît dans leur façon de parler, des recettes pour aussi découvrir des produits gastronomiques… Il y a une gourmandise de la France, je crois". 

"On n'est plus acteur, on est plutôt metteur en scène" 

En 2013, un poste s'ouvre à France Bleu Strasbourg. Stéphanie y travaillait régulièrement depuis environ 7 mois en contrat à durée déterminée et décide d'acter sa volonté d'intégrer véritablement Radio France et est sélectionnée parmi de nombreux candidats. "J'ai été intégrée en tant qu'animatrice de jour en contrat à durée indéterminée et j'y ai passé un an et demi." 

En septembre 2015, Radio France lui propose de travailler en intérim sur le poste de responsable des programmes à Belfort. "J'y découvre une autre partie du métier et donc la partie encadrement : et pour le coup, on n'est plus acteur, on est plutôt metteur en scène", compare-t-elle, "et c'est super intéressant".

Stéphanie reste à Belfort jusqu'en octobre 2016 pour arriver à Besançon en tant que directrice des programmes de France Bleu Besançon en novembre dernier.

En quoi consiste le métier de directrice des programmes de France Bleu ? 

Stéphanie nous l'explique : "C'est d'orchestrer l'équipe d'animation : c'est-à-dire projeter une grille de programmes, des rendez-vous avec les auditeurs, travailler avec les animateurs pour être toujours à l'affût de ce dont les auditeurs ont besoin comme des services, des idées de sortie, etc. C'est aussi être acteur du territoire dans la mesure où la radio est celle des auditeurs. Lorsque nous nous déplaçons vers eux, lorsque nous organisons des extérieurs, c'est à dire des rencontres, c'est montrer ô combien nous sommes attachés à notre territoire, ô combien nous sommes là pour être leurs voix, et être à leur service.

Derrière cela, il y a toute l'organisation : évoquer la façon dont les animateurs vont traiter les informations pour que ça parle toujours à nos auditeurs et renouveler leur attachement. Et avoir vraiment cette envie d'être au plus près d'eux, vu d'ici, jouer à fond la carte de la proximité. J'aime les valeurs que l'on défend sur France Bleu : ce sont des valeurs humaines, de solidarité, de service et de simplicité, de gentillesse. Ce sont des mots qui pourraient paraître dénués de sens et pourtant ce sont des mots qui sont essentiels aujourd'hui".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

portrait de la semaine

Il est incollable sur la fête foraine de la Foire Comtoise de Besançon !

Il sait absolument tout sur la fête foraine de la Foire Comtoise à Micropolis Besançon  ! Grand passionné du milieu forain, mais aussi de maquettes en Légo, Maxime a créé en 2012 une page Facebook dédiée à la foire comtoise qui compte près de 3.500 fans. Aujourd’hui âgé de 22 ans, il sait avant tout le monde quelles attractions seront à la foire et connait sur le bout des doigts les spécificités des manèges. Présent tous les jours dans les allées de la fête foraine durant le montage, nous avons rencontré Maxime… 

Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 : “l’élection des Miss n’est pas qu’un concours de beauté, c’est être ambassadrice”

À quelques jours de l’élection de Miss France ce samedi 16 décembre à Châteauroux, nous vous dévoilons la personnalité de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 figurant parmi les favorites pour le titre de Miss France 2018. C’est le portrait du mois de décembre… 

Portrait chinois de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 from maCommune.info on Vimeo.

Rencontre avec le champion de moto Vincent Philippe à quelques jours du Bol d’Or…

À quelques jours de la 81e édition du Bol d’Or 2017 ces 15, 16 et 17 septembre sur le célèbre circuit Paul Ricard, Vincent Philippe s’est arrêté à Besançon pour la projection en avant-première à la Rodia de « I want to be a champion ». Ce film retraçant le parcours du champion de moto endurance sera diffusé au Bol d’Or, sur les chaînes télévisées, dans les concessions Suzuki fin septembre et sur les réseaux sociaux.

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.18
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
96 %