Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s'indigne

Publié le 24/10/2019 - 10:48
Mis à jour le 24/10/2019 - 11:07

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

lion de Belfort  © Facebook de la Ville de Belfort
lion de Belfort © Facebook de la Ville de Belfort

Avec la réforme de la justice, la Chancellerie parle de supprimer certains postes de juges d'instruction qui traitent "moins de 50 dossiers par an" comme à Albertville, Carcassonne, Mâcon, Sens, Thionville ou encore... Belfort.

Un choix fait selon les scores LREM

Pour le Canard Enchaîné, qui a eu accès à une "note confidentielle" adressée à Matignon par le ministère de la Justice, la sélection de ces postes est simple : si la ville a fait des bons scores LREM, il ne faut pas "décourager" les électeurs et donc, garder les juges.

Par contre, là où LREM n'a pas fait des bons scores, comme à Belfort (un député UDI, un député LR, un maire LR), les postes de juge sont menacés.

Et évidemment, à cette annonce, il n'a pas fallu longtemps pour que les politiques locaux s'insurgent.

"Des méthodes inadmissibles" pour Cédric Perrin

Comme Cédric Perrin, sénateur LR du Territoire de Belfort : "Les choses sont assez simples, on supprimera les services, voir les tribunaux là où les gens ont le moins bien voté pour « en marche » aux dernières élections.

Mais attention, les élections municipales ayant lieu bientôt, la note devait rester confidentielle jusqu’à cette échéance afin de ne pas inciter les électeurs à se détourner des listes en marche ou à les sanctionner.

Vous pensiez qu’une réforme de la justice se ferait sur la base d’une bonne administration de la justice ? Que nenni ! Les magistrats devront différer les décisions après les municipales ... Encore une preuve de la séparation des pouvoirs !

Et après cela, on demande aux électeurs d’avoir confiance ? Confiance en quoi ? Dans la tambouille ? C’est frappant de constater que ceux qui passent leur temps à donner des
leçons de moral, agissent sans retenue au détriment de nos territoires avec pour seule motivation, leur score aux dernières élections !"

Le nouveau monde vous disiez ? Mais c’est l’ancien monde en pire, c’est l’ancien monde décomplexé !

"Ces méthodes inadmissibles doivent être combattues et les Terrifortains peuvent compter sur leurs élus pour dénoncer des tels comportements. »

Même chose pour Damien Meslot, maire de Belfort LR, pour qui "il est inadmissible de vouloir discriminer les citoyens en fonction de leurs opinions ou de ce qu’ils pourraient voter. C’est la politisation manifeste de la Justice et une atteinte à son indépendance, pourtant fondements de la République et de la Démocratie."

Pas de « favoritisme » pour Nicole Belloubet

Invitée mercredi matin de Sud Radio, la ministre de la Justice Nicole Belloubet n'a pas démenti l'existence de cette note et s'est défendue de tout « favoritisme ».

« Lorsque nous avons à mettre en place une réforme, (…) évidemment elle doit être effectuée sur la base de critères objectifs. Mais toute réforme doit être acceptée et elle doit faire l'objet d'une acceptabilité et dans ce cas-là il est évident que nous nous appuyons également sur les élus pour expliquer, pour faire comprendre, c'est ce que veut dire cela (cette note) », a déclaré Nicole Belloubet.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.

Jugé irresponsable pour la deuxième fois de meurtre

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon a jugé mercredi pénalement irresponsable un homme soupçonné d'avoir tué son père et sa grand-mère, après l'avoir déjà déclaré irresponsable du meurtre de sa mère cinq ans plus tôt, a-t-on appris auprès du parquet général.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.01
peu nuageux
le 21/09 à 12h00
Vent
4.26 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
1 %

Sondage