Terrorisme : un Dolois mis en examen

Publié le 22/09/2016 - 10:36
Mis à jour le 22/09/2016 - 10:36

Deux hommes, soupçonnés de liens avec le jihadiste français du groupe Etat islamique (EI) Rachid Kassim, ont été mis en examen et écroués, a indiqué mercredi le parquet de Paris. Le Dolois qui était sous l'effet d'un contrôle judiciaire a été interpellé ce vendredi 16 septembre 2016 en début de matinée dans le quartier des Mesnils-Pasteur.

15Operationimmigrationclandestinepolicepoliceauxfrontieres013.JPG
illustration ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Ces deux Français, âgés de 30 et 39 ans, ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », a précisé le parquet. Arrêtés vendredi à Dole (Jura) et Roanne (Loire), ils fréquentaient Rachid Kassim avant le départ de ce dernier en zone irako-syrienne, signalé en mai 2015. 

Les enquêteurs soupçonnent le Dolois d’avoir été, encore récemment, en contact avec Kassim via la messagerie cryptée Telegram et « se demandent s’il a pu être réceptif à certains des appels au meurtre » lancé par le jihadiste, a détaillé une source proche de l’enquête. Dans le quartier des Mesnils Pateur, les habitants sont pour certains interloqués, regrettant l’amalgame pouvant être fait avec l’islam.

Concernant le suspect de 39 ans, originaire de Roanne comme Kassim, « il a une aura importante et on cherche à savoir s’il a pu jouer un rôle dans la radicalisation de Kassim », a-t-elle ajouté. Ce dernier, considéré actuellement comme l’un des propagandistes francophones les plus dangereux de l’EI, est soupçonné de téléguider via internet des attentats en France depuis la zone irako-syrienne.

Info + 

  • Selon les enquêteurs, Kassim, 29 ans, a inspiré, plus ou moins directement, les attaques de Magnanville (Yvelines), où Larossi Abballa a tué un policier et sa compagne le 13 juin, et de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean ont tué un prêtre dans une église le 26 juillet.
  • Il aurait également piloté les projets d’attentats du commando de femmes, arrêté le 8 septembre après la découverte d’une voiture chargée de bonbonnes de gaz en plein cœur de Paris. Au moins trois adolescents de 15 ans ont été écroués ces derniers jours, soupçonnés de vouloir commettre une action violente inspirée par les appels au meurtre de Rachid Kassim.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.2
ciel dégagé
le 22/05 à 18h00
Vent
2.83 m/s
Pression
1019.37 hPa
Humidité
78 %

Sondage