Triple noyade à Chalon-sur-Saône : le maire, Gilles Platret, relaxé

Publié le 12/05/2023 - 14:54
Mis à jour le 12/05/2023 - 12:10

Le maire LR de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), Gilles Platret, a été relaxé vendredi du chef d'homicide involontaire, après la noyade accidentelle de trois enfants en 2018 dans un lac de la ville où l'interdiction de baignade n'était pas clairement indiquée.

 © Ekaterina  BOLOVTSOVA
© Ekaterina BOLOVTSOVA

Le tribunal correctionnel de Chalon rendait son jugement en délibéré, après un procès fin mars d'une journée. Le 8 juillet 2018, trois enfants de neuf, dix et treize ans se noyaient dans le lac des prés Saint-Jean, où la profondeur chute soudainement de 50 cm à plusieurs mètres. La baignade y est donc interdite par un arrêté municipal. Mais le seul panneau "baignade interdite", gagné par la végétation, était invisible.

La partie civile accusait donc Gilles Platret, un ancien vice-président national de LR, de n'avoir pas respecté une circulaire obligeant les maires à "faire signaler par des pancartes très visibles les lieux où la baignade est dangereuse".

L'avocat de la mère des enfants, Cédric Trabal, a en conséquence fait citer à comparaître le maire, à l'audience du 31 mars, le contraignant ainsi à être partie au procès alors qu'il n'a jamais été mis en examen malgré une plainte de la partie civile.

Une faute qui relève de la simple négligence

M. Platret ne s'était pas déplacé au procès, étant représenté par son avocat. Il a fait preuve d'une "indifférence intolérable", avait alors estimé Me Trabal.

Mercredi, deux jours avant le délibéré, la mère des enfants Lallia Konaté a réuni une trentaine de personnes devant l'Hôtel de ville afin de dénoncer le "manque de considération" du maire. "Vive la justice française!", a-t-elle ironisé vendredi après le jugement sur son compte Instagram.

Dans sa relaxe, le tribunal a estimé que le défaut d'affichage était une faute indirecte qui relève de la simple négligence.

Selon l'avocat du maire, Levent Saban, la loi "sort certains faits qui touchent les collectivités locales du champ pénal", dont cette signalisation. Le tribunal estime donc que les décès sont dus au défaut de surveillance de la belle-mère des enfants, l'ex-compagne du père, à qui ce dernier avait confié leur garde le 8 juillet 2018.

La belle-mère condamné à trois ans de prison avec sursis

Ce jour-là, trois adultes et 13 enfants s'étaient rendus sur les berges du lac où barbotaient six enfants, dont seuls deux savaient nager. L'enquête a montré que les trois adultes surveillaient les plus petits qui jouaient dans un bac à sable, se trouvant ainsi à plus de cent mètres des autres enfants qui étaient dans l'eau, et sans avoir vue sur eux.

En conséquence, le tribunal a condamné la belle-mère à trois ans de prison avec sursis, ce qui correspond aux réquisitions. "Je n'ai jamais eu connaissance que (le lac) était dangereux", avait-elle assuré à la barre le 31 mars.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.07
couvert
le 14/04 à 18h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
73 %