Alerte Témoin

Un ancien Bisontin condamné à deux mois ferme pour avoir tué son chien

Publié le 28/03/2014 - 14:35
Mis à jour le 28/03/2014 - 14:37

Un homme d'une trentaine d'années, toujours recherché, a été condamné à deux mois de prison ferme par le tribunal de Bayonne pour avoir tué son chien avec cruauté, a indiqué vendredi 28 mars 2014 l'avocate de la Société protectrice des animaux de Besançon. Les faits s’étaient déroulés dans la capitale comtoise.

Les faits s'étaient déroulés entre novembre 2011 et janvier 2012 à Besançon où l'homme habitait avant de s'établir à Ustarritz (Pyrénées-Atlantiques). Des colocataires du propriétaire du chien avaient été témoins de sévices infligés à l'animal et l'avaient dénoncé. A la suite de ces dénonciations, le chiot a été retrouvé mort dans des taillis.
 
L'homme ne s'est pas présenté à l'audience jeudi. Il n'avait pas d'avocat pour le représenter et il est toujours recherché.
 
"Six mois ferme ont été requis lors de l'audience, il a finalement écopé de deux mois ferme au vu de ses antécédents. Cet homme d'une trentaine d'années possède un casier judiciaire pour vols et violences sur personnes", a indiqué Me Agnès Hauciarce-Rey, du barreau de Bayonne, en confirmant la condamnation révélée par le journal Sud Ouest. "La sévérité de la sanction s'explique également en l'espèce par l'importance des actes de cruauté infligés à ce chiot acheté sur le site Leboncoin", a-t-elle ajouté. Le tribunal de Bayonne avait été saisi de l'affaire pour "sévices graves ou actes de cruauté sur un animal domestique". Selon l'avocate, les sévices étaient allés crescendo : le prévenu avait administré à l'animal coups de pied et coups de poing, il avait ensuite essayé de l'abandonner, de le pendre, de lui faire ingurgiter de force des médicaments, avant de le tuer à coups de pierre sur le crâne.
 
Une interdiction de posséder un animal a été prononcée au titre de peine complémentaire.
 
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.29
    légère pluie
    le 03/08 à 12h00
    Vent
    4.27 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    86 %

    Sondage