La clinique de Montbéliard interdite d'exercer en gynécologie-obstétrique

Publié le 07/04/2014 - 17:09
Mis à jour le 08/04/2014 - 16:28

L'Agence régionale de santé (ARS) de Franche-Comté a annoncé lundi qu'elle suspendait pendant plus de deux mois du 10 avril au 29 juin 2014 l'autorisation de la clinique des Portes du Jura de Montbéliard (Doubs) d'exercer des soins de gynécologie-obstétrique, après avoir constaté de "graves dysfonctionnements graves et recurrents". 

roman_naissance_015.jpg
Photo d'illustration ©roman

deux mois de suspension

PUBLICITÉ

L’ARS a décidé « de suspendre l’autorisation d’activité de gynécologie-obstétrique de la clinique de Montbéliard » qui appartient au groupe Kapa santé, a indiqué l’agence de Franche-Comté. Cette décision fait suite au constat de « dysfonctionnements graves et récurrents« , a précisé l’ARS, qui a « mis en évidence des conditions de fonctionnement ne permettant pas de garantir la continuité et la sécurité des soins« . 

L’agence a notamment relevé une « insuffisance de l’équipe médicale en gynécologie obstétrique (qui) compromet sérieusement la qualité et la sécurité des soins lors des périodes d’astreinte« . Selon ses observations, la maternité de cette clinique dispose d’un seul 
chirurgien gynécologue-obstétricien alors qu’elle effectue plus de 700 accouchements par an. 

Une suspension de deux mois

L’ARS a par ailleurs relevé « plusieurs cas de défaut de réponse des médecins anesthésistes réanimateurs d’astreinte » et « des lacunes graves en matière de traçabilité des actes médicaux et de soins« . Cette suspension sera effective du 10 avril au 29 juin. Pendant cette période, la clinique de Montbéliard pourra « prendre les mesures nécessaires au rétablissement de la qualité des soins et de la sécurité des patientes« , précise l’ARS. 

Les patientes pourront continuer d’être suivies par leur praticien au sein de la clinique, sans toutefois pouvoir accoucher sur place. Le centre hospitalier de Belfort-Montbéliard accueillera les patientes qui le souhaitent. 

En octobre 2013 un gynécologue-obstétricien de la clinique de Montbéliard, mis en cause dans deux affaires d’erreurs médicales, s’était pendu à son domicile.  Le praticien, âgé de 60 ans, ne s’était pas rendu, le 24 septembre dernier, à une convocation au tribunal en vue de sa mise en examen pour « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité de plus de trois mois » sur une patiente qu’il avait opérée pour une ablation de l’utérus (hystérectomie). 

La patiente de 43 ans avait été victime de lésions à l’appareil urinaire lors de cette opération, menée en octobre 2010 à la clinique de Montbéliard.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.96
ciel dégagé
le 21/09 à 18h00
Vent
2.64 m/s
Pression
1014.06 hPa
Humidité
72 %

Sondage