Une étude scientifique coordonnée à Besançon pour savoir comment le personnel et les résidents des EHPAD ont vécu la crise du Covid-19

Publié le 16/07/2020 - 18:14
Mis à jour le 16/07/2020 - 14:31

Comment le personnel et les résidents des EHPAD ont-il vécu la crise du Covid-19 ? C’est l’objet d’une étude scientifique coordonnée à Besançon par la Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie. Nous avons posé nos questions à Elodie Cretin, directrice de la Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie et coordinatrice de l’étude COVIDEHPAD...

La Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie est une structure portée par Université Bourgogne Franche-Comté et co-présidée par Régis Aubry. Son objectif est de faire travailler en réseau des chercheurs de tous les domaines (aussi bien en santé que dans le secteur des sciences humaines et sociales) qui s’intéressent aux questions liées à la fin de vie, à la mort et aux soins palliatifs, partout en France.

maCommune.info : Qu’est-ce que la Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie ?

Elodie Cretin : "La Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie est une structure nationale basée à Besançon dont l’objectif est de faire travailler en réseau des chercheurs de tous les domaines (aussi bien en santé que dans le secteur des sciences humaines et sociales) qui s’intéressent aux questions liées à la fin de vie, à la mort et aux soins palliatifs. Notre plateforme est portée par Université Bourgogne Franche-Comté et soutenue par le ministère des Solidarités et de la Santé, par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ainsi que par la Fondation de France. Nous coordonnons actuellement une étude nationale sur le vécu du confinement, la fin de vie et la mort dans les EHPAD pendant l’épidémie de Covid-19. Nous l’avons baptisée COVIDEHPAD."

mCi : Comment vous est venue l'idée de vous pencher sur le vécu de la crise du covid-19 par le personnel et les résidents des EHPAD ? Qu'est-ce qui vous intéressait particulièrement dans ce sujet ?

Elodie Cretin : "Il était évident pour nous que la recherche avait un rôle à jouer dans ce contexte de crise sanitaire. La situation dans les EHPAD était préoccupante. Dès le mois de mars, il nous a paru essentiel de recueillir des données pendant le pic épidémique directement auprès des personnes concernées. Il nous semblait en effet crucial d’obtenir des témoignages à chaud. C’est pourquoi nous avons lancé cette étude en urgence. Elle a pu débuter dès début avril grâce à l’implication d’une équipe de chercheurs de différentes disciplines qui s’est constituée pour l’occasion."

mCi : Combien de chercheuses et chercheurs ont participé à cette étude et d'où viennent-ils ?

Elodie Cretin : "Dix-huit chercheurs travaillent actuellement sur l’étude COVIDEHPAD (vous pouvez en consulter la liste sur cette page web : https://www.plateforme-recherche-findevie.fr/etude-covidehpad). Ce sont des anthropologues, des sociologues, des psychologues et des philosophes de sept laboratoires différents répartis sur le territoire français. Ils ont mené l’enquête dans des EHPAD de six régions de France : Auvergne Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand Est, Hauts de France, Ile-de-France et Bretagne. Un comité scientifique interdisciplinaire de treize personnes incluant plusieurs médecins pilote l’étude."

mCi : Et vous, Elodie Cretin, quel a été votre rôle ?

Elodie Cretin : "Pour ma part, en tant que directrice de la Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie, je coordonne l’étude en collaboration avec nos deux co-présidents : Régis Aubry et Patrick Baudry. Je fais en sorte que ces chercheurs de spécialités différentes et de laboratoires différents puissent travailler ensemble (ce qui est d’ailleurs l’une des missions de la Plateforme, indépendamment de COVIDEHPAD). La mise en place de cette étude en période de confinement, tout le monde étant en télétravail, n’a pas été facile, mais nous y sommes parvenus. Nous nous réunissons chaque semaine en visioconférence pour faire le point et discuter des aspects scientifiques et méthodologiques."

mCi : Quel est l'objectif de COVIDEHPAD ?

Elodie Cretin : "L’objectif est de montrer comment les professionnels, les résidents des EHPAD et leurs proches font face à la crise et à ses conséquences. Nous voulons décrire et comprendre l’expérience et le vécu de ces personnes confrontées aux situations de confinement, de fins de vie et de décès dans ce contexte de pandémie."

mCi : Comment vous y êtes-vous pris pour cette étude ?

Elodie Cretin : "À ce jour, 189 entretiens ont été réalisés dans 35 EHPAD différents. La première phase de l’étude (celle du recueil des données), est en train de se terminer. Des entretiens vont se poursuivre dans certaines régions pendant l’été et l’analyse des résultats débutera en septembre. Ce sont les personnels des EHPAD qui ont été principalement interrogés, mais aussi, quand cela était possible, les personnes âgées et leurs proches."

mCi : D'emblée, on pourrait croire sans avoir participé à cette étude que les personnels, résidents et familles dans les EHPAD n'ont pas vécu cette crise de manière positive, loin de là… et dans les faits ? Quels sont les résultats de votre étude ?

Elodie Cretin : "Bien sûr, la situation dans les EHPAD a été dramatique : les résidents ont été confrontés à la maladie et à la mort dans une situation de confinement inédite. Pour le personnel et les proches, cela a été également particulièrement éprouvant. Mais concernant les résultats de l’étude, il faudra encore attendre quelques mois que la phase d’analyse des données soit achevée pour que nous puissions vous en dire plus."

mCi : Est-ce que COVIDEHPAD a vocation à sensibiliser l'État, les collectivités, les établissements pour que la suite de la crise se déroule mieux ? Proposer des idées de développement pour que la crise soit mieux vécue ?

Elodie Cretin : "Nous espérons effectivement que les résultats apporteront des éléments susceptibles d'influencer les politiques d’accompagnement du vieillissement et de solidarité envers les personnes vulnérables, en situation de crise mais pas seulement. Nous aimerions que nos conclusions puissent apporter des pistes d’amélioration de l’organisation des soins pour les personnes âgées qui vivent en institution."

mCi : Qui finance cette étude ?

Elodie Cretin : "L’étude COVIDEHPAD est financée par la Caisse nationale de la solidarité pour l'autonomie (CNSA), le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI) et le CNRS. Le CHU de Besançon est le promoteur de cette recherche que nous coordonnons, à travers Université Bourgogne Franche-Comté."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Social

GE Belfort : "Une énième fois, je demande au président de la République de s'emparer du dossier" (MG Dufay)

La présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay en appelle "une énième fois" à Emmanuel Macron pour qu'il s'empare du dossier de General Electric (GE), le groupe américain qui s'apprête à supprimer 300 nouveaux postes en France, dont 240 à Belfort.

Secteurs médico-sociaux : une grève annoncée le 3 décembre prochain pour plus d’équité salariale

L'intersyndicale (CGT/SUD/FO/UNSA) appelle à la grève et à la manifestation jeudi 3 décembre 2020 afin de faire valoir le droit à l’égalité salariale pour tous/toutes dans la fonction publique hospitalière et dans les établissements médico- sociaux privés et associatifs. Une mobilisation est prévue à 14h00 devant le CLS Bellevaux,  29 Quai de Strasbourg à Besançon. Le cortège rejoindra l'ARS.

Eolane (77 salariés) placé en liquidation

Le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a placé mercredi en liquidation judiciaire l'entreprise de matériel électronique Eolane Montceau, qui emploie 77 salariés à Montceau-les-Mines, a annoncé l'avocat des employés.

Le rêve européen pour quatre filles de l’ESBF

Depuis le lundi 23 Novembre 2020, c'est la trêve internationale pour les handballeuses. Les joueuses sélectionnées dans leurs équipes nationales ont chacune pu rejoindre respectivement leur sélection. Chloé Bouquet Valentini et Aïssatou Kouyaté ainsi qu'Aneta Labuda espèrent être qualifiées. Lara Gonzales fait déjà partie de l’effectif final avec l'équipe nationale espagnole. 

Banque alimentaire de Franche-Comté : une augmentation des demandeurs d’aide de 20% depuis septembre 2020

La prochaine grande collecte de la Banque alimentaire de Franche-Comté se déroulera les 27, 28 et 29 novembre 2020 dans tous les grands magasins de la région. Objectif : collecter des produits non périssables pour assurer les distributions en 2021 et assurer une demande de plus en plus importante… On en parle avec Michel Jeannin, chargé de communication de la Banque alimentaire de Franche-Comté.

Besançon : près de 500 personnes au rendez-vous contre les violences faites aux femmes (chiffres association)

Mise à jour • Dans le cadre de la journée internationale d'action contre les violences faites aux femmes (le 25 novembre), le collectif national #NousToutes avait appelé à se mobiliser ce samedi 21 novembre 2020 à Besançon comme partout en France. Au moins 500 personnes se sont retrouvées sur l'Esplanade des Droits de l'Homme selon Solidarité Femmes 25.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.42
partiellement nuageux
le 29/11 à 9h00
Vent
3.72 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
78 %

Sondage