Vaccins Covid-19 : vers une 3e dose pour tous...

Publié le 07/10/2021 - 15:00
Mis à jour le 07/10/2021 - 15:32

La Haute autorité de santé (HAS) "élargit le périmètre de la dose de rappel" des vaccins contre le Covid-19, a-t-elle annoncé.  Comme d'autres pays, la France a lancé depuis plusieurs semaines une campagne de rappel, face à la perte d'efficacité des vaccins injectés en début d'année.

Même s'ils protègent toujours bien contre les formes graves de la maladie, ils évitent de moins en moins les contaminations. C'est probablement une conséquence de l'émergence du variant Delta, bien plus contagieux que ses prédécesseurs.

Jusqu'à maintenant, la campagne de rappel ne concernait que les plus de 65 ans et les personnes à risque, comme les obèses et les diabétiques, à condition d'avoir été vaccinés voici plus de six mois. Cela représente 18 millions de Français.

Désormais, ce sont presque quatre autres millions qui pourraient s'y ajouter si le gouvernement suit l'avis de la Haute autorité de santé (HAS). Celle-ci recommande en effet d'élargir les rappels aux "soignants, transports sanitaires et professionnels du secteur médico-social".

"Cette dose de rappel doit ainsi permettre de leur conférer la meilleure protection possible face au variant Delta et de contribuer, en limitant la propagation de la maladie, à la protection des personnes qu'ils prennent en charge ou accompagnent", explique la HAS.

Ce n'est pas tout. Elle recommande aussi une troisième dose à "l'entourage des personnes immunodéprimées". A ne pas confondre avec l'ensemble des personnes à risque, la catégorie des immunodéprimés, bien plus étroite, comprend par exemple les patients qui suivent des chimiothérapies.

Débats scientifiques

L'avis de la HAS est une conséquence directe d'une décision prise par son homologue au niveau de l'Union européenne. Celle-ci, l'Autorité européenne du médicament (EMA), a autorisé lundi la généralisation d'un rappel à tous les adultes, laissant aux autorités de chaque pays le choix précis des personnes concernées.

Cette dose de rappel doit pour l'heure forcément venir d'un vaccin Pfizer/BioNTech, basé sur la technologie de l'ARN messager. L'EMA évalue encore s'il faut y ajouter l'autre vaccin de la même catégorie, celui de Moderna.

Reste maintenant à savoir si le gouvernement français va suivre l'avis de la HAS. Mais le ministère exprime régulièrement son intention de se conformer aux décisions de l'autorité.

Surtout, la HAS ouvre déjà la voie à une généralisation du rappel à tous les adultes, même si elle juge la mesure encore prématurée.

Bien que les circonstances ne "justifient pas à ce stade de recommander l'administration d'une dose supplémentaire en population générale, (...) la HAS souligne toutefois que l'administration d’une dose de rappel deviendra probablement nécessaire au cours des mois qui viennent".

Pourtant, la nécessité d'une dose de rappel fait encore l'objet de nombreux débats dans le monde scientifique, car son intérêt reste à évaluer précisément pour l'ensemble de la population.

Certains chercheurs estiment qu'il est plus urgent de distribuer des doses dans les pays, souvent pauvres, où la vaccination est peu avancée, plutôt que les réserver pour des campagnes massives de rappels là où la population est déjà largement vaccinée.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : l’ARS observe de premiers indices de rebond en Bourgogne-Franche-Comté

7 départements sur 8 de la région Bourgogne-Franche-Comté sont en dessous du seuil d'alerte fixé à 50 cas pour 100.000 habitants. La Haute-Saône enregistre toutefois une forte augmentation du nombre de cas avec +56,25 % en sept jours. Elle se trouve au niveau du seuil d'alerte... L'Agence Régionale de la Santé a d'ailleurs noté un indicateur à la hausse chez les plus de 65 ans en Haute-Saône et en Saône-et-Loire.

Ségur de la Santé : les détails des investissements en Bourgogne Franche-Comté

Dans le cadre de l'enveloppe globale de 19 milliards d'euros négociée lors du Ségur de la Santé, les mesures prises pour chaque région ont été publiées, dont celles prévues en Bourgogne Franche-Comté. Ce mardi 19 octobre, le Premier ministre, Jean Castex, aux côtés du ministre de la Santé, Olivier Véran et de la ministre déléguée en charge de l’autonomie, Brigitte Bourguignon étaient en déplacement en Côte-d’Or pour présenter la stratégie régionale des investissements Ségur en Bourgogne-Franche- Comté.

Covid : la circulation du virus poursuit sa baisse en Bourgogne Franche-Comté, l’ARS veut maintenir la dynamique de vaccination

La circulation du virus poursuit sa baisse lentement mais continuellement en Bourgogne Franche-Comté selon les derniers chiffres de Santé publique France en date du 14 octobre 2021. Malgré une baisse du nombre d'hospitalisations, le nombre de patients en réanimation est en hausse.

760.000 habitants de Bourgogne Franche-Comté régulièrement exposés aux particules fines PM2,5

Pollution •

Plus d'un quart des habitants sont régulièrement exposé aux particules fines PM2,5 à des concentrations supérieures au seuil de recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3). La Bresse et le Pays de l’Aire urbaine de Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle sont les zones les plus impactées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.81
ciel dégagé
le 25/10 à 3h00
Vent
0.98 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %

Sondage