Vaîtes : Anne Vignot présente le projet revisité de l'éco-quartier des Vaites

Publié le 16/09/2021 - 14:10
Mis à jour le 16/09/2021 - 14:14

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l’écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l’origine du projet.

Les Vaîtes. C'est le dossier épineux du début de mandat de la maire écologiste Anne Vignot à Besançon. Le besoin de logement face à la préservation de 23 hectares de nature en ville, dont une partie en terres maraîchères.

À l'origine, le projet des Vaites, déposé en 2016, envisageait d'urbaniser partiellement le secteur avec la création de 1.150 logements, dont 20 % en locatif social et 15 % en accession abordable avec un objectif de 40 % d'énergies renouvelables. Depuis 2018, l'association le Jardin des Vaites n'a eu de cesse de se mobiliser contre le projet.

"Grâce à une analyse fine, tout le monde est arrivé sur un compromis en pensant à la fonctionnalité des milieux, que ce soit pour les usages immobiliers et les usages du milieu naturel" Anne Vignot, maire de Besançon.  

©

Au-delà des enjeux urbanistiques et de recomposition urbaine pour répondre aux besoins de logement en ville, ce projet est devenu le symbole de la gestion politique d'Anne Vignot.

La maire écologiste a mis en place un GEEC, un groupe d'experts pour l'environnement et le climat dont les conclusions ont été rendues en mars 2021.

Écoquartier des Vaîtes : le groupe d'experts a rendu son rapport

Rapport du Geec •

Anne Vignot avait promis la création d’un GEEC local afin d’expertiser des dossiers liés à l’environnement. Très attendu, le rapport du groupe d’étude de l’environnement et du climat vient d’être rendu sur le sujet très sensible du quartier des Vaîtes ce 11 mars 2021. Que dit ce rapport ? Quelles sont les préconisations des experts ? Premiers éléments de réponses avant la consultation citoyenne autour de l’écoquartier en avril et mai 2021. 
 
 

Puis, dans un souci de "démocratie participative", la maire a ensuite souhaité associer les habitants avec une consultation citoyenne dont la synthèse a été dévoilée début juin avec deux approches. 37 % ne souhaitent aucune construction. 40 % sont favorable à un aménagement, mais avec des constructions limitées.

500 à 600 logements

Le dossier revient donc dans les mains de la municipalité. Et ce sont 4,85 ha de plus que ne seront pas urbanisé comparé au projet initial, notamment dans la partie nord-est (voir schémas en bas de l'article).

"Le projet a été réduit. Il est passé de 71% à 50% de zones urbanisables" explique Anne Vignot soulignant une décision qui  découle de la consultation scientifique du GEEC, de la plateforme de consultation et de la conférence citoyenne. "Nous avons pris en compte les avis émis par les citoyens, les scientifiques et les questions liées à la biodiversité...."

De l'abandon du projet à la poursuite du projet initial de 2011 validé en 2016, la municipalité écologiste de Besançon va donc soumettre au vote une nouvelle mouture des Vaites. "L'idée était de mener  ensemble un projet collectif qui réponde dans la conciliation à ces enjeux. On va maintenir la fonctionnalité des milieux sur le plan hydrologique et de la biodiversité, etc. Mais ce ce projet est aussi compatible avec l'idée que l'on une solution d'habitat en démultipliant la typologie des logements pour tous et conformes aux attentes actuelles. Il faut penser à un urbanisme global à l'échelle de la ville et du Grand Besançon."

Anne Vignot souhaite donc maintenir entre 500 et 600 logements sur le secteur afin d'éviter la "fuite des familles" autour de Besançon. "Ce quartier doit faire la couture entre un urbanisme ancien et la colline des Bicquey. L'enjeu est de travailler le plus finement possible cette relation entre société humaine et milieu naturel et donc dans cette forme nouvelle d'habiter..."

Sur le plan judiciaire, le Conseil d’État a suspendu le projet dans son arrêté du 3 juillet 2020 et demande à l'aménageur Territoire 25  des propositions "alternatives". "La justice s'interrogeait sur le respect de l'intérêt public et des enjeux environnementaux. Nous répondons à tous ces enjeux-là, donc je suis optimiste sur ce point..."

Quant à la question de l'occupation du site par des militants opposés au projet, Anne Vignot a tenu un discours de fermeté. "Maintenant que l'on a consulté les scientifiques et  les citoyens, il sera temps de respecter le vote des élus. C'est la loi qui s'appliquera" conclut-elle.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Exploitation de l’aéroport Dole-Tavaux : une association dépose une requête au tribunal administratif

Serre Vivante, association de protection de la nature, a déposé, auprès du tribunal administratif de Besançon, une requête à l'encontre de la décision de la Direction de la sécurité de l'aviation civile Nord Est autorisant la société Edeis à exploiter l'aérodrome de Dole-Tavaux, a-t-on appris samedi 30 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21
partiellement nuageux
le 12/04 à 15h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
45 %