Anne Vignot présente officiellement son programme

Publié le 29/02/2020 - 13:23
Mis à jour le 29/02/2020 - 13:25

La candidate, tête de la liste « Besançon par nature » soutenue par EELV, le Parti communiste, le parti socialiste et A gauche citoyen ! a présenté son programme ce samedi 29 février 2020 en présence de sept colistiers. 

Anne Vignot et son équipe © Hélène Loget ©
Anne Vignot et son équipe © Hélène Loget ©

"Cette liste veut transformer la ville et a besoin pour cela que les citoyens se sentent et soient concernés", a indiqué Anne Vignot ce samedi lors d'une conférence de presse. La candidate a souhaité insister sur la nécessité d'une participation des citoyens et d'un projet de mise en place d'un comité de suivi qui "irait dans toute la ville tous les six mois pour répondre aux questions sous la forme d'un "speed dating".

Quatre grandes orientations ont été données ce samedi par la candidate :

  • Une ville engagée pour le climat
  • Une ville en transition, active et attractive
  • Une ville encore plus éducative et solidaire, plus facile à vivre au quotidien
  • Une ville à la démocratie exigeante

Une ville engagée pour le climat

"Nous voulons un GIEC local (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) local", indique Anthony Poulin, chargé de partenariat et n°6 sur la liste. Il poursuit : "nous avons l'objectif ambitieux de servir des repas 100 % bio et de saison d'ici la fin de mandat. Nous proposerons également que la moitié des repas soient végétariens". 

Concernant la question de la cantine, "Besançon par nature" veut créer une légumerie en régie ou associative. "Elle permettra à tout producteur de pouvoir fournir les restaurants collectifs et pourrait aussi servir par la suite aux restaurateurs", indique Anne Vignot. Concernant le nombre de places qui serait créé en plus, la candidate l'estime à 300 places supplémentaires la rentrée prochaine "Nous ne pourrons pas atteindre les 460 manquantes, Dire le contraire est faux", souligne Pascale Billerey, retraitée ancienne directrice d'école et n°9 sur la liste. 

Quelques autres mesures : 

  • Encouragement des jardins participatifs existants
  • Création de potager et jardin sur l'espace public 
  • Poursuite de la politique d'aménagement favorable aux pollinisateurs
  • Concernant la politique d'urbanisme, la liste souhaite :
  • Transformer Planoise en éco-quartier (en s'appuyant sur les espaces verts, le réseau de chaleur, les citoyens, les transports…)
  • Construire la ville sur la ville, en utilisant l'espace laissé libre suite à la destruction de bâtiments pour "lutter contre l'étalement urbain"
  • Que les citoyens puissent "acheter un bien sans acheter le foncier", indique Christophe Lime, cadre chez GRDF et n°4 sur la liste). "Il s'agit de développer l'office foncier solidaire."
  • Continuer de construire "en trouvant l'équilibre avec la réhabilitation"
  • Lancement d'un programme de requalification de l’habitat de centre-ville
  • (Boucle, Battant) avec la conversion de bureaux, la transformation de rez-de-chaussée en logements ou activités, et la requalification d’immeuble
  • Affirmation des Prés-de-Vaux comme un site naturel, sportif, culturel et de loisirs, ce qui impliquera l’abandon du projet d’urbanisation.
  • Favorisation des programmes de réhabilitation et de rénovation afin d’atteindre les 3000 logements par an sur l’agglomération.
  • Instauration d'un pourcentage minimal de logements publics (20%) et de logements abordables (15%) dans les grandes opérations d’urbanisme.
  • Rééquilibrage de l’offre de logements publics à loyer modéré sur la ville à partir du Plan local habitat de l’agglomération (PLAI), et en développant les logements très sociaux (PLAI)
  • Revalorisation des friches artificielles

Une ville en transition, active et attractive

Une politique "zéro artificialisation" est souhaitée par la liste qui voit la ville de "Fribourg-en-Brisgau" comme  "une image positive", souligne Anne Vignot. "Nous voulons donner une image responsable de notre économie". Voici quelques propositions :

  • Soutien des entreprises et leurs engagements en matière de développement durable
  • Créer un TEMIS Développement durable pour faire émerger des activités innovantes en lien avec l’écosystème régional

Dans cette optique, la liste souhaite proposer "un moratoire" sur le développement des zones d’activités commerciales et favoriser les commerces de quartier et de centre-ville. La liste se veut engagée dans un dialogue exigeant à la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC).

  • Soutien du commerce «cœur de ville»
  • Sur la question des transports, "Besançon par nature" veut : 
  • Rendre les transports en commun gratuits pour les moins de 26 ans et les bénéficiaires des minima sociaux
  • Rendre gratuit les transports en cas de pic de pollution 
  • Rendre gratuit les transports le samedi

Autres propositions sur l'axe "une ville en transition, active et attractive" :

  • Coordonner les actions jeunesse via un pôle jeunesse (guichet unique pour les droits et services, lieu d’expression, locaux associatifs)
  • Lutter contre la précarisation de notre jeunesse par l’expérimentation d’un revenu minimum jeune
  • Coordonner les actions jeunesse via un pôle jeunesse (guichet unique pour les droits et services, lieu d’expression, locaux associatifs)
  • Ouvrir une maison des services au public sur le quartier de Palente-Orchamps
  • Consolider le partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur, de recherche et de santé

Une ville encore plus éducative et solidaire, plus facile à vivre au quotidien

La question de la tranquillité publique est un point important pour la candidate qui souhaite s'attarder sur les "questions d'addiction" afin d'aller "à la racine du mal", indique-t-elle en expliquant vouloir "amener des perspectives aux enfants en déshérence". Pour cela, elle veut "proposer aux parents une reprise en contact avec l'emploi, une reconnexion avec les structures sportives pour les enfants, réaffirmer que l'école est nécessaire pour avoir un emploi et mener des actions sur la parentalité". "Il faut être aux côtés des familles". Pour la liste, il s'agit aussi de "s'épanouir par le sport" : L’équipe Besançon par nature souhaite rendre "plus accessible" les activités de tout ordre pour permettre au plus grand nombre dans sa diversité d’en profiter. Des événements comme «La rue est à nous» ou les «Dimanches culturels» ou des actions transversales sur la question de la lecture publique, seront autant d’occasions pour mettre en pratique cette volonté. 

  • Autre proposition sur le sport : Prolonger Grandes heures nature, projet phare du territoire, et créer un trail franco-suisse

Sur la police municipale et nationale : 

  • Retour des 40 postes de policiers nationaux supprimés.
  • Ouverture continue des commissariats (jours et nuits).
  • Installation d’un nouveau commissariat sur l’Est bisontin
  • La police municipale ne sera pas dotée d’armes létales, mais formée à une présence de proximité sur le terrain.
  • Présence de la police municipale pour lutter contre les incivilités et stationnements sauvages
  • Verbalisation des actes d’incivilité
  • Réunions entre la police et la population, dans les quartiers

Une ville à la démocratie exigeante

Pour ce dernier axe, Anne vignot propose : 

  • De mieux soutenir l’ensemble des associations (culturelles, sportives, sociales…) comités et maisons de quartier, indispensables au dynamisme de notre territoire
  • De faire participer les citoyens
  • De créer un GIEC local (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)
  • De délocaliser une fois par mois les réunions de la municipalité (maire, adjoint·e·s, conseillers municipaux délégués et les services) dans les quartiers.
  • Créer un budget participatif direct pour réaliser un projet conçu par les habitants.
  • Mettre en place une Assemblée permanente des citoyens et des forces vives et instaurer un droit de pétition citoyenne pour associer les Bisontin·e·s aux décisions qui les concernent
  • Instauration d'un droit de pétition citoyenne (possibilité de mettre à l’ordre du jour du conseil municipal ou du conseil de la communauté urbaine une question ayant recueilli 3.000 signatures de citoyens)

Les infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du Groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie Participative et de la participation citoyenne a décidé de porter plainte auprès du Procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du Conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.55
légère pluie
le 15/04 à 3h00
Vent
2.67 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
95 %