Vaîtes : "Seule une convention citoyenne peut conduire à un consensus"

Publié le 29/07/2020 - 10:46
Mis à jour le 12/03/2021 - 10:13

Dans un communiqué de mercredi 29 juillet 2020, l’équipe d’Eric Alauzet au conseil municipal de Besançon demande une « position claire sur les intentions de l’actuelle majorité », réaffirme sa volonté d’un éco-quartier sur ce terrain et déclare que « seule une convention citoyenne (…) peut conduire à un consensus ». 

© d poirier ©
© d poirier ©

Communiqué :

« Un dialogue et une concertation d’un autre temps, une prise en compte trop partielle des enjeux environnementaux ont rendu complexe l’issue politique du projet d’éco-quartier des Vaîtes. Nous souhaitons faire confiance aux citoyens pour parvenir a? un consensus. »

Depuis le 17 juin, le site des Vai?tes est illégalement occupe? par des opposants au projet, des militants d’extrême gauche et des écologistes extrémistes. Ce n’est pas l’apparence gentillette qui atténue la violence démocratique d’une infraction caractérisée à la loi.

Dès le premier conseil municipal, nous avons demandé? a? Mme Vignot de condamner cette occupation ille?gale et nous saluons sa décision de faire respecter l’ordre républicain en exigeant la destruction de la « tour vigie » des Vai?tes. Il s’agit désormais de faire appliquer cette décision.

Nous avons régulièrement évoqué le sujet des Vaîtes durant la campagne électorale. Et contrairement à celles de Mme Vignot ou M. Fagaut, notre position est constante et claire.

Le problème est patent. Aujourd’hui, la population bisontine est en baisse quand celle de la périphérie progresse, contrairement à ce qu’il se passe à Dijon.

Nous voulons rendre la ville plus attractive pour les familles. Pour les accueillir, notre ville a besoin de logements à prix abordable, de tailles adaptée, avec des espaces extérieurs privatifs, ouverts sur la nature.

Nous souhaitons la poursuite du projet d’éco-quartier des Vaîtes avec une prise en compte plus exigeante des enjeux environnementaux, une baisse du nombre de logements et la création de vastes jardins et parcs publics en cohérence avec la zone humide à préserver.

Refuser de construire aux Vaîtes comme le demande la droite de M. Fagaut et l’extrême gauche locale, est un non-sens e?cologique, urbanistique et économique :

- C’est repousser les familles en périphérie générant ainsi d’importantes nuisances, de la pollution et des embouteillages ;
- C’est favoriser l’étalement urbain donc le bétonnage de sols agricoles en milieu rural ;
- C’est acter une gabegie financière irresponsable de plusieurs millions d’euros engagés dans les études et les aménagements déjà réalisés ;
- C’est réduire encore un peu plus l’attractivité? de Besanc?on et de ses commerces de centre-ville au profit des zones commerciales périphériques.

La position de la droite et de M. Fagaut constitue un encouragement à l’occupation et au désordre, donnant une forme de légitimité aux occupants du site, prêts à le transformer en ZAD. Une position d’autant plus incompréhensible, que son projet a été inventé entre les deux tours de l’élection municipale pour se verdir.

Nous souhaitons une position claire sur les intentions de l’actuelle majorité municipale. Tantôt favorable au projet puis défavorable en fonction de ses alliances politiques, le discours de Madame Vignot est incompréhensible.

En quoi la création d’un comité d’experts, intitulé « GIEC local » dont le nom indique qu’il s’agirait d’évaluer l’évolution du climat serait en mesure d’appréhender le projet dans sa globalité écologique, économique, sociale et démocratique ?

Pour sortir de l’impasse, nous souhaitons faire confiance à l’intelligence collective. Seule une convention citoyenne, associant plusieurs dizaines de citoyens tirés au sort, donc neutres, qui s’investiront durant plusieurs week-ends pour maîtriser le sujet peut conduire à un consensus."

Éric Alauzet, Karima Rochdi, Laurent Croizier, Nathalie Bouvet

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

les vaîtes

Donnez votre avis sur l’écoquartier des Vaites à Besançon !

Jusqu'au 9 mai 2021 • Une nouvelle étape s’ouvre à partir de ce 19 mars 2021 pour aller plus loin dans la réflexion sur le sujet des Vaites à Besançon. Après le rapport du Geec (groupe d’experts qui a rendu son analyse le 12 mars dernier), chacun peut à présent donner son avis sur le sujet via le site internet : « besancon-vaites.jenparle.net« . Une cinquantaine de personnes représentatives de la Ville de Besançon seront ensuite tirées au sort afin de donner un avis qui servira à la décision finale qui sera prise lors de conseil municipal en septembre 2021.

Le Groupe des Epouvantails en Colère (Geec) s’est installé aux Vaîtes à Besançon

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. L’occasion de réaffirmer leur volonté de « préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains. »

Vigie des Vaîtes à Besançon : où en est-on ?

Nous avions rencontré plusieurs membres du collectif de la Vigie des Vaîtes en juillet dernier. Ils expliquaient que cette dernière avait pour but de « veiller ». Un arrêté municipal a été pris le 7 août pour déconstruire la tour. Pour l’heure, la situation reste figée…

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.83
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %