Vigie des Vaîtes à Besançon : "Anne, nous t'attendons"

Publié le 22/07/2020 - 08:30
Mis à jour le 29/07/2020 - 11:05

Alors qu'Anne Vignot, la nouvelle maire de Besançon, a demandé la déconstruction de la vigie des Vaîtes, le collectif nous précise ce 21 juillet 2020 que la "sécurité allait être renforcée" autour de cette dernière. Il appelle notamment la maire à venir rencontrer les membres du collectif...

Pour rappel, le site des Vaîtes compte 34 hectares (dont sept possiblement constructible selon le collectif). Suite à la décision du Conseil d’État le17 juin dernier, les travaux ne pourront toujours pas reprendre.

De son côté, Territoire 25, le porteur du projet d’écoquartier expliquait dans un communiqué que le Conseil d’État avait « reconnu l’intérêt public majeur de l’écoquartier des Vaites et a, en conséquence, annulé l’ordonnance n°1900636 du Tribunal administratif. Il est donc établi que l’opération répond bien à des besoins majeurs en habitat et qu’il faut les satisfaire. » 

Lancé le 17 juin dernier par ANVCop21 et Extinction Rebellion, le site sur lequel la vigie des Vaîtes a progressivement pris forme. Le collectif (qui compte environ 180 personnes) est établi et s'active sur le site : d'un côté on voit des plantations, d'un autre une cuisine improvisée avec un coin salon et bien sûr une grande table en bois. Des membres s'attèlent au bricolage, fabriquent de la peinture avec des matières naturelles. Ils peindront ensuite des pancartes qui seront exposées à l'entrée du site. Le tout se situe autour de la vigie où une dizaine de personnes "veille" et "monte la garde".

Une "zone à protéger"

Pour John, le site de la vigie des Vaîtes (aussi appelé "jardin des luttes") est davantage une ZAP (zone à protéger) qu'une ZAD (Zone à défendre). "La vigie des Vaites est un mouvement à part entière qui invite à la convergence des luttes. Tout le monde est le bienvenu. Nous voulons faire de cet endroit, un lieu culturel", explique-t-il.

La politique de la maire "nous a surpris"

Le collectif se dit surpris ce mardi de la réaction politique de la nouvelle maire de Besançon demandant la déconstruction de la tour de vigie : "Nous avons été surpris de cette exigence même si nous avons bien sûr entendu l'argument de la sécurité. Nous y avions déjà pensé en amont et nous allons la renforcer davantage", indique John tout en montrant la table spécialement conçue par le collectif pour accueillir la maire. Dessus, on peut y lire : "Anne, nous t'attendons". (voir vidéo)

Infos +

  • Anne Vignot rencontre Claire Arnoux et Marie-Hélène Parreaux, coprésidentes de l’association Les Jardins des Vaîtes ce jeudi 23 juillet à 08h30.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vaîtes

Avenir des Vaîtes : discordes entre la Ville de Besançon et le « Jardin des Vaîtes »…

Anne Vignot, maire de Besançon, recevait en entretien ce jeudi 23 juillet 2020 deux membres de l'association le Jardin des Vaîtes (Marie-Hélène Parreaux et Claire Arnoux). Sur le l'avenir des Vaîtes, des discordes sont notables entre les deux parties. De plus, un arrêté sera prochainement pris par la mairie pour la déconstruction de la vigie (voir notre article).

Un arrêté sera pris pour la destruction de la vigie des Vaîtes

Nous avions rencontré plusieurs membres du collectif de la Vigie des Vaîtes ce mardi à Besançon. Ils expliquaient que cette dernière avait pour but de "veiller" en montant la garde tout en promettant un "renforcement de la sécurité".  Ce n'est pas suffisant pour la maire de la ville qui annonce ce jeudi 23 juillet 2020 qu'un arrêté sera mis en place. La date ? "Dès que les services le pourront", précise-t-elle.

Société

Décès de Paulette Guinchard : une minute de silence observée à 12h00

La Ville de Besançon a décidé de mettre ses drapeaux en berne le jour des obsèques de Paulette Guinchard.Une minute de silence sera observée ce vendredi 5 mars 2021 à 12h00 en mairie sur l’esplanade des droits de l’Homme. Figure de la vie politique à Besançon et ancienne secrétaire d'État aux personnes âgées, elle est décédée ce jeudi 4 mars 202 à l'âge de 71 ans. Un registre de condoléances sera ouvert jusqu’à ses obsèques en mairie.

Violences conjugales : ouverture d’une permanence pour le droit des femmes à Métabief 

Suite à l’augmentation des faits de violences conjugales relevés sur de la Communauté de Communes du Mont d’Or et des Deux Lacs, la municipalité de Métabief a souhaité porter assistance aux femmes et aux familles en difficulté via le CIDFF : Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Il sera ouvert une fois par mois le mercredi après-midi.

À la rencontre de Gérard Vives, parrain de l’événement bisontin Lundisociable

Après être entré dans la vie des Français il y a presque 30 ans avec la série "Les filles d'à côté", Gérard Vives a continué sa carrière à la télévision, mais aussi dans le sport. Cette année, il a accepté d'être le parrain de Lundisociable qui se tiendra le 8 mars 2021 au Kursaal de Besançon. Il nous en parle...

RN57 : deux associations bisontines démontent les arguments « écolos » de LR et du PS

Suite aux nombreuses réactions médiatisées sur le projet d'aménagement de la RN57 entre Beure et Micropolis à Besançon, en particulier de Ludovic Fagaut (LR), Jacques Grosperrin (LR) et Nicolas Bodin (PS) avec des arguments "écologiques", l'Association Vélo Besançon (AVB) et Alternatiba, "très énervées" appellent "au bon sens" dans un communiqué du 27 février 2021.

Affouage 2021 à Besançon : la Ville permet à des foyers de se fournir en bois de chauffage à bon prix

Inscriptions jusqu'au 19 mars • L’état sanitaire en forêt communale de Besançon a conduit à l’exploitation d’arbres dépérissants et à la production importante de bois de qualité chauffage. Dans ce contexte, le conseil municipal a souhaité recourir à l’affouage afin de valoriser ce bois de chauffage et permettre aux bénéficiaires de satisfaire leurs besoins domestiques.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.98
couvert
le 05/03 à 18h00
Vent
3.3 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
52 %

Sondage