Violences au lycée Tristan Bernard de Besançon : plus de la moitié du personnel est en grève

Publié le 26/04/2018 - 12:37
Mis à jour le 26/04/2018 - 17:02

Les personnels enseignants et d'éducation ont décidé de se mettre en grève ce jeudi 26 avril 2018 pour protester contre "l'absence de réponse adéquate" de l'Éducation nationale et des institutions face à la "recrudescence d’actes récurrents et graves de violence et d’incivilités" au sein de l'établissement qui accueille près de 400 élèves. 

9bc59008-ff5c-4163-a388-f2b0cf1883ff.jpg
9bc59008-ff5c-4163-a388-f2b0cf1883ff.jpg
PUBLICITÉ

Le personnel explique que ces actes de violence contribuent "à établir un climat de tension, d’insécurité et de stress quasi permanent pour les élèves et les personnels" et détériorent les conditions d’apprentissage et de travail de l’ensemble du personnel. "Faut-il attendre un acte grave pour que notre employeur et les institutions d’état prennent en compte nos revendications ?

 "Les codes du quartier s'invitent dans le lycée… "

Après avoir envoyé un courrier à la préfecture et au rectorat resté sans réponse, le personnel réuni en assemblée générale le 24 avril a déposé un préavis de grève pour cette seule journée du 26 avril 2018. "Nous voulons tirer la sonnette d'alarme" explique une représentante du personnel. "Près des trois quarts de la cinquantaine de personnes qui travaillent au sein du lycée sont en grève aujourd'hui. Nous retrouvons des situations de violences qui s'étaient pourtant calmées, mais aujourd'hui, les codes du quartier, la délinquance se retrouvent à nouveau dans les murs du lycée. C'est pour cette raison que nous souhaitons tirer la sonnette d'alarme. Il faut à nouveau casser des habitudes qui se sont réinstallées dans l'établissement"

Les revendication des grévistes : 

  • 2 postes d’AED (assistants d’éducation) supplémentaires et pérennes 
  • un taux d’encadrement des classes nettement amélioré, équivalent à celui des autres lycées professionnels de l’académie.
  • Mise en place d’une enquête des risques psychosociaux (RPS)
  • la sécurisation des abords du lycée.

Une enquête sur le climat scolaire

Une délégation du personnel a été reçue ce jeudi matin au rectorat. Un agent de prévention de sécurité devrait être prochainement installé et une réflexion sur le profil des CAP sera menée tout comme une enquête sur le climat scolaire. 

Une délégation sera également reçue par la préfecture en début d'après-midi. Il sera notamment question de la sécurisation des abords du lycée.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Exercice dans les établissements scolaires : un parent d’élève armé d’un fusil va venir, que faire ?

Afin d’entrainer les 250 000 élèves et l’ensemble de la communauté éducative, un exercice attentat-intrusion a été déclenché ce jeudi 7 novembre 2019 à 14 h 15 dans les établissements scolaires de la région. Le scénario ? Un parent d'élève furieux armé d'un fusil annonce sa venue...

Suicide d’une directrice d’école : le SNUipp-FSU interpelle le recteur de Besançon dans une lettre ouverte

Suite au suicide de Christine Renon et à la lettre qu’elle a laissée, les syndicats FSU, UNSA-Education, FNEC-FO, SGEN-CFDT, FERC-CGT et SUD-Education ont réclamé un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) exceptionnel qui aura lieu le 6 novembre 2019. Dans le Doubs, le SNUipp-FSU s’adresse au recteur de l’académie de Besançon et à l’IA-DASEN du Doubs par une lettre ouverte…

À la recherche d’un projet ? « la boussole des jeunes », un site internet pour les 16 à 30 ans…

EMPLOI • Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.04
légère pluie
le 12/11 à 0h00
Vent
2.78 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
98 %

Sondage