0 ? 200 ? 639 emplois supprimés à cause du Tram ?

Publié le 07/02/2013 - 06:15
Mis à jour le 07/02/2013 - 10:59

La crise ? Le chantier du Tram ? L’attracivité accrue des zones commerciales ? les nouveaux modes de consommation ?  Autant de raisons avancées pour expliquer la perte d’emplois. La CCi en compte 200 sur son périmètre d’étude qui ne tient pas compte de tout le centre-ville. Le conseiller Michel Omouri lui parle de 639 emplois. Entre les deux…  

 ©
©

La guerre des chiffres

Pour son étude, la CCI a fait le choix d'un périmètre restreint et d'interroger des établissements situés jusqu'à 200 mètres du tracé. Choix étonnant. L'étude  parle d'une perte de 200 emplois de sur la période février 2011 - octobre 2012, mais elle n'intègre pas les principales  artères commerçantes comme la rue des granges ou 90 % de la grande rue (l'étude va jusqu'à la place Pasteur), alors que chacun s'accordera à dire que le problème de l'accessibilité du centre-ville est beaucoup plus... large.

De son côté, le conseiller municipal UMP d'opposition Michel Omouri va beaucoup plus loin. Dans un communiqué, il parle d'une perte précise de 639 emplois :  "200 emplois ? En réalité c’est bien plus ! (...) Les Bisontins se rappellent pourtant que les difficultés de circulation ont démarré 6 mois plus tôt. Il manque donc 6 mois au décompte…" 

Michel Omouri estime qu'il manque donc 50 emplois au compteur, auquel il rajoute 66 emplois depuis septembre 2012, 50 emplois non recensables (50 commerçants non comptabilisés), 91 emplois indirects et 182 emplois induits lié à la perte initiale des 200 emplois de l'étude CCI. On additionne et on obtient 639 emplois en moins. 

Le conseiller municipal parle de "comptes d’apothicaire", des comptes très précis. C'est en réalité tout le contraire. Non pas que ses réflexions soient dénuées de sens, car même si ces chiffres reflétaient la réalité, ils semblent sortir du chapeau et manquent cruellement de validation "scientifique".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.17
couvert
le 03/03 à 0h00
Vent
1.15 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
80 %