A Besançon avec Valérie Hayer, Edouard Philippe insiste sur le "double enjeu" des européennes

Publié le 06/04/2024 - 08:15
Mis à jour le 06/05/2024 - 10:10

Édouard Philippe a insisté vendredi sur le "double enjeu" des élections européennes: le risque d'un coup d'arrêt inédit de la construction européenne en cas de forte poussée des eurosceptiques et, en France, le poids électoral du "bloc central", "à mi-mandat" d'Emmanuel Macron.

"Ces élections vont avoir un double enjeu : un enjeu national qui sera intéressant mais qui sera surinterprété. Et elles vont avoir un enjeu européen qui sera capital mais va être sous-estimé", a déclaré M. Philippe en conclusion d'une réunion des cadres de son parti à Besançon.

"Pour moi, le seul enjeu national véritable, c'est de voir à mi-mandat combien pèse le bloc central dans le paysage politique. À combien se situent globalement les partis qui revendiquent l'économie de marché, la démocratie libérale et l'engagement pro-européen. De la droite conservatrice à la social-démocratie", a développé l'ancien Premier ministre.

L'enjeu européen

Deuxièmement, a-t-il développé, "l'enjeu européen": "quelle sera la part de ceux qui, à l'intérieur du Parlement européen, ne veulent pas de projet européen ? Seront-ils une minorité, seront-ils une minorité de blocage, seront-ils un maillon dans une nouvelle majorité ?"

"C'est dans ce résultat-là que se situe l'enjeu essentiel des élections européennes", car une forte poussée des eurosceptiques mettrait en péril "l'idée d'une Europe qui demande son avis aux peuples au travers d'un vote électoral", a estimé Édouard Philippe.

Pour Valérie Hayer l'Europe doit "sortir de sa naïveté"

De son côté, Valérie Hayer, tête de liste de la majorité macroniste pour ces élections du 9 juin, a expliqué que pour parvenir au rang d'"Europe puissance", l'UE devait "sortir de (sa) naïveté". "On est peut-être la seule puissance au monde à avoir été aussi naïve ces dernières années", a-t-elle jugé, en comparaison avec les États-Unis qui ont "fait le choix du Made in USA et même du protectionnisme". L'Europe doit par ailleurs "tourner la page de certains dogmes, certains tabous. C'est ce que nous avons fait avec le plan de relance de 750 milliards d'euros après la crise sanitaire", a-t-elle ajouté.

Mme Hayer a ensuite défendu le "pragmatisme" de son groupe sur les traités de libre-échange, défendant notamment le Ceta, le traité UE-Canada, en vigueur mais récemment rejeté par le Sénat français. "On s'étonne aujourd'hui de voir l'alliance de la carpe et du lapin entre les communistes et la droite de Nicolas Sarkozy qui reviennent dessus par pur électoralisme et démagogie. Si la droite adopte les mots et l'attitude des extrêmes, comment les Français s'y retrouvent-ils ?"

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Européennes 2024

Européennes 2024 : “Le seul moment où on fait taire l’extrême droite, c’est dans la rue” (NPA)

Vidéo • Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) sera présent aux élections européennes le 9 juin 2024 avec une liste conduite par Selma Labib, 28 ans, conductrice de bus. Un meeting s’est tenu jeudi 2 mai dans la salle Proudhon à Besançon notamment en présence d’Alain Ruch, colistier régional, 49e sur la liste.

Européennes 2024 : pour le Général Gomart “il y a un vrai combat à mener”

Lundi 29 avril 2024, Les Républicains ont tenu une réunion publique dans le cadre des élections européennes du dimanche 9 juin 2024 à la salle Courbet de Besançon. Le général de corps d'armée, ancien directeur du renseignement militaire, ancien commandant des forces spéciales Christophe Gomart, en 3e position sur la liste de François-Xavier Bellamy y a présenté son projet. Nous avons pu le rencontrer auparavant lors d’une conférence de presse.

Politique

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Européennes : le ministre Jean-Noël Barrot sera présent à Belfort ce vendredi 17 mai

Dans le cadre des élections européennes, Christophe Grudler, député européen et candidat sur la liste ''Besoin d'Europe'' a invité Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe pour une réunion publique qui se tiendra à Belfort le vendredi 17 mai 2024 à partir de 18h30 à la Maison du Peuple.

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Demande de protection fonctionnelle à Anne Vignot lors du prochain conseil municipal

Durant le prochain conseil municipal qui aura lieu jeudi 16 mai 2024, les élus seront amenés à délibérer sur l'octroi de la protection fonctionnelle à la Maire de Besançon suite aux propos violents et menaçants reçus personnellement sur les réseaux sociaux à la suite de son dépôt de plainte contre l’action du collectif Némésis menée durant le carnaval de Besançon le 7 avril dernier. 

Anne Vignot sur les relations entre Besançon et Dijon : ”On n’est pas des copains, mais…” 

EXCLUSIVITÉ • Lors de l’inauguration de l’exposition Made in Germany au musée des Beaux-Arts de Besançon le 3 mai dernier, c’était la première fois que l’on voyait les maires de Besançon et Dijon réunis dans un même projet, voire complices, avec des discours positifs et élogieux l’un envers l’autre. On le sait, les relations entre les maires de Besançon et de Dijon n’ont jamais été particulièrement au beau fixe, alors qu’en est-il dans les coulisses ? Les élu(e)s d'une région doivent-ils forcément s'entendre et collaborer ? On a rencontré Anne Vignot pour en parler...

Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.19
ciel dégagé
le 19/05 à 18h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
57 %