À Besançon, un boulanger en lutte pour la régularisation de son apprenti guinéen menacé d'expulsion

Publié le 16/07/2021 - 14:39
Mis à jour le 16/07/2021 - 14:26

Le boulanger bisontin Alexandre Figard se lance dans un bras de fer face à l'administration française depuis début juillet 2021. Son but : régulariser la situation de son apprenti Lamine Diaby, jeune majeur guinéen, diplômé en boulangerie, menacé d'expulsion.

Alexandre Figard et Lamine Diaby.
 © Corentin Germaneau
Alexandre Figard et Lamine Diaby. © Corentin Germaneau

Lamine Diaby est né en août 2002 à Conakry en Guinée. Sans avoir connu sa mère, abandonné de son père puis séparé de son grand frère en Espagne lors de son périple pour quitter son pays d'origine, Lamine est arrivé en France en juin 2019 sous le statut de mineur étranger. Pris en charge par plusieurs structures, le jeune homme s'est lancé dans un CAP de boulangerie au CFA Hilaire de Chardonnet à Besançon.

Après 2 ans en contrat d'apprentissage à la boulangerie La Gourmandise gérée par Alexandre Figard, il obtient son CAP haut la main et sort major de sa promotion avec une moyenne de 16,5/20 "dont un 20/20 en français oral" souligne le boulanger.

© Corentin

Presque en même temps que cette heureuse nouvelle, l'apprenti reçoit un avis d'expulsion vers la Guinée. Il a un mois pour quitter le territoire. Son patron, "très fier" de lui, n'entend pas le laisser partir et veut "aller jusqu'au bout" pour que la situation administrative de Lamine soit régularisée.

"Il est fait pour le métier de boulanger"

"C'est un bon jeune, depuis son entrée en formation il est à l'écoute, il est travailleur, il aime apprendre et il est très rapide à l'exécution, ses collègues le confirment", décrit Alexandre Figard. "C'est une valeur ajoutée à l'équipe et à l'entreprise, il est doué pour la boulangerie, il est fait pour ça et comme on disait à mon époque lorsque j'étais en formation, - il a trouvé sa voie -".

Suite à l'obtention de son CAP, le patron de Lamine lui propose un contrat d'apprentissage d'un an avec mention complémentaire de boulanger spécialisé qui débutera en septembre prochain. "Grâce à ce diplôme, Lamine pourra devenir chef boulanger, c'est-à-dire qu'il pourra gérer la boulangerie et gérer une équipe", explique Alexandre Figard. "Déjà aujourd'hui, je laisse Lamine accompagner les apprentis en première année de CAP, il peut transmettre, on forme nos jeunes pour qu'ils transmettent aux suivants".

Un recrutement toujours difficile en boulangerie

Comme l'avait souligné à de nombreuses reprises Stéphane Ravacley, le boulanger bisontin qui était allé jusqu'à une grève de la faim pour faire régulariser la situation de son apprenti en janvier dernier, Alexandre Figard reconnaît également un problème de recrutement de jeunes apprentis dans son domaine. "Il y a une recrudescence de jeunes qui arrivent, qui travaillent un temps et qui repartent, ils ne sont pas passionnés", reconnaît-il.

Le métier de boulanger demande un travail de nuit, dès 3 heures du matin, ce qui séduit de moins en moins les adolescents. Pourtant, pour le boulanger installé à Besançon depuis 2013, l'argument financier n'est pas négligeable : "les heures travaillées de nuit sont rémunérées, un jeune qui travaille à 3h du matin ne gagne pas la même chose qu'un autre qui commence sa journée à 7h".

 En attente de rendez-vous officiels…

À ce jour, vendredi 16 juillet, après avoir publié une pétition sur la toile (plus de 15.000 signatures ce jour), Alexandre Figard, en lien avec l'association Patrons solidaires fondée par Stéphane Ravacley, attend de recevoir les dates des rendez-vous avec l'administration française y compris de "ministres et secrétaires d'État", nous dit-il. Des courriers ont été envoyés, il attend "des résultats".

Quoi qu'il en soit, Alexandre Figard le répète : "J'irai jusqu'au bout pour que la situation de Lamine soit régularisée, je pense profondément qu'il doit poursuivre son parcours professionnel, c'est inimaginable qu'il finisse dans un centre de rétention… inimaginable." Et d'ajouter : "Je sais que la médiatisation n'est pas appréciée des décisionnaires, mais je n'ai pas le choix."

Vers une grève de la faim ? "J'irai jusqu'au bout", conclut le boulanger.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Boulanger Besançon : grève de la faim

Retour sur la grève de la faim de Stéphane Ravacley dans une web série documentaire…

Il y a un an, Corentin Germaneau suivait le quotidien de Stéphane Ravacley, boulanger bisontin en grève de la faim pour soutenir son apprenti guinéen, Laye Traoré, menacé d'expulsion. Cette expérience a amené le jeune homme de 27 ans à réaliser une web série documentaire publiée ce vendredi 14 janvier sur la toile...

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Pour protester contre l’expulsion de son apprenti, le boulanger bisontin Stéphane Ravacley continue sa grève de la faim…

9e jour de grève de la faim • Depuis le 3 janvier 2021, Stéphane Ravacley, gérant de la boulangerie La Huche à pain à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen, Laye Fodé Traoréiné. Une information qui fait le tour de la France et au delà... jusqu'en Allemagne.

Social

Éducation : pas de rassemblement prévu dans le Doubs ce jeudi

Plusieurs syndicats ont lancé un appel à la grève pour la journée ce jeudi 20 janvier 2022 dans les écoles, collèges et lycées après le mouvement d'ampleur de jeudi dernier, pour demander "des réponses fortes" face au "chaos" engendré par la crise sanitaire, et des investissements massifs dans l’éducation. Aucun rassemblement n’est prévu ce jeudi dans le Doubs.

Des accueils périscolaires et cantines fermés dans les écoles à Besançon

Grève du 13 janvier • En préparation à la journée de grève nationale des enseignants du premier degré contre le protocole Covid-19 mis en œuvre dans les établissements scolaires, voici les accueils périscolaires qui resteront ouverts et ceux qui seront fermés à Besançon jeudi 13 janvier 2022.

Ras-le-bol de la valse des protocoles : la grève des profs s'annonce très suivie

Grève du 13 janvier •

Le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu mardi que 75 % des enseignants du premier degré seraient grévistes et que la moitié des écoles seraient fermées jeudi, dans le cadre d’une mobilisation nationale contre le protocole Covid-19 mis en œuvre dans les établissements scolaires.

Manifestation à Besançon : 1.400 personnes mobilisées contre le pass vaccinal

Un regain de mobilisation a été relevé partout en France ce samedi 8 janvier 2022 afin de protester contre l’instauration du pass vaccinal. À Besançon, les manifestants étaient au nombre de 1.400 (105.000 au niveau national). En cause ? L’examen prochain du pass vaccinal par le sénat et les derniers propos du chef de l’Etat…
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.8
légères chutes de neige
le 20/01 à 9h00
Vent
1.84 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
100 %

Sondage