Allégement et harmonisation des règles d'isolement en cas de schéma vaccinal complet

Publié le 02/01/2022 - 11:20
Mis à jour le 03/01/2022 - 09:21

Covid-19 •

Les règles d’isolement des personnes positives au Covid-19 sont allégées à partir de ce  lundi 3 janvier pour celles ayant un schéma vaccinal complet, qui devront s’isoler pendant sept jours quel que soit le variant, un isolement qui pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test antigénique ou PCR négatif. Il n’y aura plus de quarantaine pour les personnes cas contact disposant d’un schéma vaccinal complet, qui devront cependant strictement respecter les gestes barrières et « faire des tests réguliers », a expliqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans une interview au journal du dimanche.

Les principaux points à retenir

  • Allégement des règles d’isolement pour les malades du Covid et les cas contact
  • Port du masque obligatoire pour les enfants dès 6 ans dans de nombreux lieux publics
  • Primaire, si « un enseignant est absent », les élèves ne pourront plus être répartis « dans les autres classes »
  • Augmentation de quatre à six du nombre d’enfants pouvant être accueillis simultanément par les assistantes maternelles
  • Trois jours minimum de télétravail par semaine pour les postes où cela est possible
  • Retour des jauges pour les spectacles culturels et sportifs : 2.000 en intérieur et 5.000 en extérieur. Concerts debout interdits
  • Restrictions de consommation dans les bars, cinémas, théâtres, équipements sportifs et transports collectifs

Face à la nouvelle vague du variant Omicron qui fait exploser le nombre de contaminations au Covid-19, de plus en plus de gouvernements dans le monde sont contraints d'alléger les règles d'isolement des malades et de leurs proches pour éviter la paralysie économique.

L'extrême contagiosité d'Omicron - et son impressionnant cortège d'arrêts de travail et de mises en quarantaine - pèse lourdement sur l'organisation de la société, même si l'accélération des contaminations ne s’accompagne pas, pour l'heure, d'une hausse des décès.

Isolement

Dès lundi, "les personnes positives dont le schéma vaccinal est complet devront s'isoler pendant sept jours", précise-t-il, mais "cet isolement pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test antigénique ou PCR négatif" et à condition de ne plus avoir de signe clinique d'infection depuis 48 heures.

De leur côté, les personnes n'ayant pas de schéma vaccinal complet "devront s'isoler dix jours, avec une sortie possible au bout de sept jours selon les mêmes conditions".

"Cas Contact"

En ce qui concerne les cas contact, "si vous avez un schéma vaccinal complet, vous pourrez continuer vos activités à condition de faire des tests réguliers". Le premier, un test PCR ou antigénique, devra être effectué "le jour où vous apprenez que vous êtes cas contact. Ensuite, vous devrez pratiquer un autotest à J+2 et J+4. En apportant la preuve de votre premier dépistage à J0 en pharmacie, vous recevrez gratuitement tous les autotests nécessaires à votre suivi", détaille M. Véran.

Les personnes cas contact devront "appliquer de manière stricte les mesures barrières, notamment le port du masque en intérieur et en extérieur", et télétravailler "dans la mesure du possible", précise le ministère dans un communiqué.

En revanche, si vous êtes cas contact et que "vous n'êtes pas vacciné ou si vous n'avez pas fait votre rappel dans les temps, vous devrez vous isoler sept jours", explique le ministre, puis obtenir un test antigénique ou PCR négatif à l'issue de cette période pour pouvoir sortir d'isolement.

Jusqu'ici, les personnes positives devaient rester à l'isolement pendant 10 jours quel que soit le variant, et les cas contacts d'une personne ayant contracté le variant Omicron devaient s'isoler au minimum 7 jours. La durée d'isolement pouvait en outre atteindre 17 jours, quel que soit le variant, lorsque l'on partageait le domicile d'une personne positive.

Ce changement de règles répond à la nécessité de "tenir compte de l'évolution extrêmement rapide de la diffusion du variant Omicron en France" et doit permettre d'"avoir une balance bénéfice-risque visant à assurer la maitrise des contaminations tout en maintenant la vie socio-économique", explique le ministère.

De plus, "les premières données virologiques disponibles" montrent "une durée d'incubation du variant Omicron plus rapide que pour les précédents variants, allant en faveur d'une réduction possible de la durée d'isolement".

Ces nouvelles règles s'appuient sur l'avis rendu vendredi par le Haut conseil de la santé publique (HCSP).

"Cas contact" dans les écoles

Le ministère précise que pour les enfants de moins de 12 ans cas contact dans le milieu scolaire, le protocole de l'éducation nationale s'applique: cela signifie la réalisation d'un test antigénique pour PCR "pour tous les élèves de la classe dès l'apparition d'un cas au sein de la classe, et le retour en classe sur présentation du résultat négatif". Des autotests devront être réalisés à J+2 et J+4.

Le masque obligatoire dès 6 ans dans de nombreux lieux publics

À partir de ce lundi 3 janvier 2022, le port du masque est obligatoire dès 6 ans à partir dans plusieurs lieux publics en France, notamment dans les transports intérieurs, dans les lieux recevant du public et pour les déplacements dans les restaurants, selon un décret paru samedi 1er janvier 2022 au Journal officiel.

Cette obligation, qui concernait jusqu'à présent les enfants à partir de 11 ans, va s'appliquer dans les transports collectifs, bateaux, avions et véhicules (dont les taxis et VTC), ainsi que dans les gares, stations de transports publics et aérogares, précise le décret.

L'accès à ces espaces et moyens de transports "est refusé à toute personne qui ne respecte pas cette obligation", note le texte, la formulation étant inchangée par rapport à la version précédente de ce décret.

Interdiction de boire et manger dans les transports

À partir de lundi et "jusqu'au 23 janvier 2022 inclus, la vente et le service pour consommation à bord d'aliments et de boissons sont interdits lors des trajets au sein du territoire métropolitain" ou des collectivités d'outre-mer, indique aussi le décret, confirmant une annonce du Premier ministre Jean Castex lundi.

Le décret ne donne pas de détails supplémentaires, à part le fait que les restaurants des bateaux ne sont pas concernés. "Sur les trajets longues distances, cette mesure sera appliquée avec discernement, notamment pour les jeunes enfants et pour permettre de se désaltérer", avait précisé mardi un porte-parole du ministère des Transports à l'AFP.

"Boire assis"

Les restaurants et débits de boisson ne pourront accueillir du public, à partir de lundi et jusqu'au 23 janvier inclus, "que si les personnes accueillies ont une place assise", indique aussi le décret, confirmant une annonce de Jean Castex. Les enfants devront là aussi porter un masque à partir de 6 ans, et non plus de 11 ans, pour s'y déplacer.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 27.33
légère pluie
le 25/06 à 15h00
Vent
3.3 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
58 %