Alstom : "Aucun pays ne se laisse dépouiller de son industrie comme la France", d'après Chevènement

Publié le 14/09/2016 - 11:03
Mis à jour le 14/09/2016 - 11:03

Jean-Pierre Chevènement ex-élu de Belfort, demande ce mercredi 14 septembre 2016 que "l'Etat monte au capital d'Alstom" pour pouvoir retrouver "confiance" en ses dirigeants, voyant dans la menace sur l'avenir du site belfortain un nouvel épisode de la "saga de la désindustrialisation de la France".

chevenement.jpg
©roman
PUBLICITÉ

« La nationalisation, dans certains cas, partielle, temporaire, ça peut être un moyen d’orienter une stratégie. Je demande donc que l’Etat monte au
capital, remplace Bouygues, aille même un peu plus loin, c’est-à-dire à la minorité de blocage, de façon à ce que nous puissions avoir confiance dans la direction d’Alstom, que nous pussions penser qu’il y a quand même une once de patriotisme économique dans la tête de ses dirigeants », a déclaré l’ancien ministre sur Franceinfo.

« Alstom c’est Belfort »

« Il ne suffit pas que (le PDG) M. Poupart-Lafarge dise qu’on va surseoir pendant dix jours. L’usine de Belfort est l’usine-mère du groupe Alstom. C’est là qu’on fabrique en France les locomotives depuis 1879. (…) Du point de vue du ressenti historique, Alstom c’est Belfort », a-t-il fait valoir. « C’est ce que la direction d’Alstom sait très bien car elle a constamment voulu diminuer l’importance de Belfort, parce qu’il y a cette mémoire à la fois ouvrière, sociale. De 1.500 emplois quand j’étais maire de Belfort nous sommes passés aujourd’hui à 500 et la perspective c’est 60 », a expliqué l’ancien maire de Belfort (1983-1997, 2001-2007).

« Aucun pays ne se laisse dépouiller de son industrie comme la France »

« J’ai vécu la saga du groupe Alstom qui était autrefois un conglomérat. C’est la saga de la désindustrialisation de la France ». « Aucun pays ne se
laisse dépouiller de son industrie comme la France. L’Allemagne défend son industrie. (…) Ne nous racontons pas d’histoires au nom des réalités
économiques, tout ça c’est du bla-bla », a développé M. Chevènement. « On ne peut pas comprendre ce qui se passe en France aujourd’hui sans introduire cette hypothèse qu’il y a eu un choix délibéré de nos élites de considérer que dans l’Europe telle qu’elle se faisait, la France n’était plus un pays industriel. Donc nos grandes entreprises se développent, investissent à l’étranger », a-t-il analysé.

Quant à Emmanuel Macron, « je l’ai vu en juillet, il n’était nullement question de la fermeture du site de Belfort. Au contraire nous avons parlé de produire le TGV du futur à Belfort ». « Donc il n’était pas au courant. Je pense que la direction d’Alstom a mis à profit le départ d’Emmanuel Macron pour faire cette annonce précipitée ».

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.22
partiellement nuageux
le 16/10 à 15h00
Vent
2.873 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %

Sondage