Anomalies au Creusot : Greenpeace demande l'arrêt des installations concernées

Publié le 16/06/2016 - 08:53
Mis à jour le 16/06/2016 - 09:35

Greenpeace a demandé ce jeudi 16 mai 2016 la publication de la liste des installations nucléaires concernées par les anomalies dans les contrôles de fabrication détectées à l'usine d'Areva au Creusot (Saône-et-Loire) et leur arrêt immédiat jusqu'à la levée des doutes sur leur sûreté.

greenpeace.jpg
©Greenpeace

Nucléaire

PUBLICITÉ

Areva avait annoncé fin avril que des « anomalies » avaient été détectées dans le suivi des processus de fabrication d’équipements au sein de son usine du Creusot, dans le cadre d’un audit qualité lancé en 2015 à la suite de la découverte d’un défaut dans la composition de l’acier de la cuve du réacteur EPR de Flamanville (Manche) fabriquée sur le site.

Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ces irrégularités consistent en « des incohérences, des modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication » et concernent environ 400 pièces produites sur 10.000 depuis 1965, dont une cinquantaine seraient en service sur le parc nucléaire français, dans des centrales non précisées.

Ces anomalies ne remettent pas en cause l’intégrité des composants nucléaires forgés sur place, et qui équipent des installations dans le monde entier, a assuré le groupe nucléaire lors d’un point d’étape fin mai sur leur caractérisation. Il n’exclut pas d’éventuelles falsifications.

« Une grave atteinte à la sûreté » 

Mais c’est insuffisant pour Greenpeace : « il est impossible aujourd’hui de préjuger de bons résultats », affirme l’ONG dans une note transmise à l’AFP, estimant que les anomalies sont susceptibles de porter « une grave atteinte à la sûreté » et réclamant « un contrôle indépendant et transparent ». Jugeant que « seul un réexamen technique des pièces concernées peut permettre de (…) lever » les doutes sur la conformité des pièces, Greenpeace a demandé que la liste des pièces concernées soit rendue publique « ainsi que le détail des documents incriminés ».

Selon l’ONG, des dossiers concernent notamment « des équipements actuellement en service dans des réacteurs en exploitation à l’étranger », évoquant au moins une douzaine de pays potentiellement concernés outre la France (Royaume-Uni, Etats-Unis, Brésil, etc.)

« Greenpeace demande que, dès publication de la liste des installations concernées, celles-ci soit immédiatement stoppées en attendant qu’un premier examen permette d’identifier les contrôles à effectuer, et les démonstrations complémentaires à apporter, afin de lever les doutes sur la qualité de toutes les pièces incriminées », a-t-elle ajouté.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.4
ciel dégagé
le 18/06 à 0h00
Vent
1.69 m/s
Pression
1016.9 hPa
Humidité
92 %

Sondage