Anomalies au Creusot: Areva va examiner tous les dossiers de fabrication

Publié le 14/10/2016 - 08:25
Mis à jour le 14/10/2016 - 08:25

Le groupe nucléaire Areva va passer en revue l'ensemble des 9.000 dossiers de fabrication de son usine du Creusot (Saône-et-Loire) dans le cadre de l'audit lancé à la suite de la détection d'anomalies dans le suivi des processus de fabrication d'équipements, a-t-on appris ce jeudi 13 octobre 2016.

 ©
©

Nucléaire

"On a pris une décision: on ne va pas se poser de questions, on va relire tous les dossiers", a dit cette source alors que l'audit qualité s'est jusqu'ici concentré sur 400 dossiers de fabrication prioritaires dits "dossiers barrés" où des anomalies ont été détectées.

  • Selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ces irrégularités sont "des incohérences, des modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication" de ces 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine sont en service dans le parc nucléaire français.

Areva avait annoncé fin avril que des anomalies documentaires et des écarts méthodologiques avaient été détectés dans le suivi des processus de fabrication d'équipements au sein de son usine du Creusot, où a notamment été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville.

Cette décision de passer rigoureusement en revue plus de 9.000 dossiers de pièces forgées au Creusot depuis 1943 est la conséquence de la détection de pratiques non conformes dans un échantillonnage prélevé parmi les "dossiers non barrés", a priori non problématiques, a-t-on expliqué de même source. Sur les 9.000 dossiers, 6.000 concernent des équipements pour le secteur nucléaire depuis 1965. "On va tous les regarder un par un", selon cette source. "Je ne sais pas combien d'anomalies on aura dans les 6.000 dossiers (...) mais ce ne sera pas zéro", a-t-elle ajouté.

Une méthodologie d'analyse des dossiers fait actuellement l'objet d'échanges avec EDF, qui exploite le parc nucléaire français, et sera présentée à l'ASN. Un calendrier est également en cours de définition, veillant à ce que la priorité soit donnée aux dossiers concernant les réacteurs en fonctionnement. "Ca va durer plusieurs mois", a annoncé la source. L'audit mené par Areva sur les 400 premiers dossiers examinés a permis à ce jour de relever 87 irrégularités sur des réacteurs en fonctionnement. L'une d'elles concerne la virole basse d'un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de Fessenheim (Haut-Rhin), arrêté depuis mi-juin.

Areva affirme que, pas davantage que les autres anomalies, celle-ci n'est pas préjudiciable à la sûreté de l'exploitation. L'ASN a toutefois décidé de maintenir à l'arrêt le réacteur dans l'attente des résultats de tests complémentaires prévus jusqu'à la fin de l'année. L'audit a aussi déjà été étendu à l'usine de Saint-Marcel (Saône-et-Loire), qui assemble les composants lourds équipant les réacteurs, et à celle de Jeumont (Nord), qui produit des équipements mobiles pour réacteurs. Areva avait indiqué précédemment dans un communiqué avoir constaté la disparition des anomalies après 2012. Le groupe avait aussi dit avoir "renforcé ses procédures internes de contrôle à l'usine du Creusot et mis en place des mesures pour renforcer la culture de sûreté et de qualité".

Démontrer la résistance  du concercle et du fond de la cive de l'EPR en construction 

Par ailleurs, un programme d'essais est en cours pour démontrer la résistance du couvercle et du fond de la cuve de l'EPR en construction à Flamanville (Manche) et fabriqués au Creusot, où un défaut dans la composition de l'acier a été décelé.

Les résultats sont attendus pour fin 2016. "Pour l'instant, les résultats confirment les hypothèses de nos dossiers. Il n'y a pas de surprise", dit la source proche. Ce défaut a également été détecté sur des générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs nucléaire d'EDF, qui mène actuellement des investigations complémentaires à la demande de l'ASN pour démontrer leur sûreté.

D'autres pièces seront aussi examinées, comme les plaques tubulaires, selon la même source.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

areva creusot

Anomalies au Creusot: Areva veut toujours reprendre la production mi-2017

Le patron de l'activité réacteurs d'Areva (Areva NP) a confirmé ce jeudi 30 mars 2017 vouloir reprendre cet été la production de grands composants nucléaires dans la forge du Creusot (Saône-et-Loire), où des irrégularités ont été constatées, tout en envisageant élargir la gamme des pièces fabriquées.

Areva – EPR : les « premiers résultats » des tests sur l’usine du Creusot « sont bons »

Les premiers résultats des tests menés par Areva sur son usine du Creusot en Saône-et-Loire sont "bons", car ils montrent que les anomalies détectées dans le suivi du processus de fabrication ne concernent pas les pièces elles-mêmes, a annoncé ce  mercredi 4 mai 2016 la ministre de l'Environnement Ségolène Royal.

Macron défend le projet Hinkley Point comme garant de l’emploi chez Areva

Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, a réitéré lundi le soutien du gouvernement français au projet controversé de construction d'une centrale nucléaire à Hinkley Point, en Angleterre, le jugeant essentiel pour le maintien de l'emploi à l'usine du fabricant nucléaire en difficulté Areva au Creusot en Saône-et-Loire.

Economie

Une nouvelle offre régionale de formation pour les personnes éloignées de l’emploi

Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté chargée de la formation professionnelle, a réuni mardi 19 janvier 2021 l’ensemble des partenaires de la formation pour lancer officiellement la nouvelle offre régionale de formation destinée aux personnes très éloignées de l’emploi : le Dispositif Amont de la Qualification (DAQ) 2.0.

L’entreprise Sophysa prévoit un nouveau bâtiment de 5.700 m2 d’ici 2022 à Temis

Spécialisée en valves neurologiques et en systèmes de monitoring de la pression intracrânienne, l'entreprise est installée depuis 2007 sur le site de Temis à Besançon. Cette dernière a prévu de s'agrandir avec la construction d'un second bâtiment de 5.700 m2, apprend-on ce mois de janvier 2021. Objectif ? "Tripler la capacité de production", selon Philippe Nègre, dirigeant de Sophysa.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Appel à projets : recyclage du foncier des friches en Bourgogne Franche-Comté

Avec un fonds friche doté de 300M€, le Plan de relance donne l’opportunité d’accompagner les territoires sur le recyclage foncier des espaces artificialisés. 7,4 M€ sont mobilisables en Bourgogne Franche-Comté, sur les deux années à venir, et donneront lieu à deux éditions d’appel à projets. Les dossiers de demande de subventions sont à déposer au plus tard le lundi 15 mars 2021 minuit.

Conjoncture du mois de décembre 2020 : « des prévisions prudentes »

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de décembre 2020. La production industrielle progresse en fin d'année. Les carnets s’étoffent mais demeurent insuffisants. Une baisse est attendue. Les services enregistrent une faible hausse d’activité, à l’exception de la restauration, lourdement affectée par le reconfinement. Les prévisions sont prudentes.

 
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.02
légère pluie
le 23/01 à 3h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
98 %

Sondage