Anomalies au Creusot: Areva va examiner tous les dossiers de fabrication

Publié le 14/10/2016 - 08:25
Mis à jour le 14/10/2016 - 08:25

Le groupe nucléaire Areva va passer en revue l’ensemble des 9.000 dossiers de fabrication de son usine du Creusot (Saône-et-Loire) dans le cadre de l’audit lancé à la suite de la détection d’anomalies dans le suivi des processus de fabrication d’équipements, a-t-on appris ce jeudi 13 octobre 2016.

 ©
©

Nucléaire

"On a pris une décision: on ne va pas se poser de questions, on va relire tous les dossiers", a dit cette source alors que l'audit qualité s'est jusqu'ici concentré sur 400 dossiers de fabrication prioritaires dits "dossiers barrés" où des anomalies ont été détectées.

  • Selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ces irrégularités sont "des incohérences, des modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication" de ces 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine sont en service dans le parc nucléaire français.

Areva avait annoncé fin avril que des anomalies documentaires et des écarts méthodologiques avaient été détectés dans le suivi des processus de fabrication d'équipements au sein de son usine du Creusot, où a notamment été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville.

Cette décision de passer rigoureusement en revue plus de 9.000 dossiers de pièces forgées au Creusot depuis 1943 est la conséquence de la détection de pratiques non conformes dans un échantillonnage prélevé parmi les "dossiers non barrés", a priori non problématiques, a-t-on expliqué de même source. Sur les 9.000 dossiers, 6.000 concernent des équipements pour le secteur nucléaire depuis 1965. "On va tous les regarder un par un", selon cette source. "Je ne sais pas combien d'anomalies on aura dans les 6.000 dossiers (...) mais ce ne sera pas zéro", a-t-elle ajouté.

Une méthodologie d'analyse des dossiers fait actuellement l'objet d'échanges avec EDF, qui exploite le parc nucléaire français, et sera présentée à l'ASN. Un calendrier est également en cours de définition, veillant à ce que la priorité soit donnée aux dossiers concernant les réacteurs en fonctionnement. "Ca va durer plusieurs mois", a annoncé la source. L'audit mené par Areva sur les 400 premiers dossiers examinés a permis à ce jour de relever 87 irrégularités sur des réacteurs en fonctionnement. L'une d'elles concerne la virole basse d'un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de Fessenheim (Haut-Rhin), arrêté depuis mi-juin.

Areva affirme que, pas davantage que les autres anomalies, celle-ci n'est pas préjudiciable à la sûreté de l'exploitation. L'ASN a toutefois décidé de maintenir à l'arrêt le réacteur dans l'attente des résultats de tests complémentaires prévus jusqu'à la fin de l'année. L'audit a aussi déjà été étendu à l'usine de Saint-Marcel (Saône-et-Loire), qui assemble les composants lourds équipant les réacteurs, et à celle de Jeumont (Nord), qui produit des équipements mobiles pour réacteurs. Areva avait indiqué précédemment dans un communiqué avoir constaté la disparition des anomalies après 2012. Le groupe avait aussi dit avoir "renforcé ses procédures internes de contrôle à l'usine du Creusot et mis en place des mesures pour renforcer la culture de sûreté et de qualité".

Démontrer la résistance  du concercle et du fond de la cive de l'EPR en construction 

Par ailleurs, un programme d'essais est en cours pour démontrer la résistance du couvercle et du fond de la cuve de l'EPR en construction à Flamanville (Manche) et fabriqués au Creusot, où un défaut dans la composition de l'acier a été décelé.

Les résultats sont attendus pour fin 2016. "Pour l'instant, les résultats confirment les hypothèses de nos dossiers. Il n'y a pas de surprise", dit la source proche. Ce défaut a également été détecté sur des générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs nucléaire d'EDF, qui mène actuellement des investigations complémentaires à la demande de l'ASN pour démontrer leur sûreté.

D'autres pièces seront aussi examinées, comme les plaques tubulaires, selon la même source.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

areva creusot

Anomalies au Creusot: Areva veut toujours reprendre la production mi-2017

Le patron de l’activité réacteurs d’Areva (Areva NP) a confirmé ce jeudi 30 mars 2017 vouloir reprendre cet été la production de grands composants nucléaires dans la forge du Creusot (Saône-et-Loire), où des irrégularités ont été constatées, tout en envisageant élargir la gamme des pièces fabriquées.

Nucléaire : l’intégrité des pièces toujours pas remise en question, selon un point d’étape d’Areva

Les anomalies détectées dans le contrôle des fabrications à l’usine d’Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ne remettent toujours pas en question l’intégrité des composants nucléaires forgés sur le site, a indiqué le groupe nucléaire français dans un nouveau point d’étape publié ce jeudi 30 juin 2016.

Areva – EPR : les “premiers résultats” des tests sur l’usine du Creusot “sont bons”

Les premiers résultats des tests menés par Areva sur son usine du Creusot en Saône-et-Loire sont « bons », car ils montrent que les anomalies détectées dans le suivi du processus de fabrication ne concernent pas les pièces elles-mêmes, a annoncé ce  mercredi 4 mai 2016 la ministre de l’Environnement Ségolène Royal.

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.98
pluie modérée
le 17/06 à 6h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
94 %