Besançon : comment la Croix Rouge se prépare-t-elle à accueillir les familles de réfugiés ukrainiens ?

Publié le 11/03/2022 - 15:32
Mis à jour le 11/03/2022 - 17:52

Jusqu’à 110 ressortissants ukrainiens sont attendus ce samedi 12 mars dans le centre d’hébergement d’urgence dans les locaux de la Ville de Besançon à la Malcombe à Besançon. C’est la Croix Rouge qui gèrera l’organisation et l’accueil des réfugiés avec l’aide des services de l’État et de la Ville de Besançon. Patrick Boccara, vice-président de la Croix Rouge à Besançon nous en parle.

Depuis quelques jours, la Croix Rouge de Besançon est fortement mobilisée afin d’accueillir au mieux les réfugiés ukrainiens, principalement des femmes et des enfants, qui arriveront sur le territoire. Pour cela, un centre d’hébergement d’urgence s’est installé pour accueillir jusqu’à 110 réfugiés samedi vraisemblablement en fin de matinée.

Avant cette date, un premier bus de ressortissants ukrainiens est arrivé jeudi matin, ce qui n’était pas prévu. Ces personnes ont simplement fait un transit par Besançon pour se reposer, se restaurer, avant de reprendre la route jusqu’en Espagne. "Ça nous a permis de rôder notre organisation avant samedi", a indiqué Patrick Boccara lors de la conférence de presse en préfecture jeudi soir. 

Un centre d’hébergement d’urgence aux multiples fonctions

Ce centre d’hébergement, composé de lits, de sanitaires et d’appareils électroménagers a pour première mission de s’assurer que les réfugiés soient en bonne santé et le cas échéant d’être prise en charge par un médecin. Ils peuvent également avoir un soutien psychologique suite aux épreuves qu’ils ont vécues en si peu de temps. Neuf médecins sont mobilisés.

Le centre sera également composé d’une espace "Réglementation" de la préfecture du Doubs dans lequel les familles pourront prendre connaissance de toutes les aides qui leur sont attribuées et prendre rendez-vous en préfecture pour les démarches administratives. Le préfet du Doubs, Jean-François Colombet a d’ailleurs précisé que les réfugiés se verront délivrer une protection provisoire (qui n’est pas une demande d’asile) qui ouvre droit au travail, à la santé et à l’hébergement et permet de rester sur le sol français pendant 6 mois. Un délai qui pourra être prolongé selon la durée du conflit et les volontés des réfugiés. Ces familles pourront, si elles le souhaitent, demander un droit d’asile.

Le centre d’hébergement sera aussi et en quelque sorte un "sas de décompression". Après un long périple pour arriver jusqu’à Besançon dans le but de fuir la guerre et d’être en sécurité, les familles ont besoin de repos, de prendre une douche, de manger, boire, elles ont besoin d’un moment de répit avant de trouver un hébergement.

Pour accompagner au mieux les familles sans la barrière de la langue, pas moins de 10 interprètes sont mobilisés par la Croix Rouge.

Infos +

Ce centre d’hébergement d’urgence ne sera pas ouvert quotidiennement, uniquement lorsque des réfugiés s’y présenteront. "Il sera ouvert entre 24 et 30 heures" a précisé le préfet du Doubs et d’ajouter : "Ce que l’on ne veut pas, c’est faire des camps de réfugiés".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.97
pluie modérée
le 18/05 à 18h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
79 %